Rogue : critique du survival à la Megan Fox

Mathieu Jaborska | 15 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Mathieu Jaborska | 15 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Après avoir bâclé deux des pires souvenirs de série B des années 2010 (Solomon Kane et Silent Hill : Revelation 3D), M.J. Bassett était revenue en odeur de sainteté en réalisant quelques épisodes de séries très suivies comme Altered Carbon ou l'excellente Ash vs Evil Dead. Pour ce retour aux rênes d'un long-métrage, la cinéaste s'est alliée avec une autre artiste américaine essuyant les plâtres d'un passé tumultueux : Megan Fox. Malheureusement, la renaissance n'est pas pour tout de suite.

Megan, mon gun

Heureusement, il n'est pas question ici de s'éloigner du modèle série B une seule seconde. Dès les premières minutes, le ton est donné : Megan Fox est la cheffe d'une troupe de mercenaires armés jusqu'au slip, venus sauver une jeune otage des griffes de méchants pas beaux. Difficile de ne pas reconnaître la générosité de la séquence, longue de 20 bonnes minutes, durant laquelle les bruits de balle ne se taisent jamais.

Conçue comme une déclinaison fauchée de La chute du faucon noir, cette extraction musclée crache à la tronche du spectateur sa volonté de ne pas faire comme les autres, de lui rentrer dans le lard avec la subtilité d'un bulldozer boulimique.

 

photo, Megan Fox21th Century Fox

 

Mais là n'est pas le coeur d'une oeuvre qui veut - à notre plus grand bonheur - se replonger dans le film de grosse bébête pas contente, tendance post-Jaws. Ici, il s'agit d'une lionne perdue dans la savane, bien décidée à faire passer un sale quart d'heure à nos héros... et leurs ennemis. Un postulat et un prétexte presque militant qui font forcément penser à l'inclassable Roar, la plus absurde des expérimentations animales des années 1980.

Néanmoins, on est là bien loin de la folie pure qui rendait le film de Noel Marshall hypnotisant. Aucun vrai lion ne pointe le bout de son museau, remplacé par une bestiole 100 % CGI qui vous fera presque regretter les félins sans âme du Roi Lion. Quand elle saute soudainement à la tronche du personnage dans le champ, l'effet reste discret. Mais Bassett est bien forcée de temps à autre de la mettre en scène d'une autre manière. Et à partir de là, le film s'enfonce dans les arcanes du Z. D'autant plus que cette incapacité à montrer le monstre plus de 5 secondes sans provoquer l'hilarité fait beaucoup de mal au rythme endiablé vendu dans l'introduction.

 

photo, Megan FoxUne mercenaire qui fait le mur

 

Comme un lion en cage

Mais à vrai dire, la lionne aura à peine eu le temps de déguster son premier mercenaire que le spectateur se sera endormi la tête dans son paquet de chips goût hamburger. Car si la réalisatrice s'obstine à faire de son film un méga-rush sans répit, rien ne suit ses envies, surtout pas la mise en scène, si incapable de prendre du recul sur l'action, de la situer dans l'espace ou de ménager le moindre instant de bravoure qu'elle donne plus l'impression d'assister à une bataille de Nerfs en plastique.

Se retenant régulièrement de verser dans une folie qui lui aurait fait un grand bien, la narration s'engouffre dans la brèche, et s'appuie sur ces manquements pour convoquer à sa guise des personnages qu'on peine à reconnaître. Le climax, fausse partie de Call of Duty où l'animal enragé tient le rôle de joker, ne fait rien d'autre que de profiter de la cohue visuelle générale pour placer ses pions où bon lui chante, le tout sur une bande originale qui oscille entre la mélasse générique et le sous-Hans Zimmer peu inspiré.

Malgré cette propension à persister dans le divertissement bourrin, le long-métrage finit par ne plus prouver grand-chose, sinon que toutes les bonnes intentions du monde ne valent rien si on leur colle aux basques un académisme aussi ronflant. Faute d'inventivité, Rogue passe donc du divertissement musclé au gâchis total, sans passer par la case "naveton oubliable". Et c'est bien là le drame de son existence.

 

Affiche us

Résumé

Dans l'idée, Rogue est un survival survolté. Dans les faits, c'est une démonstration de fainéantise technique très frustrante.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(1.8)

Votre note ?

commentaires
Cypher974
23/11/2020 à 09:19

Pour un soi-disant film d'action, un gros effort aurait pu être fait au niveau des armes et de l'équipement quand même pour le côté réaliste...
Pour du grand public pas forcément familier ça peut passer, mais perso je me suis arrêté à la première scène de fusillade en reconnaissant des répliques d'airsoft sans aucun recul. Il y a même certaines scènes où les douilles rejetées normalement à chaque tir (sur une vraie arme) n'ont même pas été rajoutées...
De l'amateurisme grossier.

Pat Rick
16/10/2020 à 15:54

Voilà je l'ai vu et je trouve que c'est une série B d'action sans prétention autre que de divertir et elle le réussit, c'est juste dommage que c'est visible que la lionne ne soit pas une vraie bête.

Crise2nerf
16/10/2020 à 13:46

Solomo' Kane était pas trop mal à mon goût, perso je pense passer un bon moment devant ce film puis faut dire que mega' fox est une des plus belle actrices de ses dernières années ce qui ne gâche en rien le plaisir visuel. Après chacun son avis

Pat Rick
16/10/2020 à 12:23

@ Ankytos Pareil j'ai eu une bonne surprise avec Salomon Kane.

Moixavier58
15/10/2020 à 21:17

Le meilleur film de cette annee, une bonne serie b, sans pretention

Ankytos
15/10/2020 à 19:14

Je relève que, comme mes camarades ci-dessous, Salomon Kane était pour moi au contraire une bonne surprise. Une bonne petite série B dans le bon sens du terme, même en le revoyant.

Blason
15/10/2020 à 19:07

J'ai vu le film et j'ai passé un bon moment, de meme que pour Solomon Kane, qui partage beaucoup de point commun avec le film Van Helsing et le dernier des templier avec Nicolas Cage.

Michael J Basset est un réalisateur inégale mais qui a fait de bon films, comme Neill Marshall.

Mx
15/10/2020 à 17:14

Perso, je garde un très bon souvenir de solomon kane!!

PeuImporte
15/10/2020 à 16:14

Vous auriez pu choisir des photos avec Megan Fox

Mathieu Jaborska - Rédaction
15/10/2020 à 15:23

@Grift

Eh bien, c'est difficile à dire vu les quelques maigres dialogues que le scénario lui accorde. Mais elle fait le taf sans éclats.

Plus
votre commentaire