Un ex-Doctor Who tape sur Benedict Cumberbatch, Eddie Redmayne et les inégalités

Jacques-Henry Poucave | 14 avril 2015
Jacques-Henry Poucave | 14 avril 2015

Vous ne connaissez peut-être pas le nom de Christopher Eccleston, mais son visage vous est familier, normal il participa de près au renouveau du Doctor Who et a joué notamment dans Thor : Le Monde des TénèbresG.I. Joe ou encore 28 Jours plus tard. Le comédien vient de s’exprimer sur les inégalités chez les acteurs britanniques.

En effet, un profond débat a actuellement lieu au Royaume-Uni, centré sur la question des origines des comédiens, de plus en plus nombreux à être issus des classes les plus aisées. Une situation que dénonce Christopher Eccleston.

« Je me sens encore en insécurité, comme la plupart de mes contemporains des classes populaires. J’ai longtemps cru que la comédie n’était pas pour moi parce que je n’étais pas issu d’un milieu cultivé.

La société britannique a toujours été basée sur l’inégalité, particulièrement en matière de culture.

J’ai vécu avec, mais c’est beaucoup plus prononcé aujourd’hui, et ce serait difficile pour quelqu’un comme moi de percer à présent. »

Afin d’illustrer la situation, l’artiste s’est permis de rappeler que plusieurs jeunes comédiens britanniques actuellement en vogue étaient justement de purs produits de ce système inégalitaire.

« On ne peut pas en vouloir à Eddie Redmayne, Benedict Cumberbatch et d’autres de saisir les opportunités qui s’offrent à eux mais cela va mener à une culture laiteuse et anodine.

Dans une certaine mesure, c’est déjà le cas. »

Christopher Eccleston a notamment rappelé à nos confrères de Radio Times que contrairement à Cumberbatch et Redmayne, il lui avait paru nécessaire (notamment pour le Doctor Who) de ne pas adopter le phrasé typique des acteurs anglais issus de l’aristocratie.

« Pour la première fois j’ai souhaité me détacher de cette forme d’expression parce que nous ne devrions pas établir de corrélation entre l’intellect et l’accent, même si le personnage nécessite une certaine éloquence. »

Eccleston a conclu en rappelant que la question qu’il soulevait allait au-delà des questions de classe, mais toucher aussi à la place des femmes et à celles des artistes d’origines étrangères.

Tout savoir sur Doctor Who

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Manon de Sercoeur
17/04/2015 à 22:35

La jalousie est un vilain défaut... qu'il soit meilleur acteur que Martin Freeman par exemple, et il pourra causer ! Quant aux acteurs "de couleur", Cumberbatch est en première ligne pour les défendre. Bref : un "second choix" se fait de la pub sur les meilleurs. Très vieux truc !

Simon Riaux - Rédaction
15/04/2015 à 11:32

Aucune remarque assassine ici.
Eccleston est peu connu du grand public, l'idée est donc de citer des œuvres dans lesquelles le plus grand nombre a pu le découvrir.
Et comme Phoenix le fait remarquer, il vous suffit de cliquer sur le patronyme de l'artiste pour accéder à sa filmographie, mais visiblement vous n'y êtes pas parvenu...

Clarence
14/04/2015 à 15:56

Et je vous salue bien bas aussi !!

Clarence
14/04/2015 à 15:54

Comment ne pas citer Petits meurtres entre amis à la place de GI Joe et Thor 2 !? Votre culture cinématographique fait vraiment peine... Je vous salut bien bas.

votre commentaire