Michel Gondry revient sur la douloureuse expérience que fut son Green Hornet

Créé : 4 juillet 2016 - Christophe Foltzer
Image 524043
6 réactions

Si Michel Gondry a toujours fait figure de poète du cinéma, d'esthète original et de visionnaire, cela ne l'a pas empêché de répondre aux sirènes d'Hollywood. Manque de bol, c'était pour Green Hornet, et il ne l'a toujours pas digéré.

Il est évident qu'il y a eu un avant et un après Green Hornet pour Michel Gondry. Il n'y a qu'à regarder sa filmographie pour s'en convaincre. Alors qu'il nous avait offer ce chef-d'oeuvre mélancolique qu'est Eternal Sunshine of the Spotless Mind et le très sympathique mais inoffensif et bienpensant Soyez sympas, rembobinez !, Gondry s'est lui aussi attaqué aux majors et aux films de super-héros, mais à sa manière, en adaptant la cultissime série Le Frelon Vert avec Seth Rogen et Cameron Diaz et autant dire que la mayonnaise n'a pas pris tant le film s'est fait éreinter par la critique au point d'en dégoûter le réalisateur. 

 

Image 532877

 

A l'occasion d'une interview accordée au Hollywood Reporter, Gondry a accepté de revenir sur cette douloureuse expérience et nous en raconte les coulisses :

"J'ai travaillé sur la première version de Green Hornet pendant plusieurs années. C'était en 1996 ou 1997, et je m'y consacrais avec Ed Neumeier, le scénariste de Robocop et Starship Troopers. Nous avions écrit un scénario qui était très proche du matériau d'origine. Après seulement un mois passé à préparer l'univers visuel du film, les patrons du studio, Universal à l'époque, m'ont dit qu'ils suspendaient le projet. Ils m'ont juste dit : "La prochaine fois que tu choisis un projet, assure-toi qu'il s'agit d'un qui se trouve en haut de la pile."

C'était extrêmement frustrant parce que c'étaient eux qui m'avaient appelé pour travailler sur ce film en particulier. C'était donc un moment très bas dans ma carrière."

 

Image 528926

 

L'histoire aurait pu s'arrêter là si le film n'avait pas été repris par Sony. Réécrit par Evan Goldberg, il devait être mis en images par Stephen Chow. Mais le studio a rappelé Gondry, qui avait un compte à régler avec le projet et qui, du coup, est arrivé dans un état d'esprit beaucoup plus distancié qu'auparavant :

"C'était difficile pour moi de trouver ma place à l'époque. Seth Rogen jouait, écrivait et produisait le film, et je n'avais pas vraiment l'occasion de m'exprimer. Bien que je n'ai jamais eu l'impression d'être mis de côté. Il est très difficile de tomber amoureux d'un blockbuster quand vous arrivez en cours de route et que le scénario est déjà écrit. A cette époque, je trouvais qu'il n'y avait plus assez de place pour moi, pour que je m'exprime, ni même pour que je me sente connecté à l'histoire et aux personnages."

Le résultat, on le connait tous : probablement le film le moins personnel du réalisateur, une vraie épine dans le coeur et un ratage critique et économique. Ainsi qu'un bon vaccin contre l'envie de retenter le coup dans la jungle hollywoodienne.

 

Image 527550

commentaires

Gondriste 05/07/2016 à 09:42

Ils sont méchants les patrons américains des majors mais ça n'a pas empêché cet artisan incompris de passer à la compta prendre le gros chèque et la fiche de paye.

champy 04/07/2016 à 23:04

Un film que j'ai vraiment aimé à sa sortie et que j'ai trouvé injustement mésestimé( il devrait figurer dans votre dossier des "mal aimés") pourtant il rend bien hommage a la serie, est efficacement drole et le casting est attachant ... Bref maintenant que vous en parlez, je vais me procurer le dvd .

Matt 04/07/2016 à 20:15

Bien que certains autres films de Gondry soient plus volontiers marqués par sa patte, The Green Hornet reste un film bien encré par sa mise en scène et ses thématiques dans l'univers du réalisateur.
J'ai passé un super moment devant : marrant, bien foutu, efficace avec des trouvailles visuelles plutôt classe. Je trouve que c'est un bon film de pote.

Adoy 04/07/2016 à 16:33

En tt cas son cachet il s'en pleint pas.

Zanta 04/07/2016 à 14:58

Gondry comme Rogen s'en sont remis... Par contre, dommage pour Jay Chou, très bon dans le film, qui aurait pu vraiment percer à Hollywood en cas de succès.

Trashyboy 04/07/2016 à 14:05

C'est vraiment dommage que les studios ne donnent pas plus de liberté aux "visionnaires", l'approche de Gondry aurait pu être intéressante si vraiment il avait eu carte proche.

Mais il en va de même pour n'importe quel film, et c'est bien en cela qu'il est regrettable que Refn ne puisse sans doute pas faire un 007 comme il le voudrait. Un peu d'audace ne ferait pourtant pas de mal, quelque soit la franchise ou le projet indépendant.

votre commentaire