Trois scènes qui font d'Ash vs Evil Dead une série monstrueusement géniale

Christophe Foltzer | 25 février 2018
Christophe Foltzer | 25 février 2018

Dans la vie, il arrive que des miracles se produisent. Mais très rarement, ce qui les rend d'autant plus beaux et précieux. Et Ash vs Evil Dead boxe incontestablement dans cette catégorie. Hommage ultime tout autant que continuation intelligente et débridée des films de Sam Raimi, la série nous a proposé son lot de morceaux de bravoure durant ses deux premières saisons. Nous en avons retenu trois.

Bien entendu, cette sélection est on ne peut plus subjective et chaque épisode des deux saisons pourraient nous fournir un extrait. Mais force est de reconnaitre qu'Ash vs Evil Dead a su répondre à toutes nos attentes les plus folles, en nous en offrant encore plus. En allant bien plus loin que tout ce que la télévision nous avait offert jusque là. A quelques heures de la diffusion de la saison 3, il nous paraissait obligatoire de mettre sous les projecteurs trois moments emblématiques qui font de cette série un incontournable du moment. Alors, préparez vos vomibags, chopez votre doudou et ne mourrez pas de rire en chemin...  C'est parti !

 

Photo Affiche détail

 

 

EPISODE 1 - SAISON 1 : LA MAISON DE L'HORREUR

Pour son grand retour sur les ondes depuis le remake, Evil Dead se devait de frapper fort. Alors que tout le monde attendait impatiemment de revoir Bruce Campbell dans son rôle culte du crétin Ash, Sam Raimi en a également profité pour nous rappeler ce qu'était son Evil Dead à l'origine. En effet, si tout le monde ne retient que l'aspect comico-gore des deux suites, le premier Evil Dead était un vrai film d'horreur premier degré. Point de comédie, point de violence cartoon, mais un festival d'idées folles et d'ingéniosité qui marquèrent durablement les spectateurs de 1982.

 

Photo Episode 1

 

Pour nous rappeler cet ADN purement horrifique, Ash vs Evil Dead ouvre donc le bal avec une bonne grosse séquence de trouille comme nous n'en avions plus vu depuis longtemps. L'irruption de deux policiers dans une maison à priori vide débouche sur une scène de peur qui soigne son ambiance, paye son tribut à toute l'horreur moderne à coups de jump-scare et nous montre à quel point les Deadites ne sont pas des menaces de pacotille. La séquence est brutale, terrifiante, violente, sombre et surprenante, comme pour nous rappeler qu'avant toute chose, Evil Dead, c'était bien ça : un pur film d'horreur d'exploitation qui ne cherchait pas à faire le mariole. Et on peut dire que ça fonctionne tout autant que cela pose d'emblée l'ambiance : on n'est pas forcément là pour se marrer. Soyez prévenus.

 

 

 

EPISODE 2 - SAISON 2 : LA MORGUE

Maintenant que les enjeux sont clairement posés et que les spectateurs sont habitués aux personnages, Ash vs Evil Dead doit déjouer son plus grand piège : la répétition et la baisse de rythme. C'était sans compter sur la folie de l'équipe qui profite de la diffusion de la série sur un canal privé pour laisser exploser sa rage et son outrance. Ash se retrouve donc à la morgue, à devoir combattre l'intestin possédé d'un cadavre. Moins facile qu'il n'y parait puisque l'organe se permet toutes les bassesses comme par exemple obliger notre héros à explorer le corps par l'anus, pour se retrouver coincé dans sa cage thoracique.

 

épisode 2

 

Un délire gore et cartoon ahurissant, qu'on n'avait pas vu venir et qui montre bien l'autre versant de la saga : Evil Dead c'est aussi un bon moyen de repousser toutes les limites de la bienpensance pour délivrer des séquences en mode Tex Avery sous cocaïne qui rappellent autant les séries B ultra bourrines des années 80 que tout un pan subversif de la sous-culture américaine mise à mal par des décennies de récupération et de politiquement correct. La volonté est évidente : Ash vs Evil Dead est là pour choquer mais en faisant rire. Et comme le disait Brad Pitt dans L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford : "Le corps humain a des orifices insoupçonnés." Grandiose !

 

 

 

EPISODE 8 - SAISON 2 : ASHY SLASHY

L'épisode 7 fut sans conteste le plus hallucinant de toute la série jusqu'à présent, en nous plongeant en plein enfer psychiatrique, creusant comme jamais auparavant la psychologie de son héros, arrivant à faire douter le spectateur de tout ce qu'il a vu jusqu'à présent. Et si Ash n'était qu'un psychopathe comme tant d'autres ? Et si nous avions passé ces trente dernières années enfermés dans son délire ? L'épisode entier étant marquant, symbole d'un fond extrêmement dépressif et mélancolique, il ne saurait contenir une seule séquence à isoler tant il est une expérience dans son ensemble. Nous choisissons donc l'épisode suivant qui voit la conclusion de cette parenthèse désenchantée et qui montre bien sur quelle ligne mince évolue la série depuis ses débuts.

 

Photo Saison 2 Episode 7

 

Arrivée pour sauver Ash, Kelly se retrouve confrontée à Ashy Slashy, la poupée maléfique, possédée par un Deadite. S'en suit une séquence slapstick qui rappellera les beaux jours d'Evil Dead 2 et notamment toute la partie relative au combat d'Ash contre sa main coupée. Angles de caméra pliés dans tous les sens, montage dynamique, rythme soutenu, cette scène représente à elle seule pourquoi on aime Ash vs Evil Dead, parce qu'elle transforme une idée au final assez simple (un combat contre une poupée diabolique) en un morceau de bravoure et d'ingéniosité de mise en scène et de découpage. Plus que jamais, la série prouve son amour du cartoon dans ce qu'il a de plus pur, son ambiguïté totale, entre humour et horreur, pour nous délivrer quelque chose que seule elle parvient à faire aujourd'hui.

 

 

 

Il ne s'agit là évidemment que de quelques moments isolés dans un gigantesque bordel jouissif. La saison 3 commence cette nuit aux Etats-Unis et vous pouvez être sûrs qu'on l'attend de pied ferme. Nul doute en effet que nous n'avons encore rien vu.

commentaires

Dean
06/03/2019 à 02:13

D'accord pour la première scène.

Perso, j'aurai inclue l'invocation du démon Eligos dans l'épisode 3 de la saison 1.
Cette excellente séquence met en scène le monstre le plus redoutable et dérangeant de la série, selon moi.

Kean
25/02/2018 à 23:06

J’avoue..
La jubilation que provoque ce show est bien reel!
C’est un miracle en soi qu’une serie arrive a egaler (p-etre meme a surpasser pour ma part) l’original.
Fargo egalement rentre ds ce classement.
Mais quel pied..

Yonass
25/02/2018 à 12:14

Je kiff cette série qui pour moi est là meilleur et de loin! Sam raimi nous a tellement manqué et Bruce Campbell est au top!! Trop hâte de voir la saison 3 !!!

votre commentaire