PS5 : face à la pénurie de composants, Sony a un plan

Antoine Desrues | 14 octobre 2021 - MAJ : 14/10/2021 11:22
Antoine Desrues | 14 octobre 2021 - MAJ : 14/10/2021 11:22

Alors que la pénurie de semi-conducteurs perdure, Sony envisagerait de monter sa propre usine pour assurer la conception de ses PS5.

En plus d'avoir provoqué une crise sanitaire, la Covid-19 a également engendré dans son sillage une crise économique, qui a notamment eu des impacts néfastes dans le domaine de l'électronique. Cela s'est particulièrement ressenti face à la pénurie mondiale de puces, et plus précisément de semi-conducteurs, élément essentiel de l'informatique, mais aussi d'autres secteurs, comme l'automobile.

C'est pourquoi, malgré leur sortie en fanfare à la fin de 2020, les consoles de nouvelle génération (PS5, Xbox Series X/S) ont peiné à contenter la forte demande des consommateurs. Quand bien même Sony a présenté des chiffres impressionnants pour les débuts de la PlayStation 5, cette dernière est encore difficile à se procurer.

Le problème, c'est que les estimations sur un retour à la normale de l'industrie ont commencé à devenir alarmantes. Tandis que beaucoup d'analystes ont misé sur la mi-2022, des études plus récentes ont expliqué que cette crise des composants devrait au moins perdurer jusqu'en 2023.

 

photoEn attendant Marvel's Spider-Man 2...

 

Résultat, afin d'éviter l'engorgement provoqué par la pénurie de semi-conducteurs, certaines sociétés envisagent de mettre en place leur propre système de production, afin de gagner en autonomie. C'est notamment le plan ambitieux de Sony rapporté par le site Nikkei Asia.

En effet, les détenteurs de la PS5 se seraient associés avec l'un des plus grands fabricants de puces au monde, TSMC (ou Taiwan Semiconductor Manufacturing Co.), pour créer une usine de semi-conducteurs directement au Japon. L'infrastructure serait installée dans la préfecture de Kumamoto, sur un terrain possédé par Sony.

Le coût du projet est estimé à 7 milliards de dollars, et Sony devrait en être l'un des investisseurs principaux, bien que le gouvernement japonais va épauler la multinationale en donnant la moitié de l'argent nécessaire. Mais surtout, la marque devrait être le client privilégié de cette opération, utilisant la majorité des puces créées par l'usine pour ses propres produits, qu'il s'agisse des capteurs de ses appareils photo ou bien évidemment, de ses PlayStation 5.

 

photoSe battre pour une PS5

 

Pour autant, Sony ne devrait pas être seul sur le coup, puisque Denso, l'une des marques japonaises les plus importantes dans la conception de composants automobiles, a prévu de participer à la création de ce projet. Cependant, il faut bien comprendre que cette démarche est pensée sur le moyen terme, étant donné que l'usine en elle-même ne devrait pas ouvrir ses portes avant 2024.

En réalité, cette nouvelle reflète surtout un souhait de renationalisation des industries, alors que la crise a explicité une dépendance du monde entier envers certains pays d'Asie (à commencer par Taïwan) en ce qui concerne la création de composants informatiques. La France n'est d'ailleurs pas en reste, puisqu'Emmanuel Macron a évoqué le besoin de retrouver une certaine autonomie sur le plan de la création électronique, et de doubler la production actuelle d'ici 2030.

Tout savoir sur Sony

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Cl3ms
17/10/2021 à 10:35

Sa semble autant une réaction aux prétentions territoriales de la Chine sur Taïwan (ou une envie de contrôler l'intégralité de la chaîne de prod) qu'une réponse aux problèmes logistiques actuels. Parce qu'à moins de parier sur une pénurie sur le très long terme, quand ce projet sera prêt à produire (2023 semble très optimiste), l'industrie aura eu le temps de se remettre à l'endroit grâce aux nouvelles unités de productions dont les chantiers sont plus avancés

JohnBarry
15/10/2021 à 16:49

Au final cette usine n'aidera en rien à la fabrication de la PS5, car cette dernière utilise des processeurs gravés en 7nm (voir 6nm apparemment pour une future version).

Et l'usine du Japon "n'utilisera pas de procédé de gravure de pointe, mais se concentrera sur les nodes 22 à 28 nm, principalement pour la production de capteurs d'images et de composants de véhicules électriques"

https://www.comptoir-hardware.com/actus/business/44841-sony-et-tsmc-pour-une-fonderie-a-7-milliards-de-au-japon-maj.html

votre commentaire