Adam McKay, réalisateur de The Big Short, prépare une série sur le vaccin anti-Covid-19

Mathias Penguilly | 28 juillet 2020 - MAJ : 28/07/2020 11:50
Mathias Penguilly | 28 juillet 2020 - MAJ : 28/07/2020 11:50

La Covid-19 a tellement bouleversé les pratiques de l'industrie, que HBO a racheté les droits d'un livre qui n'est pas encore écrit.

Les moments de crise peuvent souvent servir de tremplin à certaines personnalités qui, au milieu du chaos ambiant, parviennent à se démarquer. C'est notamment le cas du jeune journaliste texan Brendan Borrell.

Auteur de longs reportages de terrain (il a écrit sur les voleurs de sirops d'érable canadiens ou encore sur des chasseurs de taupes anglais), il s'est fait remarquer pendant la pandémie grâce à plusieurs longs articles dans les colonnes de Wired, du New York Times, de National Geographic, de The Atlantic... et d'autres encore. Il a notamment couvert la course au vaccin qui prend place en ce moment dans le monde, pour essayer de contrer le nouveau coronavirus.

 

photo, Christian Bale, Amy AdamsVice, le dernier film d'Adam McKay

 

La maison d'édition bostonienne Houghton Mifflin Harcourt vient de lui commander un livre sur ses recherches - il s'intitulera The First Shot (littéralement "le premier coup [de feu]", mais également et plutôt ici "la première piqûre"). Il est encore trop tôt pour qu'une date de publication soit annoncée, mais le livre fait d'ores et déjà l'objet d'enchères pour être adapté à l'écran. La chaîne HBO a notamment mis une option dessus et recruté le réalisateur Adam McKay pour travailler sur le projet.

Ces dernières années, McKay s'est démarqué à la réalisation de deux films grinçants (The Big Short : Le casse du siècle et Vice), le premier vulgarisant les mécanismes financiers qui ont causé la crise des subprimes, et le second dressant un portrait au vitriol du vice-président Dick Cheney. Avant cela, il a écrit de très nombreux sketchs pour le Saturday Night Live (vous pouvez retrouver notre dossier récent juste ici) et il en a même dirigé l'équipe de rédaction entre 1997 et 1999. C'est dans cette émission qu'il a rencontré le comédien Will Ferrell qu'il a dirigé dans de nombreuses comédies tout au long des années 2000 (Frangins malgré euxVery Bad Cops et la saga Ron Burgundy).

 

photo, Frangins malgré eux, Will FerrellWill Ferrell, la muse d'Adam McKay

 

C'est The Big Short néanmoins qui lui a permis d'atteindre une certaine consécration, prouvant qu'il était capable de s'illustrer également dans un registre moins potache. L'année dernière, il a fondé Hyperobject Industries, sa société de production, grâce à laquelle il multiplie les nouveaux projets.

Il a effectivement signé un contrat d'exclusivité de cinq ans avec HBO au cours desquels il devrait réaliser une série sur les Lakers de Los Angeles (adaptée d'un livre du journaliste Jeff Pearlman), une anthologie sur le changement climatique baptisée The Uninhabitable Earth (la Terre inhabitable), une réécriture sérielle américaine du triomphe coréen Parasite... 

Ces derniers mois, McKay a été extrêmement prolifique en termes de production : il a participé au tournage de cinq séries parmi lesquelles Dead to Me, Motherland : Fort Salem, Succession, et bien sûr, le film Netflix de Will Ferrell sur l'Eurovision Song ContestIl a également travaillé sur les comédies Queens et Booksmart avec Kaitlyn Dever et Beanie Feldstein. Enfin, il devrait également réaliser Don't Look Upune comédie catastrophe avec Jennifer Lawrence et Cate Blanchett pour Netflix.

 

photo, Kaitlyn Dever, Beanie FeldsteinRats de bibliothèques 2.0

 

L'adaptation de The First Shot vient donc s'ajouter à la longue liste des projets auxquels le cinéaste-passé-producteur est rattaché. Pour l'instant, le livre n'est même pas écrit, inutile de dire que la mini-série ne verra pas le jour de sitôt. Pour vous donner une idée des enquêtes de Brendan Borrell, on vous renvoie à un de ses articles cités dans toute la presse américaine et publié dans Wired au mois d'avril 2020.

Si vous n'êtes pas familier avec le travail d'Adam McKay, on vous renvoie juste ici, à notre critique de Vice.

 

affiche finale

commentaires

Birdy
29/07/2020 à 18:43

@ sylvinception : Tu es donc d'accord avec Einstein. C'est un bon début vers la sagesse.

sylvinception
28/07/2020 à 12:04

La c*nnerie humaine n'a plus de limite.

votre commentaire