Resident Evil : Disney est un modèle pour les remakes, apparemment

Prescilia Correnti | 24 mars 2021 - MAJ : 24/03/2021 16:39
Prescilia Correnti | 24 mars 2021 - MAJ : 24/03/2021 16:39

L’inspiration ne vient jamais de nulle part apparemment. Capcom aime beaucoup le modèle Disney, et a expliqué s’en inspirer pour les remakes de Resident Evil.

Les studios de jeux vidéo et les remakes de jeux plus ou moins cultes, c’est une grande histoire d’amour depuis quelque temps. Pour l'anniversaire d'une saga, par pure nostalgie ou simplement pour le business : toutes les raisons sont bonnes. Récemment, il y a l’exemple de Nintendo et de sa trilogie Mario, Super Mario 3D All-Stars, adaptée à la Switch ; ou encore de son prochain remake de The Legend of Zelda: Skyward Sword à venir le 16 juillet prochain. Il y a également Square Enix et son Final Fantasy 7 Remake, et bien évidemment Capcom, qui ne cache pas avoir trouvé là un bon filon pour la marque.

Resident Evil 2 (7,8 millions de ventes en 2 ans) et Resident Evil 3 (3,6 millions en moins d'un an) ont tous les deux été des événements pour Capcom. Et alors que tout le monde (non ?) rêve d'un remake de Resident Evil : Code Veronica, et que Resident Evil : Village arrive en mai, le studio revient sur cette stratégie dans une interview, et la compare à la méthode Disney. Comme quoi, Mickey est vraiment partout même là où ne l’attend pas. 

 

photoOn apprendra plus tard que c'était Mickey déguisé

 

Dans une interview relayée par GamesIndustry, par le journaliste Christophe Dring, Capcom (et plus particulièrement Kiichiro Urata, son PDG) a expliqué en quelques phrases sa fascination pour le modèle Disney, et comment ces derniers ont quelque peu influencé leur méthode de stratégie marketing : 

"Il a été fascinant de voir le succès des remakes et l'impact qu'ils ont eu sur une nouvelle génération de joueurs. L'équipe de développement dirigée par Jun Takeuchi a traité Resident Evil 2 et Resident Evil 3 exactement de la même manière que Disney le fait avec ses remakes de vieux films - pour qu'ils restent dans l'air du temps, nouveaux et pertinents."

L’idée ici est donc simple et efficace : renouer avec un ancien panel de joueurs, et raviver leurs mémoires, tout en remettant le jeu au goût du jour afin qu’il puisse plaire à une nouvelle génération avec les normes actuelles. 

"Le public qui achète et joue à Resident Evil 2 aujourd'hui n'aurait pas été vers ces jeux ou, dans certains cas, ne serait même pas né, à l'époque de leur sortie. Cependant, en reprenant le concept de base et en le modernisant, à l'aide de structures et de conceptions qui tirent le meilleur parti de la technologie actuelle, et en se débarrassant des anciennes contraintes, on a permis à un plus grand nombre de personnes d'accéder à ces titres."

 

photo"Remake pas cher disponible, 70 euros"

 

Kiichiro Urata explique que, de la même manière que Disney atteint une nouvelle génération avec les remakes de Mulan, Aladdin ou encore La Belle et le Clochard, Capcom a attiré un nouveau groupe de joueurs et joueuses, avides de pouvoir toucher à des classiques du jeu vidéo. 

"Il y a maintenant un groupe de jeunes de 18 à 30 ans qui peuvent dire avec émotion que Resident Evil 2 est l'une de leurs meilleures expériences de jeu. Il y aura toujours des gens qui s'inquièteront de la modernisation de ces titres classiques - un peu comme je dirai que la bande-son d'Elton John est meilleure sur le vieux Roi Lion - mais le fait que plus de gens puissent accéder à un vieux classique, l'apprécier et le vivre ne peut être qu'une bonne chose."

 

photo remake, Resident Evil 2 RemakeTu vas l'aimer mon remake ! 

 

La marque Resident Evil a traversé les générations et reste une belle poule aux oeufs d’or pour Capcom. À juste titre, Kiichiro Urata n’oublie pas de mentionner que même quatre ans après sa sortie, Resident Evil 7 continue de se vendre à près d'un million d’exemplaires par an dans le monde, faisant monter son score total à 8,5 millions d'exemplaires vendus depuis sa sortie. Le PDG de Capcom a expliqué entre autres que ce chiffre d’affaires a été possible grâce à la démocratisation du numérique, et de l’achat sur les plateformes de vente en ligne.

La "numérisation de l'industrie" a été évoquée plus d'une fois lors des appels financiers de Capcom. La société a révélé de solides résultats en janvier grâce à la croissance numérique, et l'année dernière, elle a déclaré que 80 % de ses ventes provenaient désormais de ce secteur, avec l'ambition de faire passer ce chiffre à 90%. La pandémie de Covid-19 est venue conforter Capcom dans cette optique d’achat en dématérialisée :

 

photoEt le remake du premier Resident Evil, un peu oublié

 

"Nous savons que la qualité fait vendre et continue de faire vendre pendant de nombreuses années après la sortie. Nous voyons toujours Resident Evil 7 se vendre à plus d'un million d'unités par an dans le monde, presque quatre ans après son lancement."

Quant à l’épineux sujet sur la popularité de Resident Evil 7 auprès des fans, Capcom ne semble pas s'inquiéter : le jeu qui réinvente en partie la saga (vue à la première personne, mythologie encore une fois loin des origines) ne plaît pas à tout le monde, mais bon, c’est la vie après tout.

Cela ne va pas les empêcher de se concentrer sur leur prochain opus, suite directe de RE7 : Resident Evil : Village. Le 8e opus officiel doit sortir le 7 mai prochain. De toute façon, toute la toile est affolée par Lady Dimitrescus.

Tout savoir sur Resident Evil 2

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire