Brightburn – L'Enfant du mal : critique Supermad

Geoffrey Crété | 20 juin 2019 - MAJ : 26/06/2019 15:03
Geoffrey Crété | 20 juin 2019 - MAJ : 26/06/2019 15:03

Vendu avec le nom de James Gunn, réalisateur des Gardiens de la Galaxie, Super et Horribilis qui a commencé chez Troma, Brightburn : L'Enfant du mal a de quoi intéresser le public de 2019 avec sa petite idée diabolique : et si un super-héros comme Superman débarquait sur notre planète sous les traits d'un innocent bambin... voué à devenir un monstre absolu ? Joli programme pour une petite surprise fort sympathique, menée par Elizabeth Banks et réalisée par David Yarovesky.

SUPERMAN RE-RETURNS

Brightburn : L'Enfant du mal est une histoire de famille. Le scénario a été écrit par Brian Gunn et Mark Gunn, le frère et le cousin de James Gunn, qui en est donc producteur. Celui-ci retrouve Elizabeth Banks, l'héroïne de Horribilis, son joyeux film d'horreur sorti en 2006. Révélé par le film fauché The Hive, et ami du réalisateur des Gardiens de la Galaxie (il y a un minuscule rôle), David Yarovesky a été choisi comme réalisateur. Et Michael Rooker, grand fidèle de James Gunn, a droit à une apparition, tandis qu'un clin d'œil est adressé au personnage de Rainn Wilson dans Super.

L'autre famille, c'est celle des super-héros. Alors que James Gunn cumule actuellement The Suicide Squad chez DC et Les Gardiens de la galaxie 3 chez Marvel, il est ici sur le siège arrière d'une version bien moins grand public, qui explore une idée amusante : et si un super-héros comme Superman se crashait sur Terre, pour non pas devenir une figure bienveillante, mais une menace absolue ? Les parallèles avec le célèbre super-héros ne manquent pas dans Brightburn (petite ville, petite ferme, petit miracle), qui profite de son budget serré (une dizaine de millions) pour offrir un petit spectacle méchant et sanglant.

Et malgré une formule un peu classique qui plombe la première partie, Brightburn : L'Enfant du mal marque des points à mesure que ce Brandon vire au monstre, et que le film assume son idée machiavélique.

 

photo, Jackson A. DunnL'enfant prodige

 

DÉCOLLAGE PAS IMMÉDIAT

Brightburn : L'Enfant du mal commence tout doux, et trop doux même. En évacuant très vite la situation initiale (un objet se crashe dans une forêt et un couple y trouve un enfant pas comme les autres), le film se concentre sur les prémices du cauchemar à venir. Réveil soudain d'une force tapie dans l'ombre, puis premiers signes, premiers doutes, premiers incidents... Le parcours est balisé et malgré le soin apporté aux personnages des parents, pour leur éviter d'être emmurés dans de mauvais clichés aimants et naïfs, le scénario traîne un peu. Le spectateur est trop habitué à ce type de schéma pour se sentir ailleurs qu'en territoire conquis.

Elizabeth Banks et David Denman sont très solides, et le jeune Jackson A. Dunn incarne avec talent ce môme des enfers. Leurs partitions ont beau être attendues, et les rôles écrits sans grand éclat, ils portent le film même dans ses passages les plus scolaires. De quoi patienter jusqu'à ce que le film décolle, tout comme ce Brandon qui se découvre des facultés extraordinaires. Le crescendo vers la violence, la destruction et le chaos est alors un pur petit plaisir, et à mesure que le petit héros vire vers le noir, Brightburn gagne en force et en personnalité.

Un œil, une mâchoire ou un crâne deviennent les réceptacles d'une violence parfaitement réjouissante et assumée, qui justifie bien le Rated R du film. Et c'est parce qu'il refuse avec beaucoup de malice de tomber dans la gentillesse et la politesse vis-à-vis de ses personnages, que Brightburn emporte peu à peu, jusqu'à enfoncer le clou dans le cercueil de l'espoir à la fin.

 

photoPromenons-nous dans les bois, tant que le fou n'y est pas

 

LASER GAME 

David Yarovesky est particulièrement adroit à ce petit jeu de massacre contrôlé. S'il n'évite pas certains effets faciles et trop appuyés, le réalisateur prend un malin plaisir à jouer avec la figure d'un mini super-héros tordu et imprévisible, dont l'étendue des pouvoirs et la soif de sang restent floues. De son costume digne de l'épouvantail de Batman à ses yeux tueurs à la Superman, il filme Brandon comme une menace d'autant plus étrange qu'elle semble menée par la curiosité et la perversité. L'effroi le dispute au rire jaune face à certaines images ou situations.

Yarovesky soigne aussi l'iconographie du monstre dans une poignée de plans très soignés, où sa présence dans le cadre (notamment dans les airs) impose sa stature potentiellement terrifiante, comme un fantôme venu semer l'horreur sur Terre.

 

photo, Elizabeth BanksElizabeth Banks : Horribrighburn

 

Le résultat est d'autant plus séduisant qu'il a coûté relativement peu (entre 7 et 12 millions selon les sources), soit des miettes dans le paysage hollywoodien. Hormis quelques plans aux effets approximatifs, Brightburn en tire profit et ménage ses efforts, utilisant le hors-champ et le montage pour masquer les coutures. David Yarovesky a un vrai sens du gore, du suspense et du spectacle, ce qui lui permet d'emballer un climax très efficace, où il se joue parfois avec brio des attentes du spectateur, et s'amuse avec ses décors.

C'est bien dans cette dernière ligne droite que Brightburn brille d'un petit feu diabolique et irrésistible, offrant une alternative fort amusante aux super-héros devenus un pur produit familial, voire lisse. Détourner cette figure n'a rien de nouveau (les comics se sont amusés avec depuis des décennies), mais foncer dans le tas et ouvrir les portes d'un univers si intrigant a de quoi redonner le sourire. Ce modeste Brightburn tombe donc à pic.

 

Affiche

Résumé

Le démarrage est un peu mou, et les ficelles attendues, mais dès qu'il commence à lâcher la bête, Brightburn : L'Enfant du mal devient un pur petit plaisir diabolique. Et il y a suffisamment de scènes réussies, d'idées amusantes et de cruauté pour ne pas avoir envie d'y résister.

Autre avis Simon Riaux
Une série B craspec à souhait, méchante et jusqu'au boutiste. Autant d'ingrédients remuants qui permettent au film de palier à son écriture un peu mécanique et à un manque de nuance qui plombe le premier acte.

commentaires

Razowsqui
06/10/2019 à 16:54

C'est bien fait, très bien fait. le début est long afin d'apprécier les parents, car tout est la, c'est pour eux qu'on s'inquiète, pas pour le très convainquant psychopathe .

Deny
09/09/2019 à 14:59

Bof, l'impression d'avoir vue un court métrage tellement il y a peu d'idée. oubliable

Andarioch
18/07/2019 à 08:58

Le film reste une petite chose certes sympathique mais sans grande ambition. Avec un tel sujet c'est quand même dommage de se limiter à un slasher basique. Alors oui le môme est terrifiant et on a quelques joyeusetés gore à se mettre sous la dent, mais ça reste très superficiel.
Mais bon, en l'état, c'est un long tout à fait recommandable.

jango56700
03/07/2019 à 13:33

Moi j'ai bien aimé , vu le budget du film, c'est franchement pas mal !!
on aurait peut être voulu que ça se lache un peu plus sur la fin.
Ca pose le décor tranquillement peut être un peu trop, par contre niveau gore on est servi !!
Ca faisait longtemps que j'avais pu du gore comme ça !
Un bon petit plaisir ce film !

iPodz
30/06/2019 à 13:50

C'est mauvais du début à la fin !!! C'est linéaire, sans surprise ni inventivité, mal écrit et avec une musique tonitruante qui ne sert qu'à éviter que vous vous endormiez. Les 3 scènes gores de rigueur pour un horror movie, histoire d'avoir un os à ronger et le métrage bas le records du nombre de jumpscares inutiles pour un film d'1h30. D'autant plus indigeste que tout le monde a oublié que Josh Trank avait torché un tout autre film bien plus ambitieux et réussi sur le même sujet (mômes se découvrant des pouvoirs immense) j'ai nommé la petite perle qu'est CHRONICLE. A vos blu-ray...

Howaboutarifleforyourbirthay
30/06/2019 à 13:22

Bon hors d'oeuvre, mais le repas est fini au moment du plat de résistance. Je reste sur ma faim...

Amnorian
27/06/2019 à 15:54

Le film part d'un concept qui reprend le livre de sanderson (coeur d'acier) en détournant l'idée de superman. Le film est un basique film d'horreur (lenteur du début, massacre de la fin) avec aucune réelle motivation expliquée (le père !!!!!!)
Donc a retenir : l'idée de départ avec la parodie, et les les parodies finales (wonder woman, aquaman) qui sont amusante. La potentialité d'une suite bien plus interessente.
Voila c'est tout et c'est bien dommage. C'est pas nul, mais ce n'est pas bien, alors qu'en jouant sur d'autres éléments et donc en améliorant, probablement le script initial, permettant à un film de super heros de sombrer dans l'horreur, on aurait probablement eu une vrai pépite, et l'envie flagrante d'une suite.

RpgBlaster
21/06/2019 à 05:51

Brandon Breyer Wins Flawless Victory Fatality!
Basiquement Brightburn

Gégéleroutier
20/06/2019 à 21:37

Le garçon s'appelle Brandon, un clin d'oeil à l'acteur Brandon Routh qui a incarné Superman dans le film de Bryan Singer ?

Flemmard
20/06/2019 à 18:42

Alors j'y go !

Plus

votre commentaire