House of Cards : les showrunners révèlent ce qu'aurait dû être la saison 6 avec Kevin Spacey

Christophe Foltzer | 29 octobre 2018 - MAJ : 29/10/2018 10:15
Christophe Foltzer | 29 octobre 2018 - MAJ : 29/10/2018 10:15

La dernière saison d'House of Cards arrive enfin et, soyons honnêtes, même si on aime la série, on la regardera surtout pour voir comment elle a géré le renvoi manu militari de Kevin Spacey l'an passé. Ouais, nous sommes beaucoup trop curieux...

Si House of Cards revient enfin sur Netflix, elle a dû affronter une tempête qui a failli lui coûter son ultime saison. En effet, on se rappelle qu'il y a pratiquement un an, juste après l'explosion de l'affaire Harvey WeinsteinKevin Spacey se retrouvait aussi sur le grill. Accusations d'agressions sexuelles, de racisme et de violence, l'interprète de Frank Underwood ne s'en est pas remis.

Et la série a failli plonger avec lui jusqu'à ce que les showrunners et la chaine ne décident, en ultime recours, de tuer le personnage et de concentrer les derniers épisodes sur sa femme Claire, nouvelle Présidente des Etats-Unis.

 

Photo , Kevin SpaceyKevin Spacey, face à lui-même

 

Quelque chose qui avait déjà été suggéré à la fin de la saison 5 et que les scénaristes ont réussi à exploiter pour faciliter la transition. Mais on se demande toujours à quoi aurait ressemblé la dernière saison de la série si Kevin Spacey était toujours au casting. Une question à laquelle ont partiellement répondu les showrunners Frank Pugliese et Melissa James Gibson au micro d'Indiewire, déclarant que la saison 6 avait toujours pour but de raconter la prise de contrôle par Claire.

"C'est devenu immédiatement une menace pour le personnage de Francis, qui louchait sur le poste depuis longtemps. Donc, ce qui se jouait était une bataille pour contrôler le récit."

En effet, Pugliese précise que, des mois avant que Spacey ne tombe, en réfléchissant à la saison, l'équipe avait pour idée non seulement de placer Claire dans le fauteuil de Présidente, mais également d'en faire la narratrice de sa propre histoire.

 

Photo Robin WrightLe moment est venu pour Claire Underwood

 

"C'était là où on voulait en arriver pour la saison 6. Qu'importent les circonstances, qu'importe ce qui se passe, nous savions que nous voulions ça. L'autre chose que nous possédions, et qui avait été prévu dans la saison 5, consistait en cette idée que la saison 6 se demanderait à qui appartient la Maison Blanche."

Ce qui nous amène à la partie concernant directement Spacey. Que ce serait-il passé s'il n'avait pas été viré ? Il aurait dû affronter Claire, sa femme, dans une évolution dramatique logique :

"A la fin de la saison 5, il y a cette promesse que fait Francis de posséder Claire pour obtenir la Maison Blanche. Il essaye de lui présenter cela sous la forme d'un partenariat mais bon, vous la connaissez, elle lit entre les lignes. Donc, dans la saison 6, nous savions que toutes ces forces tenteraient de la contrôler et de la posséder. C'était quelque chose que nous voulions explorer et que nous avons toujours voulu faire."

 

Photo Robin Wright, Kevin Spacey, House of CardsLa fin du couple mythique

 

Mais l'absence de Spacey au générique a condamné cet arc. Encore que, visiblement, Frank Underwood est toujours présent dans la saison, d'une manière ou d'une autre, comme le précise Melissa James Gibson :

"Frank essaye toujours d'avoir un impact sur les choses, mais il le fait par-delà la tombe, fidèle à lui-même."

Et Pugliese de conclure :

"Il était tellement central dans les 5 premières saisons, je pense que ce ne serait pas une bonne idée de l'effacer. Et je pense que ce n'est même pas une bonne idée pour Claire d'essayer. Elle peut essayer de fermer la porte, de continuer sans lui, parce que c'était là où l'histoire allait de toute façon mais ce ne sera pas facile. Si cela avait été facile, je pense que, d'une certaine manière, cela aurait trahi les cinq dernières années."

On ne saurait mieux dire. Finalement, et si, grâce au scandale de l'année dernière, House of Cards nous proposait sa saison la plus réussie ? Franchement, on l'espère. Verdict le 2 novembre prochain sur Netflix.

 

Robin Wright House of Cards

commentaires

Jean Synapse
18/02/2020 à 16:45

@Soutien à KS

Le seul qui a foutu en l'air la série, c'est Spacey.
Et son renvoi n'a rien à voir avec le politiquement correct. Ca s'appelle les maths. La plupart des spectateurs n'ont pas envie de regarder ou d'enrichir un(e) accusé de faits de cette gravité.

Soutien à KS
18/02/2020 à 16:36

Hallucinant comme le politiquement correct et l'hystérie autour de l'affaire Weinsten ont pu tuer la créativité exceptionnelle de cette série. Désolé, mais House of Cards sans ce bon vieux Francis Underwood n'est plus House of Cards. Tout est ridicule et tombe à plat dans cette saison 6, à commencer par le personnage de Claire, dont toutes les activités sont incrédibles de A à A : elle se balade d'un lieu à l'autre toute seule comme une pékin lambda sans besoin du Secret Service, fait trucider des opposants sans que personne ne la contrarie jamais ou n'ait le moindre soupçon, etc. Quant à ses adresses à la caméra, calquées sur celles de KS, mais avec nettement moins de talent, elles foutent plutôt le malaise qu'autre chose. Et ne parlons même pas du "féminisme" revendiqué dans cette saison, qui relève plutôt de la gynarchie ou de la suprématie féminine lorgnant vers un totalitarisme femelle. Vachement attractif et convainquant, ouais. Bref, consternant. Je préfère de très loin un génie vénéneux comme Spacey à toute cette clique de bien-pensants qui ont juste foutu en l'air une magnifique série.

maxleresistant
29/10/2018 à 12:17

Si on a vu la saison 4 et 5, on savait clairement que oui la série allait vers ça, la prise de controle de Claire et la chute de Frank.
Les choses se font de manière plus abrupte que prévu par contre.

votre commentaire