John Lasseter explique enfin pourquoi ce n'est pas lui qui réalise Toy Story 4

Christophe Foltzer | 18 juillet 2017
Christophe Foltzer | 18 juillet 2017

Si Pixar n'est plus aussi flamboyant qu'il y a encore quelques années, il n'empêche que l'on attend toujours chacun de ses nouveaux films avec une certaine impatience. Encore plus quand il s'agit d'un Toy Story.

L'industrie de l'animation occidentale ne serait probablement pas la même sans John Lasseter. En effet, lorsque Toy Story est sorti en 1996, il a été à l'origine d'une véritable révolution qui a façonné les 20 années qui ont suivies et si, aujourd'hui, nous sommes habitués aux films en images de synthèse, à l'époque, c'était du jamais vu.

 

 

Après la sortie de l'excellent Toy Story 3 (quoi qu'on en dise), il semblait évident que nous en avions terminé avec Woody, Buzz et leurs potos, tant le film nous paraissait définitif dans son propos et qu'il nous présentait avec une énorme mélancolie la fin d'une époque. Autant dire que la surprise fut énorme lorsque Toy Story 4 fut annoncé il y a quelques mois et qu'on se demande toujours ce que le film va bien pouvoir nous raconter et s'il arrivera à dépasser son statut de sauveur désigné d'un studio en petite perdition face à Dreamworks et autres Ilumination.

Chose importante, comme son prédécesseur, Toy Story 4 ne sera pas réalisé par John Lasseter, mais par Josh Cooley, qui devait à l'origine le co-réaliser avec lui mais qui en pris les rennes totalement il y a peu. Et Lasseter a profité de l'événement D23 du week-end dernier pour s'expliquer de cette décision de la plus haute importance :

 

 

"J'ai toujours eu l'impression que je devais continuer à réaliser des films et c'est pour cela qu'à l'origine j'avais décidé de faire Toy Story 4. Mais je gère actuellement 3 studios et 24 films et ce n'était du coup pas vraiment pratique. Mais ce qui a rendu cette décision facile c'est que Josh Cooley est quelqu'un d'étonnant : vous allez bientôt voir à quel point. Et c'était le bon moment pour lui confier le volant et le laisser rouler tout seul. Et il fait un super travail, c'est vraiment fantastique.

 

 

Je retire néanmoins une certaine satisfaction de mon statut de producteur exécutif, de responsable créatif et de l'aide que je peux fournir à tous ces grands metteurs en scène. C'est ce qui m'a donc poussé à prendre cette décision et j'adore ce que je fais. J'ai le meilleur travail du monde. Honnêtement, qui peut m'en vouloir ? Réaliser un film pareil demande trois ans d'un investissement quotidien et le faire en même temps que d'autres responsabilités importantes est impossible. En plus, le troisième Toy Story était déjà réalisé par un "débutant" et il s'en est plutôt bien sorti."

Et c'est vrai qu'un film avec une ambition aussi énorme que Toy Story 4 mérite une attention et un investissement total. Si l'on est un peu triste que Lasseter passe la main, on sait à présent qu'il ne sera jamais très loin pour surveiller son bébé. On n'est pas totalement rassurés mais ça va déjà beaucoup mieux et cela nous permet d'attendre le 26 juin 2019 de façon un peu plus sereine. C'est déjà ça.

 

Affiche officielle

Tout savoir sur Toy Story 4

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Roukesh
18/07/2017 à 15:10

Cooley est le scénariste de Vice-Versa, il a déjà un pied dedans. Pixar reste une sacrée machine à rêve. Toy Story 3 était attendu au tournant, beaucoup pensais qu'ils allaient se louper sans Lassetter. Au final, il est (presque) du même niveau que le premier (la surprise en moins).

Le derniere gros coup du studio reste Vice-Versa, mais n'oublions pas qu'il y a les indestructibles 2 qui arrivent, ça devrait pouvoir les remettre sur les rails.

bof
18/07/2017 à 13:14

On lui en voudra si Toy Story 4 n'est pas à la hauteur des trois premiers...!

Joe Staline
18/07/2017 à 10:41

Lasseter a raison. Il a vu ce que cela donne de contrôler simultanément un studio d'animation à 3 têtes et diriger un film. On échoue dans l'ensemble. Cela donne Cars 2 d'un coté, et Rebelle, Arlo (tous les deux partiellement réécrits en cours de production), Monstres Academy et Planes de l'autre.
En restant au dessus de la mêlée, Lasseter garde aussi un contact avec le public et peut sentir les attentes de celui-ci.

votre commentaire