Santa Clarita Diet : la série comico-zombie a-t-elle réussi à décoller avec sa saison 3 ?

Camille Vignes | 5 avril 2019 - MAJ : 05/04/2019 16:40
Camille Vignes | 5 avril 2019 - MAJ : 05/04/2019 16:40

Après deux saisons assez décevantes, Santa Clarita Diet a fait son retour sur Netflix pour sa troisième saison. Grâce à deux trois éléments de saison 2 on lui a laissé le bénéfice du doute. On n'aurait pas dû et on vous explique pourquoi.

ATTENTION SPOILERS !

 

 

ON EN ÉTAIT OÙ DÉJÀ ?

Les choses avaient un peu mal tourné à la fin de la saison 1 puisque d'un côté, on avait retrouvé Drew Barrymore, la plus californienne et instable des mortes-vivantes, enchaînée dans sa cave pour l'empêcher de tuer son voisinage, et de l'autre son mari Joel (Timothy Olyphant) bloqué en hôpital psychiatrique. 

Heureusement, Abby, la fille du couple, et son ami Eric, avaient concocté un sérum pour sauver Sheila et Joel s'était vite tiré de sa situation. De petites victoires qui n'avaient pourtant laissé aucun répit à la famille qui, d'épisodes en épisodes avaient fait des découvertes étonnantes sur les morts-vivants et leur mythologie.

Le pauvre Eric avait fait les fraîs de ces découvertes lorsqu'il s'était aperçu que sa petite amie Ramona, elle-même zombie, n'était avec lui que pour le sérum. De leur côté, Sheila et Joel, en enquêtant sur l'origine de cette maladie, étaient remontés jusqu'au restaurant Japopo… qui s'était révèlé avoir servi une palourde contaminée à Sheila. Palourdes elles-mêmes venant de Ruby, la patronne d'un élevage de fruits de mers illégalement importé de Serbie et qui finissent détruites par Paul et Marsha, deux individus membres d'une mystérieuse confrérie, qui font exploser le stock à coup de lance-roquettes.

 

Photo Nathan FillionUn ami pas comme les autres

 

Et comme gérer des problèmes de décomposition et de propagation du virus n'était pas assez, les Hammond avaient également du gérer leurs amis et voisins. Il s'avère donc que la tête de Gary (Nathan Fillion), homme tué par Sheila dans la saison 1, n'était pas tout à fait morte. Et après s'être liée d'amitié avec Joel, Gary avait demandé au couple de le tuer et de l'enterrer définitivement.

Mais, alors que Sheila et Joel offrent une dernière soirée à la belle étoile à Gary, surgit Anne venue pour les arrêter... après plusieurs coups de feu portés sur la zombie (qui évidemment ne la tuent pas), la policière croît en une manifestation divine et décide de se mettre à son service.

FIN

PS : Ah, et accessoirement, Abby et Éric avaient fait sauter le site de fracturation hydraulique de la ville pour des raisons écologiques.

 

photo, Santa Clarita Diet, Drew Barrymore, Timothy OlyphantOui, vraiment divine

 

MR. BALL-INTRIGUES

Qu'on s'entende, avec une deuxième saison laissant vivre et grandir autant d'intrigues, la troisième allait forcément devoir fermer pas mal de portes pour retrouver un peu de profondeur. Et pour Sheila et Joel cela voulait dire s'occuper du problème Anne et de la mythologie serbe et pour Abby et Éric, se dépatouiller avec leur crime.

Mais il s'avère très vite que les choses sont un peu plus compliquées, parce qu'une grande partie des intrigues et sous-intrigues échangent leur place et décridibilise l'histoire.

 

photo, Timothy Olyphant, Drew BarrymoreJamais devenir chevalier n'aura été aussi facile

 

Comme l'ordre des chevaliers de Serbie, véritable menace de la saison, que le couple réussit à berner avec une facilité déconcertante. Sheila n'a eu qu'à convaincre le chevalier-tueur à ses trousses de raccrocher (dans une tirade digne d'une princesse Disney) et Joel à devenir chevalier à la place du chevalier pour que pouf, la menace soit écartée.

Comme aussi la situation dans laquelle se retrouvent Abby et Éric, totalement empétré dans leur histoire d'explosion et avec le FBI collé à leurs bask' toute la saison et qui se détourne d'eux aussi sec à la fin.

  

UN RYTHME AUSSI MORT QUE SES ZOMBIES

Et encore, si ces arcs narratifs étaient survolés par manque de temps on ne serait pas aussi exigeant, mais même pas ! La série perd son temps dans des égarements terriblement inutiles. Au lieu de demêler les problèmes d'Abby et Éric, les scénaristes s'amusent avec leur amourette naissante pour finalement en faire le point névralgique de tous leurs problèmes. 

 

photo, Santa Clarita Diet, Drew BarrymoreUn petit bout d'intrigue pour le petit déjeuner ?

 

Les intrigues secondaires ne cessent de se rappeler aux spectateurs. La guéguerre entre agents immobiliers prend une tout autre dimension quand l'autre couple se trouve suspecté d'être zombie par les Serbes. Et la tête de Gary se met subitement à vouloir vivre puis à travailler depuis la cave des Hammond pour leur agence (agence qui d'ailleurs a l'air de beaucoup trop bien fonctionner).

Des exemples de petites intrigues vraiment annexes auxquelles sont accordées beaucoup trop de scènes, il y en a encore pleins d'autres. Et à chaque fois, ce sont autant de moments qui empêchent les arcs les plus importants de se développer et tuent le rythme. 

L'utilité de la boule à pattes (recrachée par les zombies au moment de leur transformation) est teasée à la fin de l'épisode du retour de Ramona, soit le quatrième. Mais il faudra attendre la toute fin de la saison pour que la série l'exploite et laisse entrevoir son intérêt. Malheureusement, ça ne montre que la faiblesse des scénaristes, capables d'écrire des cliffhangers galactiques mais pas de donner du corps à une histoire.

 

photo, Timothy Olyphant"Dis maman"

 

SANTA CLARITA HUMOUR

S'il fallait choisir un mot pour décrire l'humour de Santa Clarita Diet ce serait indigeste... ou décevant. Il y avait un tel terreau comique, noir et décalé à l'annonce d'une série où Drew Barrymore incarnerait une zombie. Mais force est de constater qu'après trois saisons, les gags ne se renouvellent toujours pas. 

Finalement, l'un des problèmes de la série reste son humour. Mal dosé et jamais subversif, cette troisième saison enterre definitivement tout espoir de la voir tenir ses promesses. La série reste sage et refait inlassablement les mêmes vannes gentilles sur le cannibalisme ou les envies sexuelles de Sheila et Joel.

Même les situations pouvant être comiques pèchent à cause de cette absence de panache. Celle entre Abby et Éric aurait pu apporter son lot de moments improbables et gênants mais ça n'arrive jamais. De même que certaines plus grave : la demande de Sheila à son mari, celle de le transformer en zombie et de s'aimer pour l'éternité, et les dialogues qui en découlent, volontairement écrites sur un ton humoristique sonnent faux.

 

photo, Santa Clarita Diet, Drew Barrymore, Timothy OlyphantQuand tu sais plus comment faire rire

 

En définitive Santa Clarita Diet avait un postulat de départ original qu'elle n'a jamais vraiment réussi à exploiter. La série laisse toujours autant sur sa fin (faim), ne s'autorise jamais de sortir des limites de ce qu'elle est réellement : une sitcom pas très original et pas très bien écrite. En ne tirant jamais parti de ses particularités, la série de Victor Fresco est correct et s'oublie malheureusement aussi vite qu'elle se regarde.

La saison 3 de Santa Clarita Diet est disponible en intégralité sur Netflix depuis le 29 mars 2019. Les saisons 1 et 2 sont aussi disponible sur Netflix.

 

Photo , Santa Clarita Diet

commentaires

Nico Roy
24/06/2019 à 22:10

Cette série est géniale. Je suis dégoûté qu'elle soit déjà terminé et déçu d'apprendre que netflix annule la saison 4.
J'espère qu'il y aura quand même une suite

Vinz
05/06/2019 à 06:45

J'ai dû mal à prendre au sérieux une critique aussi mal écrite. N'hésitez pas, Écran Large, à vous entourer d'une équipe de rédacteurs compétents ;) C'est sans parler de la structure argumentative, de la manière dont sont agencés les exemples... rien de bon dans cette publication.

Sheila
24/04/2019 à 13:45

Encore un critique lassé et aigrie. Cette série est drôle, innovante et divertissante. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et j'attends la saison 4 avec impatience.

kevin santos
24/04/2019 à 13:21

Bien heureusement cette série est un bol d'air frais et se renouvelle à chaque nouvelle intrigue.
La critique de cet article laisse à désirer (pour ceux qui ont le courage de lire en entier)
Renouvellement pour une saison 4 encore incertain en vue du fonctionnement de Netflix

Teckila
18/04/2019 à 00:09

J'adore j'ai beaucoup apprécié cette série j'aime cette humour décalé sa change! Je ne suis pas du tout d'accord avec les critiques VIVEMENT la saison 4 .... et plus encore

Tagada
16/04/2019 à 22:38

Pas du tout d'accord avec cette critique ! j'ai adoré cette série !

Lea
16/04/2019 à 13:48

J'ai dévoré les trois saisons et j'ai bien rigolé! En total désaccord avec ses critiques!!

dtc
15/04/2019 à 11:56

Ecran large /esprit étroit ...... bye bye mauvais critiques !!!

Baby
14/04/2019 à 23:53

Visiblement vous n'avez rien compris à cette série, c'est à mourir de rire !

Sashimi zébré
14/04/2019 à 10:05

Simple et efficace... même lorsque les gags sont prévisibles (très souvent d’ailleurs) je me surprends à rire.
J’ai eu beaucoup de mal au début à appréhender Shella dont la voix française est aussi celle de Penny dans The Big Band Theory. Alors quand on finit cette dernière avant d’entamer Danta Clarita diet ça laisse un peu pantois.
Toutefois je renouvelle mon engouement pour la série et nous attendons avec impatience la 4ème saison !

Plus

votre commentaire