Dragon Ball Super : Broly - critique over 9000

Christophe Foltzer | 6 février 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 6 février 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Depuis son grand retour avec le film Battle of Gods, puis la série Dragon Ball Super en 2015, l'oeuvre culte d'Akira Toriyama semble bien repartie pour durer à nouveau 20 ans. Et avec Dragon Ball Super : Broly, la saga fait un pari dangereux tout autant qu'elle assure son prochain arc scénaristique. En salles le 13 mars.

SUPER GUERRIER LEGENDAIRE

Alors que Dragon Ball et Dragon Ball Z ont traumatisé les trentenaires actuels dans les années 90, l'arrivée de Dragon Ball Super a été la source d'énormément de craintes. Parce que le manga était terminé depuis 20 ans, qu'entre-temps, on s'était tapé Dragon Ball GT et que les tentatives récentes de ressusciter la franchise n'avaient pas vraiment été couronnées de succès. Mais Akira Toriyama et la Toei Animation ont manifestement réussi leur pari, Dragon Ball Super est un carton à peu près partout dans le monde et Goku et ses potes connaissent une deuxième jeunesse.

 

photo BrolyLa planète Végéta comme on ne l'a jamais vue

 

Après le grand tournoi inter-dimensionnel, on se demandait bien dans quelle direction allait partir la saga. Quelle n'a donc pas été notre surprise en découvrant que le prochain grand arc concernerait Broly, personnage bien particulier de Dragon Ball Z, parce que absolument pas canon dans la chronologie.

Pourtant, Broly est bien connu des fans puisqu'il a déjà été l'antagoniste principal de trois films il y a plus de 20 ans : Broly, le super guerrier, qui reste l'un des meilleurs métrages à ce jour, puis les pitoyables Le retour de Broly et Bio Broly. Un personnage surpuissant et extrêmement populaire qui se voit totalement réinventé aujourd'hui.

 

photo BrolyUn gros combat va commencer

 

RETOUR AUX SOURCES

Parce que oui, Dragon Ball Super : Broly a la lourde responsabilité d'intégrer de façon harmonieuse le personnage dans la chronologie officielle de la saga et d'en faire un protagoniste à part entière. Pour cela, le film décide de remonter aux origines, sur la planète Végéta lorsque Paragus, le père de Broly, se rebelle contre le Roi Végéta qui, jaloux de la puissance de Broly, veut envoyer le bébé sur une autre planète pour ne pas qu'il fasse d'ombre à son fils.

En parallèle, Bardock, le père de Sangoku, a un mauvais pressentiment et craint que Freeze ne cherche à détruire le peuple Saiyan, ce qui ne manque pas d'arriver.

 

photo brolyBaston

 

41 ans après l'explosion de la planète, Paragus et Broly vivent sur une planète cauchemardesque et sont retrouvés par des soldats de Freezer, ressuscité à la fin de l'arc précédent. Le tyran y voit là l'opportunité rêvée pour se venger de Goku et décide de les intégrer dans son armée. Au même moment, les 6 boules de cristal que possède Bulma sont volées. Goku et Végéta tentent de les retrouver et font la rencontre de celui qui est probablement le super guerrier de la légende, Broly. La baston peut commencer.

Ce qui frappe immédiatement dans ce film, c'est la qualité graphique de l'ensemble. Là où Dragon Ball Super a été régulièrement attaqué sur son dessin approximatif et son animation honteuse, Broly rehausse la barre. On se retrouve avec un dessin à l'ancienne, qui donne l'impression d'avoir été réalisé à la main, avec une gestion des couleurs et des ombres qui rappellent les meilleurs moments de Dragon ball Z. Et, immédiatement, on se retrouve chez soi. L'effet est saisissant.

 

photo brolyBaston

 

BAGARRE, BAGARRE, BAGARRE

Mais ce qui impressionne le plus, c'est la qualité de son animation. En effet, Broly se permet des audaces inédites dans Dragon Ball, dynamisant ses nombreuses scènes de baston avec des trouvailles de mise en scène qu'on n'a jamais vu dans la saga. On se retrouve donc avec des plans complètement dingues, des accélérations, des visions subjectives, un découpage tonique, parfois chaotique mais toujours cohérent.

Tout ça crée une tension comme on en a rarement vécu dans Dragon Ball. Dragon Ball Super : Broly est une expérience éprouvante mais extrêmement gratifiante en matière de baston, à voir absolument en salles pour en vivre tout l'impact.

 

photo brolyBroly, magnifique personnage tragique (si, si)

 

Pourtant cette très belle énergie se fait trahir par un gros défaut technique, pas rédhibitoire cependant. Dans ses envolées les plus complexes, sur le plan technique, le film délaisse l'animation 2D pour des modèles 3D en cell-shading et la transition n'est pas heureuse, surtout la première fois, puisque le changement de technologie est on ne peut plus grossier et visible, voire gênant. D'une 2D éclatante et magnifique, on a l'impression de passer à une cinématique du jeu Dragon Ball Fighter Z.

Autre écueil étrange, la musique. Impersonnelle pendant une bonne partie du film, assurant le job, sans plus, elle pète soudain les plombs dans les moments les plus tendus du récit. Là on se retrouve avec de la techno bien bourrine recouverte d'une voix de commentaire de match de boxe qui annonce les personnages ainsi que leurs attaques et leurs transformations. Très, très étrange.

 

photo brolyOui bon, ok, Goku, c'est Superman en fait

 

PÈRE ET FILS

Cela dit, le film réussit son pari haut la main dans ce qu'il raconte. Même si cela ne plaira pas forcément aux fans les plus anciens parce qu'il change beaucoup de choses de ce qui avait été établi il y a 30 ans. La longue partie sur la planète Végéta trahit l'inspiration évidente de Superman même si elle nous présente Bardock, la civilisation Saiyan et la destruction de la planète sous un jour sensiblement différent et beaucoup plus dramatique qu'avant, ce qui fonctionne parfaitement et emporte le spectateur.

Le personnage de Broly lui-même s'avère également très différent de celui que nous connaissions jusqu'alors. Et on peut saluer la volonté de Akira Toriyama (crédité au scénario) de vouloir à tout prix rationnaliser le personnage en expliquant d'où vient sa puissance (ce qui nous vaut une possible préparation vers Dragon Ball GT mais nous n'en dirons pas plus), tout autant qu'il déplace son traumatisme initial.

 

photo brolyUn plan tiré directement du premier film

 

Si la présence de Freezer peut sembler un peu gênante au début, son utilisation est parfaitement maitrisée et la crainte qu'il ne s'adoucisse depuis sa résurrection est écartée : il reste le bel enfoiré qu'il a toujours été et se montre particulièrement pervers dans le film. Broly, enfin, trouve une épaisseur inattendue et se révèle un vrai personnage dramatique et des plus passionnants pour lequel on ressent une réelle empathie. Et ça, il fallait le faire, surtout quand on part du gros viandard qu'il était dans les années 90. D'autant que le film se permet de reprendre plusieurs éléments de la première apparition du personnage, thématiques ou visuels, avec grande intelligence.

Enfin, et c'est peut-être le point négatif de cet aspect du film, l'histoire n'occupe pas une place très importante dans le récit puisque, en 1h40 de métrage, on a quand même droit à une bonne heure de baston soutenue. Mais dans ce qu'il prépare et dans ce qu'il annonce, Dragon Ball Super : Broly s'en tire à merveille.

 

Affiche officielle

Résumé

Audacieux sur la forme, riche et intéressant dans le fond, Dragon Ball Super : Broly n'est au final pas un simple coup marketing mais un vrai film qui pose des enjeux capitaux pour la suite de la saga. A voir absolument en salles si on est fan, parce qu'il s'agit probablement du meilleur film Dragon Ball jamais sorti au cinéma. Rien de moins.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.4)

Votre note ?

commentaires
Tortue Géniale
21/02/2021 à 21:59

Je viens seulement de voir ce DBS : Broly et... je suis très partagé !
La réécriture du personnage est intéressante... tout comme j'aimais bien la version fou furieux d'origine. Difficile de choisir, au final : la version DBS, plus complexe mais avec un Broly surpuissant mais qui n'aime pas se battre un peu à l'image de Gohan, ou la version DBZ plus simpliste mais assez unique ? Perso, j'ai dû mal à trancher.
Ensuite, pour parler du film, je le trouve assez inégal, que ça soit en termes de rythme et de technique.
Pour le rythme, une première moitié de film très très calme quoiqu'assez intéressante, même si Goku me paraît assez "vieux" au moment où sa capsule est expédiée. Et une deuxième partie éreintante, comme justement souligné dans l'article.
Pour la technique, on alterne entre l'exceptionnel (Broly vs Vegeta est juste sublime), le moyen (Broly vs Goku, où on a l'impression que ça n'est pas la même équipe au dessin / animation que pendant le combat vs Vegeta) et le catastrophique (l'exercice de fusion et certains autres plans absolument honteux à ce niveau-là).
Sur cet aspect, bien que les films DBZ Broly originaux (les deux premiers, du moins) soient moins fous en termes de dynamisme dans les combats, je les trouve bien plus constants dans la qualité graphique.
Reste la mise en scène des combats, parfaitement jouissive !
Bref, un film très sympa mais avec certains défauts techniques qui m'ont un peu gâché la fête !
(et ouais j'arrive 2 ans en retard, j'ai conscience que je ne serai pas lu, mais j'avais envie de partager mon ressenti quand même)

David caron
17/07/2019 à 21:42

Je viens de me le prendre niveau scénario c'est pas non plus folichon et vue que super dragon ball j'en ai vue aucun j'étais un peux perdu mais dans l ensemble ça reste agréable à regarde parcontre le premier oav avec broly pour moi c'est mythique

David caron
17/07/2019 à 21:36

Alors

David caron
17/07/2019 à 21:35

Je viens de me le prendre

Ronnie
21/06/2019 à 10:25

Vu et j'ai bien aimé, Broly est bien amené, l'histoire tient la route. Du coup Broly nouveau pote ? tout comme Jiren ? quel role vont ils avoir dans la suite des aventures ?
APRES ^^ j'ai préféré le 1er film (voir le deuxième avec le kamehameha familiale) pour son côté plus sombre, sérieux et épique tout comme le film avec Bojak.
Ce qui me dérange vraiment dans ce film c'est le côté ultra kitch /fan service/ultra geek qui enlève le coté épique de la fight entre les effets de couleurs a la fin on n'apprécie pas combat et les musiques genre 'go broly go' ou 'go gogeta'

ollyMovics
09/03/2019 à 12:20

J'ai clairement une dent contre Dragon Ball Super, mais je dois bien avouer que ce film m'a plus ou moins réconcilié avec la franchise!
Toriyama a pondu un très bon scénario ma foi.
OK, il a botté en touche l'épisode spécial sur Bardock, mais ça, on le savait déjà via le minus sorti en manga il y a quelques années.
L'histoire réécrite de Broly m'a beaucoup plu, il a enfin un background et une personnalité!

La mise en scène nous a proposé de beaux moments, par contre l'animation, contrairement à ce que vous dites écranlarge, elle a certes soufflé le très chaud, mais aussi le très froid!
C'est beaucoup trop inégal.
Revoyez par exemple le passage où Piccolo apprend la fusion à Vegeta, on dirait des dessins d'enfant!

Par contre, et là je vous reprend vis à vis de votre dernier article sur DBS écranlarge, mais ce film montre bien la volonté de l'auteur de refaire de Goku le vrai héros de la série!
Je sais que ça ne vous plait pas, mais outre son combat personnel contre Broly bien plus valorisant que celui que Vegeta, c'est sur lui que l'histoire se conclut, et pas du tout de façon anodine!
Goku montre que sa mentalité évolue, il accepte enfin son héritage Saiyan, et ça c'est énorme!
Et on sent par la même occasion qu'il va laisser une petite trace, une influence sur Broly qu'on reverra à nouveau, c'est certain.
L'église est donc remise au milieu du village, et ce, même sans être passé par la case Ultra Instinct!

Bon, après, il fallait réaliser le fantasme des fans et ramener Gogeta.
Mouais, bon, voilà, c'est fait, voyons la suite avec Moro maintenant.

Beerus
03/03/2019 à 12:26

@ Corleone. Et ce film crache sur ce qui a ete fait avant (notamment tv special de Baddack que Toryama avait adoubé à l'époque).

Le petit Robert
15/02/2019 à 16:35

Putain l'orthographe !!!!!!! effectivement 30 ans sans aller à l'école

Magel
10/02/2019 à 21:48

Tant de rageux...
Perso, je n'ai pas aimé la série de dragon ball super, de part son animation, l'abus des couleurs des différentes transformations, son manque de profondeur et d'intensité. On est loin du SS2 de Gohan.
Mais en restant objectif, ce film est bien. Il n'est pas parfait, mais j'ai passé un excellent moment dans l'ensemble. Oui on à des sensations de déjà vu et un background différent de celui que l'on a connu dans les OAV, mais totalement le dénigré pour cela c'est abusif et non constructif.....
Merci pour cette critique les gars, je la trouve très bien et juste dans son ensemble :-).

tchotcho
07/02/2019 à 20:40

Merci pour la précision

Plus
votre commentaire