Critique : Charly

Lucile Bellan | 11 septembre 2007
Lucile Bellan | 11 septembre 2007

De cette histoire sur l'adolescence se détache avant tout une histoire de famille. Celle de la cinéaste, comédienne, artiste complète Isild Le Besco, une famille de cinéma. Qui vit par celui-ci et filme ce qu'elle vit. On adhère ou on n'adhère pas à ces considérations triviales sur « la grande famille du cinéma » et de ses relents de mafia, de pouvoir tout puissant dont, bien avant que la salle s'éteigne et que l'écran s'illumine, le spectateur se sent exclu.

 
A l'origine de ce second film, après Demi-tarif en 2004, la volonté d'Isild Le Besco de capturer les derniers accès d'enfance de son jeune frère Kolia. Il interprète ici Nicolas, adolescent légume, monolithique accessible mais jamais malléable et qui se laisse porter vers un rêve, alors qu'il se rend compte qu'il n'en avait pas vraiment. Son périple le mène en Bretagne où il fait la connaissance de Charly, prostituée sans âge mais encore marquée par l'enfance. Celle-ci ne vit que par l'habitude et protège son existence de maniaqueries de maîtresse de maison. Leur rencontre est éphémère et simple, d'une pureté dure, à l'image de Charly que Julie Marie Parmentier transcende physiquement. Elle « devient » le fantôme blanc et roux du passage et de passage.

 
Tourné dans des conditions particulières, pendant deux semaines de voyage en équipe réduite et sans volonté de faire jouer véritablement ses acteurs, l'expérience Charly est certainement plus aboutie que l'on pourrait penser de prime abord. Il s'en dégage une sensation d'animalité brute, un vent froid qui glace les sangs sans en comprendre vraiment la cause. Impossible cependant de le conseiller à tous, tant le film dépasse les simples notions de long-métrage de cinéma pour accéder au statut « d'œuvre d'art ».

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire