Netflix a viré Frank Langella de la série de Mike Flanagan pour comportement inapproprié

Chloé Chahnamian | 14 avril 2022 - MAJ : 20/04/2022 11:51
Chloé Chahnamian | 14 avril 2022 - MAJ : 20/04/2022 11:51

L'acteur mythique de Dracula, Frank Langella, a été viré de The Fall of the House of Usher, la série de Mike Flanagan, pour comportement inapproprié.

Si Bela Lugosi et Christopher Lee ont tous les deux incarné des versions devenues cultes du personnage de Dracula, un autre acteur a également servi à la mythification du vampire au cinéma, il s'agit de Frank Langella. L'acteur interprète un suceur de sang sensuel et charmeur dans Dracula de John Badham qui réalise également La Fièvre du samedi soir.

Depuis ce rôle en 1979, Frank Langella a tourné avec les plus grands, dont Ridley Scott, Oliver Stone et Polanski, mais aussi tout récemment chez Aaron Sorkin dans Les Sept de Chicago. Malgré son rôle de Dracula, l'acteur ne s'était pas cantonné au genre et avait même laissé l'horreur de côté, jusqu'à ce qu'il soit annoncé au casting de The Fall of the House of Usher, la nouvelle série de Mike Flanagan pour Netflix.

 

Dracula : Photo Frank LangellaRetour à l'horreur avorté pour Dracula

 

Si cette nouvelle avait réjoui les fans de films d'horreur et de films de vampire, leur excitation risque de retomber. En effet, selon Deadline, Netflix serait en train de chercher un nouvel acteur pour interpréter le rôle de Roderick Usher que Frank Langella devait jouer. La raison ? L'acteur de 84 ans est accusé de s'être comporté de façon inappropriée sur le tournage.

Une actrice de la série, dont le nom n'a pas été révélé, accuse l'acteur d'avoir tenu des propos inappropriés la concernant (voire des gestes déplacés). Après une semaine de suspension, Netflix a finalement décidé de ne pas continuer avec l'acteur. Toujours selon Deadline, le tournage devrait se poursuivre sans prendre de retard malgré le fait que des scènes devront être retournées et qu'un nouvel acteur va devoir être choisi pour remplacer Frank Langella.

 

The Haunting of Hill House : photo, Timothy HuttonFlanagan fera-t-il appel à un ancien de sa bande comme Timothy Hutton ?

 

Pour son adaptation de la nouvelle d'Edgar Allan Poe, le réalisateur des séries The Haunting of Hill House et Sermons de minuit, a fait appel à certains de ses acteurs fétiches, dont Kate Siegel, Rahul Kohli, Henry Thomas, Annabeth Gish et T'Nia Miller mais aussi à des petits nouveaux dont Mark Hamill et Mary McDonnell. Il pourrait donc, pour ce nouveau rôle à caster, tout à fait piocher dans sa liste d'acteurs habituels.

La série, qui n'a pas encore de date de sortie, sera diffusée sur Netflix à l'instar de ses précédentes séries.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Morgane Lafée
18/04/2022 à 13:14

Alors vraiment merci à @GTB pour cette mise au point très bien argumentée.

Je suis amenée à me rendre dans diverses commissions en entreprise, notamment des commissions disciplinaires pour divers problèmes tels que le harcèlement moral ou sexuel. A D.O. et Zetagundam : quand on parle de harcèlement, on ne parle pas d'un gars qui lance un jour une blague salace à la machine à café. On parle de pervers narcissiques qui mettent une personne sous pression sur la durée à travers des remarques, des avances, des humiliations diverses. Certains ont des plans très sophistiqués pour cerner leur victime. Par exemple approcher une femme immigrée en mode sauveur en l'aidant à faire ses démarches, pour ensuite l'obliger à accorder des faveurs sexuelles et l'humilier au travail si elle refuse.
Sans aller jusque là, d'autres commencent par des compliments sur la tenue, pour ensuite la mettre de plus en plus mal à l'aise avec des remarques déplacées, puis des demandes déplacées, tout cela en donnant l'impression à la victime qu'elle l'a un peu cherché (ce sont des manipulateurs). En général, la femme qui ne veut pas céder finit par quitter son travail.
Après, il y a les simples collègues qui vous draguent de manière insistante. Il n'y a pas de mal à tenter sa chance. Les amours au travail, ça existe. Le truc c'est qu'un homme normal va se décourager quand il se prendra un râteau, ne serait-ce que par fierté. Le propre du harceleur est qu'il ignorera la réponse et continuera sans relâche, jusqu'à mettre sa victime dans une grande détresse.
Avec ce type de personnage dans les parages, le comportement des autres collègues masculins a son importance. En multipliant les agissements sexistes et les "blagues salaces", ils affichent une complaisance vis à vis de ce type de comportement. Ce non-respect des femmes est une forme de complicité tacite.

Une dernière chose. Personne n'a interdit de faire des blagues salaces dans l'absolu. Ces blagues nous défoulent tous et nous font rire, à condition qu'elles soient faites dans un cadre approprié. Vous savez, moi aussi je connais des blagues salaces aux dépens des hommes. Le truc, c'est que je ne vais pas le faire devant n'importe qui, mais uniquement devant des personnes dont je sais qu'elles peuvent "encaisser" le truc (souvent des femmes, car les hommes encaissent beaucoup moins bien que nous les blagues salaces à leurs dépens). Ça nécessite de connaître un minimum ses interlocuteurs. Et de les respecter.

Armona27
16/04/2022 à 00:50

Pour répondre au commentaire de D.O suite la non dangerosité des papys, le mien avait 85 ans quand il a tué sa "jeune" maîtresse de 76 ans, après avoir tué sa seconde épouse, la grand-mère et violé une de ses petites-filles. Il a fini par se suicider en avalant du désherbant.
Top, le grand-père, non ?
Non, tous les papys ne sont pas de gentils vieux monsieur.

Francken
15/04/2022 à 15:16

C’est amusant cette volonté de certains à défendre le droit d’être de bons gros débiles, cette approbation de la beaufitude, cet entérinement du rire gras et ordurier…
Oh hé, l’éducation, c’est pour les fragiles, nan mais !

GTB
15/04/2022 à 12:41

@D.O. > Tentative d'inversion des rôles osée mais infructueuse. La question n'a strictement rien à voir avec "un danger" potentiel. On ne se comporte pas n'importe comment, avec n'importe qui, n'importe quand. Dans le monde professionnel, particulièrement, on est en droit d'attendre d'un collègue, d'un supérieur, d'un partenaire un certain professionnalisme. Un collègue n'est pas un pote d'enfance.
Et il va falloir que certains comprennent une fois pour toute de quoi il retourne avec les comportement douteux. Parce que les "une blague salace c'est pas la mort", "une main baladeuse pour la rigolade c'est pas la mort" "une petite remarque humiliante c'est pas la mort" etc...c'est vouloir mettre sous le tapis un type de comportement en réalité problématique, au quotidien, pour de (très) nombreuses personnes.
Dans mon entourage, toutes les femmes (toutes) ont à faire pratiquement tous les jours à des remarques ou comportements déplacés. Assez anodins en actes isolés bien sûr, mais au mieux vraiment relou en accumulation, au pire ça pourri réellement le mental. Et cela est dû en parti à cette tolérance qui n'a absolument pas lieu d'être, et que vous témoignez ici....par défaut. Sans même savoir ce qu'a fait le bonhomme.
Mais cela ne se limite bien évidemment pas aux femmes et au sexisme plus ou moins volontaire. Absolument pas. Et les études sur le milieu professionnel montre que c'est un problème bien plus étendu qu'on ne pourrait le penser. Mais surtout, bien plus grave en réalité (burnout, turn over élevé, dépression, baisse d'efficacité, abus de position, harcèlement moral ou physique, viol etc...). Par exemple, les langues ont tendance à se délier dans le monde du jv, et bordel c'est franchement moche à lire. Il y a un vrai problème de respect et de considération d'autrui.
Il n'y a absolument aucune raison de tolérer des comportements déplacés et souvent immatures. La cour d'école c'est fini depuis longtemps.

Pour en revenir à Langella, nous ne savons pas exactement quel a été son comportement. Peut-être cela méritait sa rupture de contrat, peut-être pas. Ce que je souligne, c'est que sans justification, de base, par défaut et en toute ignorance des faits, vous témoignez un soutien à celui qui a eut potentiellement un comportement problématique; amenant les gens à ne plus faire attention à ce qu'ils disent ou font, à ce que le respect et la considération d'autrui deviennent secondaire. Cette direction là mène à un quotidien professionnel, mais aussi ailleurs, à être un calvaire social.
Et dans un tournage, un acteur qui par exemple à un comportement douteux avec les femmes est un manque de professionnalisme aussi inadmissible que s'il n'apprenait pas son texte.

Eddie Felson
15/04/2022 à 10:42

@blackheart
« « « Et si le type était innocent de ce qu'il est accusé, il serait toujours en tournage » » » … pourquoi il a été jugé pour être ainsi condamné?

zetagundam
15/04/2022 à 10:01

@Blackheart666 / @Morgane Lafée

C'est bien beau de jouer les chevaliers blancs mais il faudrait lire chaque mots de l'article avant de dénoncer.
Il est rapporté dans l'article, je cite, "Une actrice de la série, dont le nom n'a pas été révélé, accuse l'acteur d'avoir tenu des propos inappropriés la concernant (voire des gestes déplacés)" donc traduit de façon simplifiée :"on ne sait pas ce qu'il s'est passé exactement entre l'actrice et Frank Langella" .

Donc oui je persiste à dire qu'il y a une ÉNORME différence et importance entre des paroles ou blagues plus ou moins salaces (qui peuvent être ressenti de manières différentes en fonction de la sensibilité de chaque personne) et des gestes non consenti qui ne seront acceptés par personne

D.O.
15/04/2022 à 09:49

Incroyable les commentaires qui défendent Netflix. Comme si un vieux papy probablement gâteux de 84 ans représentait un danger réel pour la gente féminine.
Il représente tout au plus une nuisance, comme tous les papys gâteux. Et la virulence dont vous faites preuve en dit long sur votre humanisme et votre morale. En d'autres termes, toujours à défendre les puissants au nom même de l'oppression...

BlackHeart666
15/04/2022 à 07:58

@zetagundam : alors non, de nos jours tout n'est pas monté en épingle. Par contre, de nos jours de plus en plus de femmes ne se laissent plus faire. Incroyable la vie hein ? T'aurai préféré vivre à une autre époque j'en suis sûr.

Pour rappel, le harcèlement ce n'est pas qu'avoir des gestes déplacés. Et si le type était innocent de ce qu'il est accusé, il serait toujours en tournage.

Netflix sait ce qu'ils font, ils n'ont pas attendus tes recommandations éclairées pour faire leur job et le faire bien.

Morgane Lafée
14/04/2022 à 22:54

J'aimerais bien voir la tronche de certains commentateurs ici présents (Rakis, Zetagundam...) si un homo leur faisait des gestes déplacés au boulot... Le jour où ça vous tombera dessus, vu votre absence d'empathie pour les femmes, faudra pas pleurer. Mais qui sait, vous vous renseignerez peut-être enfin sur le sens de l'expression "harcèlement sexuel".

GTB
14/04/2022 à 22:27

Au vu des commentaires qui témoignent, en toute ignorance des faits exacts par ailleurs, d'une tolérance certaine et par défaut, de toute évidence, aux comportements douteux, on comprend mieux le constat quotidien du manque de civisme, de savoir-vivre, de politesse; quant c'est pas carrément du comportement odieux.

Faisons preuve de la plus grande souplesse envers ces comportements, ça aide à construire un lendemain meilleur :).

Plus
votre commentaire