Le monde secret des Emojis se fait détruire par la critique américaine

Christophe Foltzer | 28 juillet 2017
Christophe Foltzer | 28 juillet 2017

Il y a des projets dont on sent qu'ils sont faisandés dès le départ et dont on voit la longue portée cynique dès leur annonce. Heureusement, il existe encore un semblant de justice dans ce bas monde.

Si l'on peut commencer à se plaindre que le cinéma de divertissement actuel n'est plus qu'un gros univers étendu rempli de super-héros, il ne faudrait pas oublier qu'il existe un autre fléau dans ce monde, bien plus insidieux et tout aussi critiquable, sinon plus : le cinéma d'animation. Les films animés se succèdent et ont tous l'air de se ressembler en ce moment et s'il y a encore quelques fleurons à chercher du côté de Disney et de Dreamworks, quand on voit par exemple qu'un Moi, moche et méchant 3 cartonne, il y a de quoi se poser des questions sur l'état mental du monde.

 

Photo Monde secret des emojis

 

Alors que nous sommes faces à une uniformisation des designs d'un projet sur l'autre, que les campagnes marketing font de gros clins d'oeil à la culture populaire la plus crasse (rappelons-nous de Tous en scène), qu'apparemment nous sommes obligés d'aimer les Minions pour éviter de passer pour un dangereux sociopathe, il est d'autant plus logique que les studios cherchent à capitaliser sur ces projets bas du front, sans autre prétention artistique que la couleur verte et rassurante de la pluie de billets qui vont tomber dans leurs poches. Et tant pis pour les spectateurs que l'on ravage au passage. Mais personne n'était allé aussi loin que Sony quand il a annoncé la mise en chantier du Monde Secret des Emojis, le film sur les émoticônes qui sortira chez nous le 11 octobre prochain.

 

Photo monde secret des emojis

 

Un film qui en appellera à l'amour et à la tolérance avec l'éternel outsider, mis au ban parce que différent des autres et qui va partir dans une quête pour trouver sa place. Bref, le postulat classique, agrémenté probablement de quelques blagues tendances, de deux-trois prouts et d'une chanson pop bien casse-burnes pour vendre fichiers iTunes. 

Figurez-vous que le film est déjà sorti aux Etats-Unis et qu'il se fait joliment massacrer depuis quelques heures puisque son score sur Rotten Tomatoes est un joli 0% et que la moyenne de sa note tourne autour des 2,2/10. Sur Metacritic, ce n'est pas mieux puisqu'il se paye un 9/100 bien humiliant et que les critiques ricains ne se sont pas privés de le descendre. Comme le New York Post, par exemple, pour qui "C'est la fin du monde", ou encore Vulture qui le qualifie de "film le plus sombre et le plus consternant jamais vu", tandis que IndieWire y voit là un signe plus général en précisant que "Le Monde secret des Emojis est presque aussi mauvais et brutalement déprimant que tout ce qui se passe en 2017 ."

 

Photo monde secret des emojis

 

The Wrap se la tente plus analytique en précisant que le film "manque d'humour, d'idées, de style, d'un point de vue, ou de quoi que ce soit qui pourrait en faire autre chose qu'une grosse perte de temps." Mais la palme revient à AV Club, qui tente la comparaison ultime : "Pour un film adapté d'une propriété intellectuelle issue des smartphones, il est un point de départ encore plus faible que le film Angry Birds."

Et là, tout est dit.

 

Affiche

Tout savoir sur Le Monde secret des Emojis

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

ordell69
31/07/2017 à 13:19

sérieusement vous pourriez faire un effort au niveau de la relecture de vos articles

Glob
28/07/2017 à 21:01

@corleone

Un film de Rogen et Goldberg qui utilise des saucisses et le supermarché pour faire un film d'animation délibérément absurde, avec du cul et du gore et un discours sur le consumérisme et les divinités du capitalisme, VS un film sur les Emojis, visiblement dénué de second degré, qui se contente donc de surfer sur la pseudo popularité d'un machin que les utilisateurs d'iphone et autres utilisent - et que donc, ils auraient envie de voir prendre vie à l'écran en payant une place de ciné.

C'est sûr, c'est la même chose.

corleone
28/07/2017 à 20:36

Marrant de vous voir aussi offusqués EL. Surtout quand on se rappelle qu'il y'a quelques mois vous faisiez l'apologie d'une entreprise aussi perfide qu'un film sur des saucisses. L'hôpital qui se moque de la charité, c'est le moins qu'on puisse dire.

LaTeub
28/07/2017 à 13:38

Le pire c'est que cet étron filmique va peut être rapporter un gros paquet de fric...

Atma
28/07/2017 à 13:29

Les critiques ne sont qu'une prise de pouls et en général, quand elles sont radicales quelle que soit la publication, on sait qu'on aura droit à un navet. Reste à définir l'influence qu'elle aura sur vous et votre perception de l’œuvre (ou produit, devrais-je dire).

C'est sûr qu'un film avec un smiley caca sur l'affiche, bah... faut déjà être dans un certain état d'esprit pour PAYER pour ça. (masochisme, trisomie, drogues dures et psychotropes violents, ou zombification (RIP Romero!)...)

^_^

Roukesh
28/07/2017 à 11:08

@Olive

On a bien le droit d'être méprisant avec une entreprise qui méprise son public. Je dirais même que c'est la moindre des choses. Ce film est fait dans un but purement mercantile, putacier, sans réelle démarche artistique. Rien que l'idée de départ le prouve. Les Emojis représentent souvent des émotions, franchement 2 ans après un Vice-Versa bourrait de qualité (on peu ne pas aimer) qui avait des émotions pour personnage, merci mais non merci.

Mechanic
28/07/2017 à 10:04

@Olive

La critique des critiques, c'est tous les jours, ici, sur les réseaux, partout.

Comme disait Truffaut : "Tout le monde a deux métiers : le sien, et critique de cinéma". J'ajouterais aussi "critique des critiques de cinéma", vu la violence et l'agressivité quasi constante que je vois, dès que quelqu'un croise un avis différent du sien. Notamment à base de "faîtes un film vous qu'on voit si vous en êtes capable" (ce qui me fait dire que du coup, écrivez des critiques avant de pouvoir vous sentir capable de les critiquer ?)

Mais au fond, ce qui est intéressant c'est de voir que même un produit ultra cynique comme ce film Emoji, sera défendu ou du moins traité comme un film normal. On ne parle visiblement pas d'une oeuvre, mais d'un pur produit cynique de l'époque. Et puis après tout, si la critique est méprisé par tant de gens, pourquoi un film ne pourrait pas l'être

Hasgarn
28/07/2017 à 09:57

Ça sentait mauvais dès le départ.
Après, Angry Birds est justement un bon film parce qu'ils se sont cassé le tronc à écrire une histoire qui est en plus cohérente avec des personnages bien névrosés.

Angry Birds partait perdant mais a relevé le défi.

Olive
28/07/2017 à 09:47

C'est pas bien d'être méprisant sur le travail d'autrui. Pas vu le film et c'est peut être pas terrible. Mais à quand les critiques des critiques? Ca Sera pas mal de remettre certains à leur place.

votre commentaire