Marie Madeleine : critique de Proust

Alexandre Janowiak | 28 mars 2018
Alexandre Janowiak | 28 mars 2018

Après s’être fait un petit nom en co-réalisant la première saison de Top of the Lake avec Jane Campion, Garth Davis est rentré dans la cour des grands en 2017 avec Lion. Il avait été lauréat du Director Guild Awards de la meilleure réalisation pour un premier film et son œuvre avait été nommée six fois aux Oscars. Pour son deuxième film, il s’attaque à l’histoire de Marie Madeleine. Verdict.

LA PASSION DU CHRIST

De La Dernière tentation du Christ de Martin Scorsese à La Passion du Christ de Mel Gibson en passant par le parodique La vie de Brian des Monty Python, le musical Jesus Christ superstar de Norman Jewison ou le polémique Son of God de Christopher Spencer, la vie de Jésus Christ a été adaptée de nombreuses fois sur grand écran.

Cette fois, c’est au tour du jeune réalisateur australien Garth Davis de revenir sur la vie du Christ. Le metteur en scène de Lion emprunte cependant un chemin inédit en prenant le point de vue de Marie Madeleine.

  

Photo Rooney MaraRooney Mara en Marie Madeleine

 

Pendant plusieurs siècles, Marie Madeleine a été considérée comme une prostituée et une pécheresse par l’Eglise après les propos du Pape Grégoire Ier en 591. En 1969, le concile Vatican II revient sur cette interprétation et estime que la jeune femme n’est pas une pénitente mais bien disciple de Jésus.

Finalement, c'est seulement en 2016 que le Vatican l’a reconnue comme étant l’apôtre des apôtres et la première à avoir répandu la nouvelle de la résurrection de Christ auprès des autres disciples. Une décision de l'Eglise qui n’empêche pas le mythe de prostituée qui lui a été attribué de perdurer dans les mœurs populaires.

 

Photo Rooney MaraRooney Mara

 

UNE FEMME SANS INFLUENT

Dans son long-métrage, Garth Davis rend ainsi ses lettres de noblesse à Marie Madeleine dans un portrait assez fascinant. S’il s’intéresse bien évidemment au parcours de Jesus Christ, à la foi chrétienne, aux prêches du prophète en terre sainte… Marie Madeleine raconte en premier lieu l’émancipation d’une femme. Une jeune fille qui préférera tout quitter pour suivre ses propres convictions et désirs que de se laisser dicter son destin par les hommes.

Ainsi, même si Marie Madeleine se déroule au commencement du christianisme, sa portée philosophique, humaniste et surtout féministe établit un parallèle évident avec notre époque dans un contexte particulier après les multiples scandales hollywoodiens. Le long-métrage est d’ailleurs une des dernières productions de The Weinstein Company.

 

Photo Joaquin Phoenix, Tahar RahimJoaquin Phoenix et Tahar Rahim 

 

Cependant, si Garth Davis délivre un message puissant et très contemporain à travers son épopée biblique, son œuvre manque cruellement de rythme. S'il offre de magnifiques paysages sublimés par la photographie de Greig Fraser (Zero Dark Thirty, Rogue One) et portés par l’ultime partition du regretté Johan Johannsson, sa mise en scène soigneuse ne suffit pas à accrocher éternellement le regard d'un spectateur qui risque de sombrer dans les limbes de l'ennui durant certaines séquences trop contemplatives.

Même avec les belles prestations du casting, les quatre français Denis Ménochet, Tchéky KaryoAriane Labed et surtout Tahar Rahim (la vision de Judas est passionnante), le discret Chiwetel Ejiofor en Pierre, Joaquin Phoenix possédé par Jésus et surtout une Rooney Mara sensible et douce en Marie Madeleine, le long-métrage n'arrive jamais à dissimuler les nombreuses stries, vides ou longueurs de son récit.

 

Affiche

Résumé

Marie Madeleine propose une réflexion poussée et profondément actuelle sur la condition des femmes au coeur d'un récit biblique passionnant à bien des égards. Dommage que l'ensemble manque diablement de rythme.

commentaires

mimi
11/08/2018 à 10:57

j'ai trouvé ce film merveilleux….Je suis pourtant athée mais le parcours de cette femme qui s'émancipe du paternalisme,des préjugés liés à son sexe,qui refuse le mari et la vie que l'on veut lui imposer;à cette époque!!! De plus ,oaquin Phenix campe une ésus d'une grande simplicité,il n edit d'ailleurs jamais qu'il est le fils de ieu,il prône une vie simple,de partage,de communion avec la nature,de résisatnce passive;il s'oppose à l'idôlatrie,aux sacrifices des animaux et m^me aux rituels,incitant à plutôt vivre sa foi le plus simplement du monde;ieu est en nous,dans notre humanité profonde et dans la lutte contre nos égos sur-dimensionnés;à ceux qui reprochent le manque d erythme du film;c'est une aberration: quel était le rythme de vie de l'époque,où il fallait plusieurs jours pour parcourir quelques kilomètres?e trouve cette critique injustifiée;c'est un film sur l'introspection , le Royaume intérieur comme le dit Marie mqdeleine; le spaysages sont très beaux,dépouilés;hymne à la simplicité,à l'intemporalité du combat des femmes aussi.

Doria
06/05/2018 à 13:59

Film merveilleux, apaisant, plein de spiritualité et tellement actuel par le questionnement qu'il suscite sur le rôle de la femme dans notre société. La théorie de Marie Madeleine selon laquelle le royaume de dieu est tout simplement en nous, qu'il suffit simplement de le mettre en oeuvre, est tout simplement évident, mais sommes-nous trop individualistes et matérialistes pour le voir, là est la question, Pourtant, on a tellement besoin d'apaisement.
J'ai aimé tous les personnages ce de film, avec, en particulier, ce beau personnage de femme si pur et j'ai été touchée également par la détresse profonde de Judas.

pontissou
04/04/2018 à 06:53

Chacun est libre de son choix quand il entre dans une salle de cinéma.

Pour celui qui fait le choix de voir Marie Madeleine, croyant ou pas, je ne pense pas qu'il a perdu son temps, Il y a des moments sublimes et des vues non moins sublimes.

Mirabelle
30/03/2018 à 09:55

Ce film a eu au moins le résultat de me faire chercher sur internet des informations sur cette apôtre dans les controverses dans les evangiles et dans l’histpire de l’eglise.

mikegyver
29/03/2018 à 16:03

joaquin phoenix et rooney mara, ils font bien la paire, a pas aimer les marvel et autres DC, parce que serieusement marie-madeleine ?!?

serieux ?!?

mais ca devrait rester dans leur camescope pour leurs soirées du samedis soirs, et pas passer au cinema et etre payer pour ca, ca sert a rien ce genre de film.....

....bref passons....

Dirty Harry
28/03/2018 à 23:35

Marie Madeleine incarne évidemment un sujet intemporel (le dépassement de la part sombre de l'Eros pour la transcendance, quitter l'esclavage des pulsions du bas-ventre pour l'esprit) et Ste Marie Madeleine a prouvé par son parcours que l'on peut dépasser la lourdeur des pulsions et le diktat du corps, car de prostituée elle sera la première femme à évangéliser les gaules via Marseille jusqu'à qu'à ce que les persécutions contre les chrétiens n'arrivent.

votre commentaire