Brutus Vs César : critique pas sortie du sable

Geoffrey Crété | 18 septembre 2020
Geoffrey Crété | 18 septembre 2020

Brutus Vs César devait sortir au cinéma en juillet, mais a finalement été récupéré par Amazon Prime, pour être disponible dès le 18 septembre. Le nouveau film de Kheiron (Mauvaises herbes, Nous trois ou rien) a-t-il été victime de la crise du coronavirus, ou a-t-il échappé à une catastrophe en salles vu le résultat ? Grande question face à cet étrange film, avec également Ramzy Bedia, Thierry Lhermitte, Gérard Darmon, ou encore Lina El Arabi.

SACRÉ GRAS

Nul doute qu'avec Brutus vs César, Kheiron se rêvait en Jean Yanne avec son Deux heures moins le quart avant Jésus Christ, en Alain Chabat avec Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, ou en Monty Python dans leurs cultes Sacré Graal ! et La Vie de Brian. En racontant l'histoire du fils illégitime du tyrannique César, gros loser impliqué malgré lui dans une tentative d'assassinat et de multiples aventures dans la guerre contre les Gaulois, l'acteur et réalisateur devait imaginer une comédie désopilante, décalée, délurée, et au minimum drôle.

Le rire sera jaune face à ce naufrage terrible, qui provoque gêne, interrogation et soupirs. Sans ses costumes et décors pour l'habiller grossièrement, Brutus Vs César serait totalement à poil, dévoilant toute la bête laideur de ce festival de blagues, situations, personnages et idées recyclés sans aucune folie. Mais même avec son budget de 5 ou 7 millions (une somme relativement moyenne, très loin des superproductions au rayon comédie française, et moins cher que les précédents de Kheiron) et son casting de visages reconnus (Bérengère Krief et Jérémy Ferrari par ci, Pierre Richard et Artus par là, autour de Ramzy, Thierry Lhermitte, Gérard Darmon ou encore Eye Haidara), Brutus Vs César ne peut y échapper. C'est mauvais, et c'en est presque douloureux.

 

photoDab, la destination préférée des films débiles

 

LA VIE EST UN LONG DAB TRANQUILLE

Quelques minutes et le film grille déjà ses maigres cartouches d'humour, qui seront tirées a répétition jusqu'à la fin comme dans un cauchemar sans issue. Brutus tombe dès qu'il essaye de courir, et César condamne à mort tous ceux qui osent l'agacer. Les personnages se promènent avec les costumes loués au rayon Rome antique, mais déblatèrent des paroles du XIXe siècle. Tout le monde est plus ou moins débile, mais se bat au ralenti. Voilà le programme de Brutus Vs César, qui mise tout sur les anachronismes dans les dialogues, les situations et l'interprétation - la recette d'un autre gros raté, Albert à l'Ouest, dans la famille western parodique.

Il y a du dab dans l'arène de César, une esclave qui ironise sur le fait de "kiffer" sa vie, et Vercingétorix qui parle oseille et meuf comme un rappeur. En comptant aussi Pierre Richard qui mime un coït et Reem Kherici qui crache un mollard en disant être raffinée, il y a la conviction d'assister à un crash comique de haut niveau, qui ferait passer Dany Boon pour Michel Audiard.

Pour une petite idée amusante au détour d'une scène (des princes saoudiens en visite pour acheter l'arène), il y a un kilo de ciment sur la moindre tentative de rire, chaque effet étant lourdement appuyé et détruit par un problème d'écriture, d'interprétation, de montage, ou tout ça à la fois. Les 90 petites minutes du film paraissent alors s'étirer pour rien, tandis que la plupart des scènes semblent rallongées en dépit du bon sens, pour créer un sentiment de mollesse générale. Kheiron reconnaît qu'il s'auto-censure pour éviter de froisser quiconque avec ses films, et de toute évidence, ça n'aide pas.

 

photoNous trois ou rien ? OK rien pour cette fois

 

GLADIATORT

Kheiron l'acteur est l'un des pires symptômes de ce malaise, la faute à un personnage insipide qui ressemble à la version délavée d'un Pierre Richard de la grande époque, option coiffure ratée des Marseillais à Rome. Il fait jeu égal avec Ramzy, parfaitement transparent dans la peau d'un César sans aucune saveur, qui tourne en boucle sur sa chaise, avec une blague pour bouffer du début à la fin. Pour les deux têtes d'affiche du titre du film, c'est d'une tristesse infinie. En parallèle, Thierry Lhermitte et Gérard Darmon traversent ce champ du néant, drapés dans une indifférence cocasse, qui donne souvent l'impression qu'ils jouent dans un autre film, et errent en pensant à leur cachet.

L'étendue des dégâts continue puisque Brutus Vs César s'enfonce rapidement dans un premier degré ravageur, entre une romance bien évidemment aussi embarrassante que le reste. Une fois que le bâtard Brutus passe du côté des Gaulois, trimballé par l'intrigue comme un mauvais protagoniste, c'est une longue phase de niaiserie avec une présence féminine-bastonneuse-fort caractère qui renforce le caractère artificiel des péripéties.

 

photoParc Astérix présente...

 

Difficile d'imaginer que quelqu'un aura quelque chose à cirer des aventures de Brutus qui soigne, qui aime, qui tombe, qui met douze scènes à comprendre, puis enfile la panoplie plastique de guerrier. Ou de ce personnage qui épargne la vie d'un vil homme sous les yeux d'une petite fille, laquelle fait non de la tête. Ou de l'amitié entre des frères ennemis, unis dans la grande bataille finale. Ou du sauvetage final de la fille, dans une scène qui atteint des sommets de malaise.

De comédie basse du front aux allures d'interminable sketch, le film glisse peu à peu vers un sérieux qui l'achève pour de bon. Et lorsque Kheiron va sur le terrain du spectacle, c'est à grands coups de ralentis et de musique tonitruante sans aucune personnalité, le tout avec des chorégraphies et des décors passe-partout (pourtant en partie recyclés de Gladiator et Game of Thrones).

C'est à l'image d'une dégringolade plus globale pour l'acteur-réalisateur-scénariste, révélé avec le très beau Nous trois ou rien, boudé avec le moyen Mauvaises herbes, et probablement condamné avec cet affreux Brutus vs César. Personne n'en ressort indemne, et surtout pas lui.

 

Affiche officielle Amazon

Résumé

Un triste et terrible crash comique, instantanément ringard, et qui déborde d'incompétence de tous les côtés.

Autre avis Alexandre Janowiak
Il n'y a vraiment rien à sauver dans cette comédie à l'ambition démesurée et finalement si plate, molle et tarte. Aucun chemin ne doit vous mener à Brutus vs Cesar.

Lecteurs

(1.3)

Votre note ?

commentaires

Khor
03/10/2020 à 20:21

Pitié, pas la suite...!!!

Zoom
03/10/2020 à 06:01

On touche le tréfonds de la débilité ... Ça sent le film casse croute ou tout le monde a eu droit a son petit cachet pour arrondir son année fiscale. On a sorti du placard les septuagénaires voir octogénaires, auquel on a rajouté de l'insipide...
Qui peut financer ce genre de daube ? il faut vraiment avoir de l'argent à jeter ..
On devrait interner le chargé de distribution Amazon qui a fait un grand pas vers le désabonnement de Prime....
C'est plus que mauvais c'est un fake total et absolu...

Olman
26/09/2020 à 23:07

Il faut tirer les leçons de ce naufrage cinématographique keiron doit accepter les critiques qui doivent lui servir de tremplin pas de mal à dire je me suis planté il en sortiras grandit

juste
24/09/2020 à 08:50

analyser le film :
comme on crache sur la France

Morcar
23/09/2020 à 16:24

J'ai beaucoup aimé "Nous trois ou rien", et bien aimé aussi "Mauvaises herbes".
J'aime beaucoup Kheiron en one-man aussi.
Mais là, dès la bande-annonce j'en senti que ça allait être une catastrophe. Du coup j'ai passé mon tour.

J'ai peur que suite au succès mitigé en salles de ses deux premiers films, malgré les bons retours critiques, il ait voulu proposer une comédie populaire pour ratisser plus large. Mais a priori ça ne lui réussira pas mieux, au contraire.

Mandrin
22/09/2020 à 12:16

J'aime bien keiron mais la je m excuse je arrive pas à accrocher pour ne pas être trop méchant jen dirais pas plus

Garamante
22/09/2020 à 00:15

Ça fait écho à votre vidéo sur les comédies françaises. Je crois que même désespéré, je ne pourrais pas m’assoir sur un siège pour regarder ce truc.

Nanou34
21/09/2020 à 16:26

Je viens de le finir et j’ai bien aimé.. sans prise de tête , pas de vulgarité, c’est vrai que ça ne vole pas tres haut mais ça reste quand même très bon enfant .. en tout cas je ne regrette pas du tout et voir autant de commentaires commentaires négatifs est très décevant

Kline
20/09/2020 à 23:45

Regarder en entier avec du mal le navet de l'année voir de la décennie quel gâchis

Rama
20/09/2020 à 23:28

Film de une tristesse pseudo comique ce serait un nouveau plat ou dirais qu'il n'y a aucun assaisonnements fade très très fade immangeable poubelle direct

Plus

votre commentaire