Deadwood prolongée (un peu)

Zorg | 6 juin 2006
Zorg | 6 juin 2006

Fans de Deadwood, réjouissez-vous. Nous vous annoncions dernièrement et avec tristesse la fin prématurée du western de David Milch. Tout espoir n'est pas totalement perdu.

Le créateur du « Cocksucker Show » avait récemment décliné l'offre faite par HBO d'une demi-saison de six épisodes, arguant du fait qu'il lui était impossible de donner à son show une conclusion potable en respectant la structure de la série telle qu'elle est définie actuellement (un épisode couvre une journée à Deadwood). Milch avait de plus toujours affirmé qu'elle était conçue pour durer quatre saisons, pas une de plus ou de moins. C'est donc la mort dans l'âme que nous apprenions que les acteurs avaient été libérés de leurs contrats. Inutile de dire que dans ces conditions, les chances d'avoir une quatrième saison pleine et entière étaient infinitésimales.

Mais après d'intenses négociations, HBO et David Milch ont semble-t-il fini par trouver un terrain d'entente pour donner à Deadwood la fin qu'elle mérite. La solution est donc la suivante : deux événements spéciaux de deux heures chacun serviront de « series finale » à Deadwood.

HBO devra donc renégocier les contrats des comédiens, tandis que David Milch s'attellera à la rédaction des scripts, qui cette fois-ci utiliseront un cadre temporel différent des épisodes de la série. Il devra de plus jongler entre Deadwood et son nouveau pilote, John From Cincinnati, décrit comme étant du genre « surf noir » (on cherche encore ce que cela signifie exactement) et lui aussi prévu sur HBO.

Malgré un immense succès critique, Deadwood a souffert sur l'antenne de HBO en termes d'audience pure (ce qui ne veut cependant pas dire qu'elle n'a pas ses fans), et n'a pas rapporté la quantité espérée d'abonnements. Avec un coût par épisode estimé à 5 millions de dollars pour 15 à 16 jours de tournage (le double d'une série « normale ») et un casting de vingt personnages, l'addition était salée, même pour HBO. Elle a de plus été victime de l'augmentation des coûts sur d'autres séries de la chaîne à péage. Les Sopranos, actuellement dans leur ultime saison, coûtent toujours plus cher à réaliser, et les 100 millions de dollars de la première saison de Rome ont pesé lourd dans la balance comptable de la chaîne.

Aucune décision n'a été prise concernant la mise en production ni la date de diffusion de cette conclusion sur quatre heures des aventures d'Al Swearengen et ses amis cocksuckers (ou motherfuckers aussi, c'est possible).

Source : Variety

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire