Black Lightning : un pilote efficace pour le nouveau super-héros de l'univers DC ?

Alexandre Janowiak | 24 janvier 2018
2
Affiche officielle

Pour commencer 2018 sur les chapeaux de roues, The CW lance une nouvelle série de super-héros avec Black Lightning. Diffusé à partir du 23 janvier prochain sur Netflix, que vaut le pilote du nouveau show DC ? Attention, légers SPOILERS.

 

 

RESURRECTION

Jefferson Pierce (Cress Williams) vit tranquillement sa vie de professeur de lycée en élevant ses deux filles Anissa et Jennifer. Mais alors qu'il est en pleine retraite de super-héros, il est obligé de reprendre son costume lorsqu'une de ses filles se retrouve en danger. Il redevient alors Black Lightning, un méta-humain qui contrôle les champs électromagnétiques.

Entre la série Smallville qui a marqué toute une génération (et maintenant terminée), et celles en cours de diffusion : Arrow, The FlashiZombieSupergirl ou encore Legends of TomorrowThe CW est une habituée des univers super-héroïques. Et même si elle en diffuse beaucoup, elle ne semble pas rassasiée. 

Elle a donc demandé à Salim Akil et Mara Brock Akil de développer une série sur le héros peu connu du grand public Black Lightning. Cependant, afin de lui donner une identité forte elle a décidé de la séparer du Arrow-universe. Si le multiverse super-héroïques des séries CW fonctionne plutôt bien sur nos écrans, il empêche parfois les différents shows de se débrouiller seul. En n'étant pas relié aux autres séries de la chaîne, Black Ligthning est donc totalement libre. Une bonne idée qui peut être le moyen de développer correctement son nouveau héros et surtout réussir à se concentrer plus profondément son univers à lui.

 

Photo Cress WilliamsCress Williams dans la peau de Black Lightning 

 

ÉLECTRICITÉ DANS L'AIR

Le pilote de Black Lightning n’a rien de mémorable ni même de profondément original. L’intrigue qui est mise en place est assez basique et le reste de la saison ne livrera sans doute aucunes surprises de taille ou particulièrement innovantes, à l’image des autres séries de super-héros diffusés par The CW.

De plus, Black Lightning pose de nombreuses thématiques intéressantes et profondément ancrées dans l’actualité avec son super-héros afro-américain : racisme, conflits communautaires, politique social… Cependant, nombre de ses questions ont déjà été mise en avant dans la série Netflix : Luke Cage. Reste à savoir si le show saura mieux développer l’ensemble de ces thématiques, notamment grâce à la fille aînée du super-héros, Anissa (Nafessa Williams).

 

DCNafessa Williams

 

Il y a tout de même quelque chose de rafraichissant dans ce début d’aventure de Black Lightning. Contrairement à une grande majorité des séries de super-héros, Jefferson Pierce connait parfaitement ses pouvoirs puisqu’il sort d’une retraite de neuf ans. Adieu la bonne vieille origin-story banale, ici on rentre tout de suite dans le vif du sujet.

L’intelligente séquence d’ouverture où ses pouvoirs refont leur apparition après neuf ans de sommeil introduit très bien le personnage. Par la suite, l’entrée en matière semblera peut-être un peu trop rapide pour les novices de l’univers DC. Cependant, cette introduction efficace promet un développement tout aussi efficient. D’ailleurs, la divulgation rapide des pouvoirs d’Anissa en fin d’épisode (futur Thunder) prouve aussi que le show ne veut pas perdre trop de temps pour dynamiser son récit.

 

DC"Mais qui cela peut-il bien être ?"

 

Néanmoins, pour terminer, petit malus pour la tenue de Black Lightning. Si son costume est plutôt stylé, on a du mal à croire un seul instant qu’avec ses seules lunettes sur le visage, Jefferson Pierce ne soit pas reconnu par ses propres filles quand il les secourt. Certes, ce choix respecte le comics mais la vraisemblance en prend un coup.

De plus, si les liens familiaux du super-héros sont développés correctement - ou au moins présentés dignement - dans ce pilote : son ex-femme Lynn (Christine Adams), son bras droit-tailleur Peter Gambi (James Remar) et ses deux filles, le pilote s'attarde trop peu sur le méchant Tobias Whale pour le rendre intrigant. Dommage.

 

DCMarvin "Krondon" Jones, dans la peau du dit-méchant vraiment pas gentil et mystérieux

 

Avec son premier épisode, Black Lightning ne révolutionne pas le genre de super-héros (et ne semble pas parti pour le faire). En revanche, même si elle n'est pas encore optimale, son efficacité narrative peut être la promesse d’une série divertissante et d’un univers bien exploité.

Un nouvel épisode de Black Lightning diffusé chaque semaine sur Netflix France, depuis le 23 janvier.

 

Affiche

commentaires lecteurs votre commentaire !

F4RR4LL
26/01/2018 à 13:45

Gollem "Moi j'ai chié sur ma télé tellement c'était nul." C'est d'un gamin.
Même sans les super pouvoirs, cette série se regarde. C'est The Shield avec un mec éléctrifié qui défonce du gangsta. Il faudrait juste que la série s'inspire de Dardevile pour les scènes de baston, mais c'est encourageant.

Gollem13
24/01/2018 à 22:02

Je viens de terminer le pilote. C'est une bouse sans nom. Le rédacteur de cet article est un moine boudhiste animé par les meilleures intentions envers son prochain. Parce que de mon point de vue, il n'y a rien à sauver. J'ai même vomi deux fois pendant les scènes d'action.

votre commentaire