Geostorm : critique dans un verre d'eau

Simon Riaux | 1 novembre 2017 - MAJ : 29/07/2020 22:32
Simon Riaux | 1 novembre 2017 - MAJ : 29/07/2020 22:32

« On ne peut pas tout contrôler », annonce ironiquement l'affiche de Geostorm, décalque grossier de celle d'Inception. Phrase d'accroche on ne peut plus adaptée, tant le bockbuster catastrophe s'est progressivement métamorphosé en une allégorie de son sujet. Il est ici question d'un futur proche où l'homme, confronté à un climat rendu extrême par ses errements, a mis au point une super station orbitale chargée de contrôler notre habitat et de nous préserver de cataclysmes impitoyables. Sauf que comme de par hasard, des puissances obscures décident de transformer l'outil de notre salut en arme de destruction massive. Et parce que le monde est un endroit cruel et dénué de toute lueur d'espoir, le seul individu capable de nous sauver de l'apocalypse qui s'annonce est Gerard Butler.

GEOCROTTE

Réalisé par le complice de toujours de Roland EmmerichDean Devlin, le film entendait se placer dans la droite lignée de San Andreas, lequel avait prouvé que la série B de catastrophe au budget surgonflé avait encore un avenir à Hollywood. Idée pas foncièrement déconnante sur le papier, mais dont la mise en chantier a relevé d'un véritable chemin de croix.

C'était avant que Devlin ne se plante au point de forcer la Warner à repousser le film d'un an pour en retourner une grande partie avec Jerry Bruckheimer, que le projet ne passe 61 semaines en post-production, ne change deux fois de compositeur, et ne soit euthanasié par une séquence promotionnelle aussi énergisante qu'un concert de Gilbert Montagné un lendemain de prolapsus sauvage. N'essayant même pas de dissimuler la dimension anachronique de ce projet, qui évoque plus un remake déguisé de 2012 produit par des aveugles qu'un blockbuster ambitieux, le studio envoie la chose (au budget absurde de 120 millions minimum) au casse-pipe.

 

PhotoUn film qui jette un froid 

 

Et en découvrant Geostorm, l'étendue du désastre n'en n'est que plus évidente : rien ne fonctionne dans ce récit qui bouffe à tous les râteliers possibles et imaginables. Des frangins en conflit amenés à se rapprocher au couple que la destruction autorisera à dépasser ses limites, en passant par cet odieux clébard qui bien entendu ne mourra pas, aucun stéréotype ne nous est épargné. Absolument aucun. Soyez donc prévenus, si vous entrez dans la salle avec l'espoir de découvrir un spectacle remuant et original, vous n'aurez droit qu'à un patchwork schizoïde de magma numérique générique. Jamais authentiquement spectaculaire, le film en est réduit à singer régulièrement Gravity pour s'acheter un semblant de modernité.

 

PhotoTwisters

 

TEMPETE DANS UN VERRE GROS

En revanche, les nostalgiques de Roland Emmerich pourront très sincèrement s'amuser du « spectacle », tant il s'efforce de ne jamais déroger au programme immortalisé par le cinéaste teuton. Mais ce qui fait l'intérêt de Geostorm réside paradoxalement dans un de ses défauts majeurs. En effet, le métrage, dans la naïveté irresponsable avec laquelle il aborde ses thèmes premiers, fait presque office de jalon dans l'histoire du divertissement ravagé.

Car en négatif, Geostorm révèle les fractures et traumas qui ont bouleversé l'occident ces 20 dernières années. Après deux décades à se gaver quotidiennement d'images bien réelles de troubles climatiques, d'innombrables statistiques mortifères et témoignages des tragédies engendrées par les migrations de masse ou les bouffées de violence extrême engendrées par le terrorisme international, un spectacle de mort de masse asséné avec tant de naïveté semble désormais aussi obscène qu'absurde.

 

Photo Gerard ButlerLe charisme du petit Gerard est demandé à la caisse.

 

L'incapacité de Devlin, Bruckheimer et la Warner à sentir combien ces séquences (dont le montage alterne entre l'atomisation meurtrière de mégalopoles et les flirts gras entre deux protagonistes évoluant dans l'espace) sont embarrassantes de bêtise, est stupéfiante. Tout aussi ridicule est l'aveuglement du scénario, nous expliquant que pour contrebalancer aux ravages engendrés par la pollution humaine, les héros ont inventé un gadget qui en dissimule les conséquences, plutôt que de modifier leur mode de vie. Ce que nous dévoile Geostorm, c'est combien notre monde et la représentation que nous nous en faisons a changé. Et on se dit que c'est plutôt une bonne nouvelle.

 

Affiche française

Toute ressemblance avec Inception serait purement... heu...

 

Résumé

Toujours fidèle à sa réputation de thermomètre à nanars, Gerard Butler nous sert de guide dans cet almanach Vermot du film catastrophe, aberrant de nullité, mais dont l'anachronisme satisfait peut fasciner.

Autre avis Geoffrey Crété
Avec le collaborateur fidèle de Roland Emmerich à la barre, et une formule de film catastrophe (très) bête, il y avait un modeste espoir. Mais Geostorm est trop laid, trop long, trop premier degré et trop ridicule, pour ne pas se transformer très vite en Armaguignol. Autant revoir Fusion, totalement assumé dans la connerie et bien plus fun.

Lecteurs

(3.2)

Votre note ?

commentaires

lemon
22/01/2018 à 15:46

la preuve que j'avais mis mon cerveau en mode veille, il n'a pas repris pleinement son activité et j'écris n'importe comment : "...et c'est j'ai bien aimé..."

lemon
22/01/2018 à 15:41

J'ai éteint mon cerveau pour regarder et c'est j'ai bien aimé, le bon gros film cata sans intérêt qui permet de tuer 1h45.

Wes
10/01/2018 à 11:30

@s4rc4st0m

Et quand ils mettent 1 à Jumanji version 2017 et Bright, 2 à Insidious 4, ou défoncent des comédies ridicules avec des notes de ce genre, et qu'on leur dit qu'ils sont méchants, tu es où ?
D'ailleurs va voir leur 4,5 à Pentagon Papers au passage

s4rc4st0m
10/01/2018 à 11:07

À l'époque, j'avais lâché Ecran Large parce que trop souvent vous êtes dans l'incapacité de donner une vraie note à un film. Ils se retrouvent tous (le pire comme le meilleur) dans un petit espace entre 2,5 et 4. Ce qui est absurde !
Ici, votre critique montre à quel point le film ne nous respecte pas (quoique j'eus pu être plus virulent encore). Mais pourquoi 2,5 bordel ?! Ça ne vaut même pas 1,5 !

Ebichu
09/11/2017 à 14:13

Je ne comprends pas la note au vu de la critique, c'était 2 étoiles max.. Ce film est une vraie catastrophe.. Je voulais juste voir un film catastrophe comme 2012, divertissant, sans prise de tête, au lieu de ça c'est juste un ramassis de n'importe quoi, j'ai dormis sur la dernière demi heure du film tellement c'était pathétique.
Bref 2/5 c'est bien payé..

Simon Riaux - Rédaction
06/11/2017 à 12:34

Bah comme c'est moi le chefaillon, si jamais je change d'avis et décide de me virer, je vous tiens au courant hein.

francesco
05/11/2017 à 09:56

Vu hier, comment dire... le plus marrant c le vice président qui prend un bazooka pour tuer le président des états unis, la je me suis dit on est au fond on ira plus bas, mais si on continue à creuser quand même

Happy cook
04/11/2017 à 18:52

Film dément, à voir et à revoir, un des meilleurs, très bons acteurs,

Chris
04/11/2017 à 13:42

Je préfère de loin un bon film catastrophé a gros budget dans le style 2012, San Andreas, Blackstorm, etc qu'un des films de superhéros actuels qui se ressemblent tous au final et que t'as oublié les jours qui suivent ton visionnage. Je suis presque certain de passer un bon moment devant Geostorm par contre. Evidemment on oublie toutes logiques en regardant ce genre de film.

Genji
03/11/2017 à 22:19

Film nul de la daube trop cuite

Plus

votre commentaire