Watch Out : Critique seule à la maison

Christophe Foltzer | 24 décembre 2017
Christophe Foltzer | 24 décembre 2017

Qu'il est loin le temps où l'on attendait la période de Noël uniquement pour les programmes spéciaux comme Disney Noël ou les téléfilms pourris d'M6 avec plein de bonheur dedans (et généralement Lacey Chabert ou Alyssa Milano). Non, maintenant, Noël c'est aussi la période des petits films d'horreur fauchés qui aimeraient bien nous faire un gros cadeau bien sanglant.

On avait eu Krampus il y a un ou deux ans, et c'était plutôt sympathique. Pas dingue non plus mais sympa. Et cela prouvait bien que l'énergie de Noël était indispensable pour se démarquer d'une concurrence féroce et que cela donnait lieu à quelques points de vue assez originaux sur le genre invoqué. Dans le même ordre d'idée, Watch Out de Chris Peckover joue la carte de la surprise et du gros twist en espérant que cela suffise à le faire entrer au panthéon des oeuvres horrifiques modernes. Par respect du public (c'est vous), on ne va donc pas vous spoiler le gigantesque coup de théâtre qui arrive au bout d'une demi-heure et qui constitue probablement le seul intérêt de voir le film.

 

Photo Olivia DeJonge, Levi Miller

 

SILENT NIGHT, BORING NIGHT

A l'approche de Noël, le jeune Luke est super émoustillé parce que, ce soir, il est décidé à emballer sa babysitter Ashley pendant que ses parents seront à un diner mondain. Suivant les conseils de son meilleur ami Garrett, il prépare une soirée spéciale, à base de films d'horreur, de champagne et de pizza sans champignon pour "faire des trucs" avec la jeune fille, qui s'apprête à quitter la ville pour faire sa vie ailleurs. Malheureusement rien ne se passe comme prévu, puisqu'une fois seul avec elle, des événements étranges se produisent dans la maison et ils comprennent qu'ils ne sont pas seuls. Et ce n'est pas le Père Noël qui vient leur donner leurs cadeaux. C'est plutôt un mec masqué armé d'un shotgun.

Voilà, on n'ira pas plus loin parce que sinon, vous n'avez plus aucune raison de voir le film. Le gros problème de Watch Out, c'est qu'il est chiant à mourir. Alors qu'il ne dure qu'1h23, en temps ressenti on approche plus les 3h30 tant son rythme est lent, son scénario est mince, ses péripéties lourdingues et que le réalisateur ne sait pas, au fond, quel film il veut faire.

 

Photo Olivia DeJonge

 

MAMAN, J'AI RATE MON FILM

Déjà, l'installation de l'histoire prend des plombes et ne passionne guère, étirant son maigre postulat (gamin veut se taper jeune femme) beaucoup trop loin pour vraiment passionner. Le film est aussi extrêmement maladroit dans l'introduction des éléments importants de son principe, de ses pay-offs qui d'ailleurs n'arrivent jamais à l'effet escompté. Les personnages ne sont guère intéressants, mis à part Luke (très bien interprété par Levi Miller et sa voix en pleine mue) et à la rigueur Ashley (Olivia DeJonge). Mais les autres ne dépassent jamais le stade du gros cliché.

Après, il ne faut pas s'y tromper, le film est correctement réalisé. Rien de transcendant mais ça tient la route, il propose même un décor assez joli et des idées rigolotes, ce qui nous assure quand même un certain nombre de scènes plaisantes. Mais c'est bien peu pour sauver le film. Le problème, c'est que nous avons affaire ici à une production très limitée par son budget en regard de son ambition et beaucoup trop consciente de ce qu'elle voudrait être pour vraiment fonctionner.

 

Photo Levi Miller

 

On n'ira pas jusqu'à dire que la démarche pue le cynisme mais l'ensemble manque cruellement de sincérité. Et c'est bien dommage parce que le postulat et le twist sont très sympas. L'autre gros souci, c'est que Watch Out est un film beaucoup trop propre et gentil en regard de sa promesse. Nous sommes dans de la provocation de surface, de la violence édulcorée, alors que justement l'histoire suggère un fond bien hardcore et très sombre. Il manque clairement de folie et de couilles pour nous convaincre sur ce plan-là. Et, entre deux baillements, on se demande régulièrement ce qu'un Sam Raimi ou un Peter Jackson auraient pu en faire. Et, à chaque fois, on pleure un peu à l'intérieur.

 

Photo

 

Résumé

Partant d'une idée très intéressante, Watch Out n'arrive jamais à la hauteur de son ambition. La faute à un manque de rigueur dans le propos et une timidité certaine dans le traitement de son fond bien glauque et de sa violence. Dommage. Disponible en VOD depuis le 22 décembre et en DVD et Blu-Ray à partir du 30 décembre.

Lecteurs

(1.0)

Votre note ?

commentaires

Juju
24/11/2018 à 00:08

Nul je ne conseil pas du tous c’est un film mal fait et énervant,choquant et très malsaint je ne conseil en aucun cas se film nullllll la fin et pourrie je pensait qu’elle allait appeler la police et qu’il yaurait une bonne fin et que les deux ptit con serait partie en prison en fin bref surtout ne regardez pas se film sinon vous allez perdre 1h30 de votre vie.

west666
01/01/2018 à 15:30

idem zéro pour moi vu revu copier plagié tout ce que vous voulez aucun interet hyper déçu

Batjp
31/12/2017 à 05:50

Et bien histoire de diviser un peu plus, hormis le twist sympa j’ai été très déçu, je trouve que le réal n’exploite pas beaucoup le filon et qu’il n’arrive pas à se placer entre la comédie pour ados et le thriller horrifique, ça se veut violent mais c’est tout sauf subversif. Bref j’ai trouvé ça lisse et sans grand intérêt ... dommage vraiment ! Si une dernière chose hormis le soulagement le dernier plan m’a fait sourire !

StarLord
26/12/2017 à 14:01

J'ai également beaucoup aimé ce film, qui mérite bien mieux que ces 2 pauvres étoiles...
Je conseille également de le voir sans rien en lire histoire de garder la bonne surprise du film.
C'est drôle, fun, sanglant, bien réalisé!

trashyboy
25/12/2017 à 08:37

J'ai lu quelque part que ce film divisait tout particulièrement. A vous lire tous, il semblerait que ce soit effectivement le cas!

Et comme cela a déjà été dit, il n'y a pas de vérité, une critique reste subjective, libre à chacun de se faire sa propre idée et de donner son avis, dans le respect de celui des autres.

Et joyeux Noël!

Laika
24/12/2017 à 17:24

"encore faut-il accepter la contradiction", dixit la personne venue dire que l'avis contraire au sien est naze, avant de donner des arguments du même niveau que ceux qu'il descend (càd des arguments classiques pour parler d'un film). Parce qu'à venir dire que telle chose est bidon, on prend le risque de l'être soi-même.
Ce serait vachement plus agréable et cinéphile oserais-je dire, de voir des gens partager leur enthousiasme sans forcément attaquer l'avis d'en face. Je vais demander ça au papa Noël tiens.

Greg
24/12/2017 à 16:44

Oui exactement... Encore faut-il avoir un avis et s'avoir l'argumenter ! Et accepter la contradiction.

Joyeux Noël !

stivostine
24/12/2017 à 16:31

bien aimé aussi, ca change des derniers navets qu'on nous propose.

Christophe Foltzer - Rédaction
24/12/2017 à 16:26

Oui parce que si on a tous le même avis, y a plus d'avis quoi.

Peace out et Joyeux Noël les copains.

Riku
24/12/2017 à 15:47

@Greg

Pour quelqu'un qui se moque des "sempiternelles et tiédasses maximes" sur les goûts et les couleurs, tu en utilises un paquet de "j'ai trouvé que". C'est donc bien ton avis, tartiné à chaque ligne, et pas une vérité, malgré la passion et la... sincérité, que tu y mets.

Perso je trouve ce film parfaitement insipide et banal, mais que tu trouves que c'est une réussite totale ne me pousse pas à essayer de te prouver par A+B que ton avis est erroné, que tes interprètes sincères et "justesse dans l'exécution" c'est au moins aussi niais que ce que tu dénonces dans l'article... pour essayer de balayer et donner plus d'importance à mon opinion. Si toi et le public du Max Linder de ta séance avaient trouvé ça cool, c'est cool. Essaie juste d'être cool avec le fait que tout le monde sur la planète ne pense pas comme toi-vous.

Plus

votre commentaire