The Dirt : critique lourde et forte

Christophe Foltzer | 28 mars 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 28 mars 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Il y a quelques mois sortait Bohemian Rhapsody, le biopic sur Queen, et il a connu un gigantesque succès et plusieurs récompenses prestigieuses. Tout le monde l'adore, sauf nous, parce qu'on trouve ça tout pourri et mensonger. Heureusement, le film The Dirt, disponible sur Netflix, vient quelque peu rétablir l'équilibre.

ROCK'N'ROLL ET FEMME FONTAINE

La plus grande erreur que nous pourrions commettre en abordant The Dirt, serait de l'envisager justement sous le prisme de Bohemian Rhapsody.

Dans le fond, ces deux films n'ont strictement rien à voir même s'ils respectent scrupuleusement le même cahier des charges. L'ascension d'un groupe parti de rien, qui va marquer la musique de son empreinte, les années de débauche et d'errance, la descente aux enfers pour, au final, la rédemption et les bons sentiments. Tout pareil on vous dit.

 

photo The DirtClubs de strip-tease et bars à pute, là où se négocie l'avenir du groupe

 

Sauf que là, on parle du groupe Mötley Crüe et qu'il est de notoriété publique qu'il s'agit quand même d'une belle bande de crétins, ce que le film, produit par Nikki Sixx, Vince Neil, Tommy Lee et Mick Mars, n'occulte jamais. Et heureusement d'ailleurs, tant la bêtise, l'outrance, la drogue et l'alcool sont des composants essentiels de l'identité du groupe.

Nous voilà donc plongés dans les années 80 avec quatre paumés qui décident de monter un groupe parce qu'ils ne sont pas en phase avec la société et qu'ils ont tous des passifs bien pourris. De cette rébellion et cette colère naitra Mötley Crüe, le groupe de tous les excès. Alors que ses membres s'enferment dans une bulle dorée, la réalité n'aura de cesse de les rattraper.

Entre overdose, homicide involontaire, tragédie personnelle et sniffage de colonie de fourmis, The Dirt nous assène un portrait plus que sympathique de ces quatre débiles qu'on aime tant, bien qu'il n'évite pas les écueils habituels du biopic hollywoodien.

 

photo The DirtDaniel Webber est un excellent Vince Neil

 

SHOUT AT THE DEVIL

The Dirt est un film passionnant dans sa volonté libertaire et son jusqu'au-boutisme qui nous surprend la plupart du temps.

Dans sa construction même, avec les dialogues adressés directement au spectateur qui brisent l'action de façon abrupte, ou encore les instants tragiques présentés avec une froideur quasi chirurgicale et qui fournissent le choc émotionnel escompté. Avec cette clairvoyance qu'il ne s'agit que d'un film et pas de la réalité et que, du coup, on va jouer consciemment avec les faits, le film semble s'affranchir de toutes les figures imposées du genre. Pour en jouer, pour les malmener et ainsi aboutir à un objet méta très en phase avec l'identité du groupe.

 

photo The DirtDes débuts percutants

 

On va dire que ce procédé fonctionne durant les deux premiers tiers du film, et très bien même.

Malheureusement, The Dirt rentre dans le rang dans sa conclusion, perd de cet aspect frondeur et gagne en bons sentiments ce qu'il détruit en esprit rock'n'roll. Là, le film se la joue Bohemian Rhapsody avec cette volonté de réunion artificielle, de pardon, de rédemption. Quelque chose que l'on a beaucoup de mal à croire surtout quand il s'agit de Mötley Crüe.

 

photo The DirtGlamrock, j'écris ton nom

 

Ceci étant, il ne faudrait pas réduire le film à sa seule conclusion déceptive tant il s'avère passionnant et sympathique. Par son casting déjà, très, très bien choisi. Qu'il s'agisse de Douglas Booth, Machine Gun Kelly (excellent en Tommy Lee), Daniel Webber ou encore Iwan Rheon, ils se donnent tous à corps perdu dans leur interprétation et convainquent sans mal.

D'autant qu'ils ont tous capté la gestuelle et la personnalité bien frappée de leurs modèles. La reconstitution du groupe et les concerts mettent aussi à l'amende LE-FILM-DONT-IL-NE-FAUT-PAS-PARLER, avec moins de moyens et d'ambition certes, mais au moins avons-nous droit à des chansons interprétées en entier.

Au final, que penser de ce The Dirt ? Pas forcément le biopic attendu sur la vie de Mötley Crüe dans tous ses excès, mais un très bon compromis entre l'identité frondeuse du groupe et les contingences d'un respectable biopic. Assurément l'une des bonnes surprises de ce premier trimestre qui, en plus, nous réserve quelques moments de folie sacrément corsés et donc, fatalement, bien jouissifs. Et bon, la musique de Mötley Crüe reste excellente.

 

Affiche officielle

Résumé

S'il ne va pas au bout de son sujet parce que produit par les membres du groupe Mötley Crüe, The Dirt reste un excellent divertissement parsemé d'éclairs de folie furieuse qui font très plaisir à voir. Une très bonne introduction au groupe pour ceux qui ne le connaissent pas tout autant qu'un bel hommage à une musique qui n'avait jamais été autant libertaire qu'avec ces quatre fous.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.9)

Votre note ?

commentaires
CED
11/01/2021 à 21:28

Personnellement je connaissais un peu la musique sans etre fan du groupe.
J'ai adoré le film 2 heures de surprise et de plaisir.
A voir et a revoir.

prethoria
24/12/2019 à 17:51

Les vrais acteurs sont restés derrière les coulisses pour superviser la réalisation..
Trés franche et honnête à la foi..du haut de mes 51 ans j'en ai vu des groupes qui ne jouaient pas franco.
MC à su ne rien dissimuler (BRAVO), toute la vérité était là.
Les critiques allez aux States , vivre le rock au lieu de baver devant vos catalogues métalleux à 10 balles ou derrière vos PC claqués.
Critiques pourries ... vous etes la honte de ce SON.
Vive le Rock comme disait ''RIP'' Lemmy.

prethoria
24/12/2019 à 17:43

cool

Opale
01/04/2019 à 14:23

Vu la semaine dernière te franchement je me suis régalé, je ne connais quasi rien à la vie et l'univers de MC mais j'ai vraiment passé un bon moment en compagnie de ces quatre trous du c...!

pnumekin
31/03/2019 à 20:06

en tant que fan de Crüe depuis toujours, j'ai adoré le film. seule déception : rien sur Pamela Anderson alors que sa sex-tape sur un voilier avec Tommy Lee est sûrement l'une des toutes premières de l'histoire.

MARMELIN
30/03/2019 à 10:12

Ce film a été une bonne surprise. Je m'attendais a rien, vu des critiques negatives, mais EL m'a donné envie d'y jeter un coup d'oeil.
Je le trouve pas trash, mais plutot sans concession quand ca parle de drogue.Ils n'en font pas quelque chose de cool et de fun. Si vous voulez du trash, tournez vous vers Sid and Nancy.
Bien évidemment la fin "on est une famille" est un passage obligé, mais dans l'ensemble j'ai trouvé ce film affranchissant

Apres je ne suis pas un grand fan du groupe, donc je n'ai pas trop d'avis sur la veracité/liberté du film. Par contre étant un gros fan de queen, je prefere 100 fois the dirt a Bohemian rapshody.

A mes yeux, the dirt est un film authentique quand Bohemian rapshody lisse et polit son personnage pour le rendre acceptable au plus grand nombre

ninixx
29/03/2019 à 16:16

Comme dit au dessus il y a des trous dans l histoire et la timeline pas toujours respectée cependant le film a le mérite d'exister alors qu'on nous l annonce depuis des années.
Je suis aussi déçu du personnage de Mick.
Bref raconter leur vie en 1h30 est compliqué reste le livre très complet qui ravira les vrais fans comme moi.

Isa
29/03/2019 à 03:33

2 heures de film et on en sait pas assez ce n’est pas assez long pour les fans ont sait l’histoire de Motlëy Crüe je suis déçu du film c’était supposé être le film le plus contreversé,je pensais voir du sexe,drogue rock and rôle mais ce n’est pas ça le gars qui fait Mick Mars n’ aucune ressemblance avec le vrai le vrai est cool et parle celui dans le film est négatif.j’aimerais ne pas avoir vue The Dirt et en voir un autre refait avec un acteur qui a au moins les cheveux long comme Mick Mars j’aur aimé voir des bouts de show etc....

toftof
28/03/2019 à 18:32

le film est 0, tommy lee est passé pour un debile.
booth a plus une tete a tourner dans un bollywood que la dedans.
weber a une tete de demeuré.
bref un telefilm sans plus.

Machinarium
28/03/2019 à 17:29

@Mötley Screw

Ouais donc en fait, peu importe ce que dit la rédac, quelqu'un viendra chouiner. Tu sais, ça ne "leurre personne" : si t'aimes pas et que quelqu'un aime, pas la peine de s'en agacer à ce point et dire n'importe quoi (le nombre de fois où ils ont aimé un truc "populaire" et ont été insultés précisément pour ça... -_-)

Plus
votre commentaire