V Wars : que vaut la série de Netflix avec des vampires contagieux ?

Alexandre Janowiak | 10 décembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Alexandre Janowiak | 10 décembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Les vampires ont souvent trusté le petit écran ces dernières années entre Vampire DiariesTrue Blood, The Originals ou encore la légendaire Buffy contre les vampires. Et si on s'en passait très bien, Netflix s'est décidé à relancer le mouvement avec V Wars portée par Ian Somerhalder (ancienne vedette de Vampire Diaries justement) depuis le 5 décembre dernier.

BLOOD : THE FIRST VAMPIRE

Au vu des premières images de la bande-annonce de V Wars, il y avait largement de quoi s'inquiéter. Tout du moins, il y avait largement de quoi flairer le bon vieux récit sans panache, sans inspiration et extrêmement basique ressortant le vieux mythe vampirique pour s'attirer un public friand du genre. Pourtant, à ses débuts, la série créée par Glenn Davis et William Laurin, adaptée des romans éponymes de Jonathan Maberry, ouvre quelques pistes alléchantes.

Avec son histoire de virus dans la région arctique (dont l'ambiance rappelle quelques secondes l'univers de Carpenter et son The Thing), la libération de ce dernier suite à la fonte des glaces puis sa propagation dans les pays habités après que Michael Fayne (Adrian Holmes), meilleur ami du Dr Luther Swann (Ian Somerhalder), soit devenu le premier "vampire", V Wars dégageait un certain potentiel.

 

photo, Ian Somerhalder, Adrian Holmes (I)Une amitié vite rompue

 

S'éloignant des séries du genre et se rapprochant assez des prémices de The Strain (avant que la série produite par Guillermo del Toro ne parte en sucette) tout en y associant une contamination rappelant Contagion de Steven Soderbergh, la série Netflix pouvait offrir de sacrés moments de peurs et une réflexion solide sur la société.

Dès la première apparition de Ian Somerhalder, la série semblait d'ailleurs partie pour s'intéresser à la question du climat et du réchauffement climatique. L'idée de ces vampires et de ce virus en métaphore du danger qui nous guette avec le changement environnemental n'était pas idiote, et pour le coup aurait permis à la série de gagner une belle ampleur et une certaine profondeur.

Malheureusement, on comprend très rapidement que la série ne se penchera pas plus longtemps sur la questionV Wars se transforme alors en simple série B juste moyenne.

 

photo, Ian SomerhalderIan Somerhalder, encore dans une galère de vampires

 

MAUVAIS SANG

Ainsi, après que la contamination se soit déjà bien propagée, V Wars préfère devenir une sorte de policier où les tueurs en séries sont tout simplement des vampires, aussi appelés Bloods. L'histoire ne s'aventure donc jamais très loin dans sa mythologie et gâche toutes ses capacités. En résulte un univers terriblement banal où la contamination du siècle reste concentrée dans un espace très restreint englobant une petite ville de l'état de New York et la forêt aux alentours (le tout sans doute tourner en studio).

De facto, toute la tension inhérente à l'idée d'une extinction de la race humaine face à une espèce dite supérieure (les Bloods du coup) ne prend jamais vie à l'écran. Les personnages sont des clichés ambulants, les situations sont quasiment cousues de fil blanc et les interactions entre les protagonistes sont d'une grande faiblesse narrative. Alors quand en plus l'esthétique globale du show ne ressemble à rien avec son atmosphère grisonnante fadasse et que nombre d'effets spéciaux sont extrêmement cheaps, V Wars peine réellement à convaincre.

 

Photo Ian SomerhalderHeureusement qu'il y a un peu de gore parfois

 

On ne pourra pas lui enlever un rythme globalement appréciable grâce à ses dix épisodes aux durées variables. On saura également savourer les quelques scènes de gore bien fichues et quelques ambiances bien senties lors d'attaques d'humains par des Bloods. Mieux, V Wars, dans ses derniers épisodes, s'attarde réellement sur des questionnements sociétaux universels comme le vivre ensemble ; et la question a le mérite d'être posée : que feraient les humains si une espèce supérieure venait les chasser du haut de la chaîne alimentaire ? Malheureusement, tout cela ne vient pas suffisamment élever l'ensemble tant les atouts de la série restent en arrière-plan.

L'ellipse finale tease une deuxième saison (pas encore commandée par Netflix) avec de gros sabots et déploie en même temps sa mythologie en mettant au centre du récit les Vourdalak avec le personnage de Laura Vandervoort. Les Vourdalak sont des vampires qui souhaitent cohabiter avec les humains a contrario des Bloods qui veulent les asservir.

De quoi présager d'une grosse guerre entre vampires dans la possible suite et pas vraiment d'une vraie réflexion sur le monde. Certes, c'est dommage, mais en même temps comme le potentiel existentiel a été gâché avec cette saison 1, on se dit qu'un bon gros fight bestial et gore, ça ne serait pas si mal.

V Wars est disponible en intégralité sur Netflix depuis le 5 décembre

 

photo, V-Wars

Résumé

V Wars préfère s'attarder sur une trame basique, un univers banal et de nombreux clichés pour construire un récit peu attrayant et innovant, malgré des thématiques aux solides potentiels. Dommage.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Luluberlu
17/12/2019 à 18:59

Très franchement, les gars qui critiquent juste pour critiquer, c'est d'un banal. Attendez la saison 2 avant de vous enflammer les chatons. Dans tous les cas, certains d'entre vous ont regardé la saison 1 en entier, ce qui est assez paradoxal avec ces mêmes critiques. Il y a aussi la malveillance, la jalousie, la stupidité.... Bref des personnes qui ne savent pas de quoi elles parlent ????

Madig
16/12/2019 à 02:37

Moi j’ai adoré cette série .

Karlito
12/12/2019 à 16:43

Ecran large, serait-il poçible d'intégré un caurecteur ortogramophic et grammairiticall otomatic lorscon écrit les commentères? Cela éviterai d'avoir male o zieux en lizant certe uns texts. Siouplè.

Fabien
12/12/2019 à 10:45

Très déçu par la série après avoir lu le roman en anglais, archi passionnant. Ian Somerhalder est ridicule et on passe à côté de l'essentiel (sûrement parce qu'il est réalisateur en plus d'y jouer). Mal scénarisé, jeu médiocre. Franchement, vu le roman de Maberry, c'est une vraie déception. Par contre, j'ai hâte d'être en janvier pour relire le roman en français ! En espérant que la traduction soit pas pourrie.

Fabien
12/12/2019 à 10:41

Assez déçu par la série a

Movies4ever
12/12/2019 à 05:08

Serie pour gamins.
Il suffit de lire les comms plus bas pour voir le niveau d age mental de certains qui ont apprecie.
C est pas nul, mais mauvais et sans interet.

Fred
11/12/2019 à 20:37

Mais c'est de la meeeeeerrrde.

RonnyBoy
11/12/2019 à 20:01

Une des pires série de Netflix! Un visuel cheap! Des acteurs limite! Une histoire peu intéressante! Il reste quelques scènes violentes.

Nathou
11/12/2019 à 17:15

J ai pas encore commencé a regarder la série je vais m y mettre je verrais si je regarde jusqu'à au bout moi j adore le gore on verra bien

Nanie
11/12/2019 à 15:28

Moi j'ai vraiment accroché il t'a tous se que j'aime dans une très bonne série de l'émotion du suspense une histoire qui tien la route des personnages attachants et des super acteur

Plus
votre commentaire