Family Business saison 2 : critique en pétard sur Netflix

Alexandre Janowiak | 11 septembre 2020 - MAJ : 11/09/2020 13:05
Alexandre Janowiak | 11 septembre 2020 - MAJ : 11/09/2020 13:05

On ne s'attendait pas à voir débarquer un épisode spécial de Plan Cœur sur la plateforme en août dernier et le résultat a été rude. En revanche, c'était déjà annoncé de longue date que la saison 2 de Family Business arriverait ce 11 septembre sur Netflix, et c'était pas plus mal car, au moins, on a pu se préparer au pire... et avoir quelques bonnes surprises, aussi rares soient-elles.

MERGUEZ PARTY

À la fin l'épisode 3 de cette saison 2, une partie de la famille Hazan teste la nouvelle "pastraweed" concoctée par Aure et l'homme de main de Jaurès, Vadim. Évidemment, cela tourne mal, n'est pas Ludmila qui veut. Résultat : le taux de neurotoxine contenu par leur cannabis est beaucoup trop élevé et ils finissent par se chier dessus. Du moins, ils ont le temps de s'organiser pour que l'un soit aux toilettes, l'autre se soulage dans un ficus, et les suivants dans le lavabo ou un bol qui trainait par là. Et c'est finalement tout le problème de la série française de Netflix.

Avec une telle scène, certes pas franchement recherchée, mais dotée d'un certain potentiel, on pouvait espérer un moment complètement taré à la American Vandal dont la saison 2 avait mis les potards sur la merde et nous avait bien fait marrer. Malheureusement, Family Business semble toujours appuyer sur le frein là où elle n'en aurait pas besoin et pourrait se permettre, au contraire, d'aller plus loin. Le moyen de provoquer l'hilarité et surtout d'enfin être irrévérencieuse, ce que la série semble revendiquer sans jamais y parvenir réellement.

 

Photo Louise ColdefyMieux que l'excellent Jonathan Cohen, l'incroyable Louise Coldefy

 

On ne va pas se mentir, il y a du mieux dans le dosage de l'humour par rapport à la saison 1 extrêmement fade et primaire. Rien que l'idée de voir Jonathan Cohen (Joseph) se démener pour tenter de convaincre sa famille qu'une "bande rivale" les menace est plus amusante que tout ce qu'avait proposé la saison précédente. Cependant, malgré quelques bonnes idées sur les animaux voire un cocktail molotov capricieux, le récit choisit de ne jamais trop bousculer ses personnages. Même Joseph, pourtant a priori prêt à tout pour sauver ses enfants, semble se tempérer lui-même pour ne pas tomber dans l'extrême (ce qui n'a pas de sens).

On pouvait donc imaginer que l'arrivée de la foldingue Clémentine à ses côtés allait permettre d'embraser leurs fausses menaces d'une manière démesurée. Regrettablement, il n'en sera rien alors même que le personnage incarné par Louise Coldefy est sans aucun doute possible le plus drôle et irrévérencieux de la série. C'est d'ailleurs elle, qui, la majorité du temps, provoque les plus belles situations comiques de cette saison 2. Que l'intrigue joue avec sa folie, sa fausse naïveté ou son côté autoritaire, elle parvient quasiment en permanence à provoquer le rire. C'est elle la plus grande force de la série, jouant avec l'auto-dérision, et elle est clairement sous-utilisée.

Au lieu de ça, la série préfère se contenter de blagues déjà vues ailleurs des centaines de fois (les corps transformés en saucisses, ça devient has been sérieux) ou d'une mamie-gaga qui dit ce qu'elle pense tout haut, et ça n'a rien de bien plus original. Un manque d'authenticité qui s'en ressent dans le scénario global.

 

Photo Jonathan CohenDes merguez pas très casher

 

DE L'HERBE AUX YEUX

Qui a déjà regardé quelques séries ou films de mafieux n'aura quasiment aucune surprise devant les six nouveaux épisodes de Family BusinessLe twist final n'a rien d'un coup de théâtre et concrètement, l'intrigue est tellement balisée qu'on ne s'inquiète jamais réellement pour les Hazan. On sent qu'Igor Gotesman essaie régulièrement de mettre en difficulté ses personnages pour tracasser les spectateurs sur le destin de la petite famille, mais ça ne fonctionne jamais.

Au contraire, on perçoit en permanence l'amour que porte le scénariste et réalisateur à tous ses personnages et on sent bien qu'il est incapable de leur faire vivre le pire. En résulte, certes une succession de situations délicates à gérer pour la famille, mais dont on sait pertinemment qu'elle se sortira par une pirouette ou une facilité scénaristique de plus (la fameuse arme enrayée qu'on essaie de réparer en regardant l'intérieur du canon et qui finit par fonctionner, lol).

 

photoUne famille soudée malgré les déboires, voilà le vrai sujet de Family Business

 

En revanche, en les amenant un peu plus dans leur retranchement, sans pour autant les mener au bord du précipice, la série construit des personnages assez attachants, voire touchants. Car finalement, ce qui anime le plus Igor Gotesman, c'est de raconter l'histoire d'une famille obligée de se souder dans les moments les plus difficiles de sa vie. Après Five (qu'il a réalisé et scénarisé) ou Le Nouveau et Mon inconnue (scénariste uniquement), le Français continue à explorer les notions de famille, d'amitié et d'amour.

C'est sans doute ici qu'il parvient à être le plus émouvant dans cette saison 2 : à travers son envie de dépeindre le portrait de personnages torturés et pourtant prêts à tout pour sauver les proches qu'ils aiment, quitte à se sacrifier ou dissimuler leurs problèmes. Ce n'est pas très profond ni même transcendant comme postulat, mais dans ses meilleurs moments, cette saison 2 trouve alors un élan de solidarité, d'unité et de cohésion tendre et bienvenu.

La saison 2 de Family Business est disponible depuis le 11 septembre 2020 sur Netflix en France. La saison 1 est également disponible sur la plateforme.

 

Affiche officielle

Résumé

Family Business tente un peu plus d'être irrévérencieuse dans cette saison 2. Si elle y parvient quelque fois, cela reste trop mineur, d'autant plus que le reste est particulièrement basique et attendu.

Lecteurs

(3.9)

Votre note ?

commentaires

Tony
18/09/2020 à 15:06

franchement vous êtes dure cette série est top moi j adore bravo a eux ! Vivement la saison 3 ????????????

Pierre
18/09/2020 à 15:00

Une série française qui sort du l’ ensemble, je ne comprend pas votre critique

Max est là
18/09/2020 à 00:52

Franchement je n'ai jamais lu autant de connerie en un seul bloc, vous n'êtes pas objectif et cela se ressent, vraiment triste de voir ça si vous aimez l'irreverance allez donc regarder dumb and dumber, la série family business est juste parfaitement dosée elle n'est pas là pour faire du burlesque.

Dadoudenice
17/09/2020 à 12:12

Entierement d'accord sur tout et notamment à propos de Louise Coldefy que je ne connaissais pas avant cette série et que je suis impatient de revoir en humour ou autre car elle assure et assume parfaitement son rôle de bêtasse déjantée... Hilarante...! Mais elle n'est pourtant pas sur l'affiche... Ça viendra forcément.,..!

Ndupuy
16/09/2020 à 23:12

Il y a des critiques de ciné qui devraient changer de métier... en voilà un justement.

Mathis
16/09/2020 à 16:13

Un peu prétentieux comme critique, et les commentaires qui confirment. Je peux être d'accord sur le fait qu'on aimerait parfois que ça aille encore plus loin, mais de là à dire que l'humour est lourd ou gênant, excusez la série de ne pas être destinée qu'à l'élite du public français
D'ailleurs à propos de ceux qui crachent si facilement sur "les séries françaises", on a quand même ici l'histoire d'une famille juive et de beuh, rien de plus américain
(Bref, je défends la série qui m'a bien fait rire)

Jojo_08
15/09/2020 à 07:54

Vous êtes dingues ou quoi ?!
L’auteur a totalement raison !
Autant j’ai adoré la première , la second je me suis tellement ennuyé et me suis forcé pour la terminer.
Tout mais tout est téléphoné, aucun twist surprenant. Jonathan Cohen surjoue son personnage qui est mit bien trop en avant par le réalisateur. Des moments qui se veulent comique mais de manière forcée , quand Darmon dit « Nous sommes intouchables parce qu’on est une famille soudée » et bam les flics arrivent ! Non mais j’ai plus 12 ans !! Ce genre de truc ne fait pas rire, c’est du vue et revue !
Aucune finesse dans l’humour...
Pareil, la scène où Christine sort son speech devant le chef du gang... téléphoné !!
Cette saison est creuse et l’humour met mal à l’aise. Le réalisateur veut créer le rire par des mécaniques lourdes : la scène de l’interrogatoire un supplice ! L’apothéose c’est quand la fliquette tape dans le coude de son collègue. A l’instar d’être drôle toute cette scène est ridicule.
Bon aller, j’arrête là, car en vrai je pourrai déblatérer des heures et des heures sur ce carnage.

Alibaba
15/09/2020 à 01:37

Trop de mots pour un navet madre in France.
À voir les feed-back du site, l'ignorance la vulgarité le manque de talent et j'en passe, n'effraie pas le publique francais

Vv85
14/09/2020 à 22:02

Catherine = Alexandra Vandernoot


14/09/2020 à 19:18

QUi est l'ctrice qui joue Catherine? Impossible de la trouver dans les listes de casting.

Plus

votre commentaire