Rien ne va plus pour le Steve Jobs de Danny Boyle

Christophe Foltzer | 10 novembre 2015
Christophe Foltzer | 10 novembre 2015

Attendu chez nous le 6 janvier 2016, Steve Jobs fait de nouveau parler de lui à l'occasion de son exploitation américaine qui ne se passe pas vraiment comme prévu.

Deux semaines après sa sortie aux USA, Steve Jobs a du mal à convaincre le public et surtout les exploitants. Alors qu'on nous annonce qu'il a encore perdu 69% de ses entrées à l'issue de son second week-end d'exploitation, le nouveau film de Danny Boyle risque bien de ne connaitre qu'une rapide carrière en salles. 

En effet, selon le site Cult of Mac, les exploitants abandonneraient le film les uns après les autres, préférant consacrer leurs écrans à un divertissement plus immédiatement rentable, comme Spectre par exemple. Et on ne parle pas de deux ou trois salles qui l'auraient déprogrammés, mais bel et bien de 2 072 écrans ! Un record dans le genre.

Quand on apprend qu'à l'origine, le film était projeté dans 2 411 salles, il n'est plus visible au bout de deux semaines d'exploitations que sur 339 écrans. Autant dire qu'il s'agit là d'une mise à mort dont on a un peu de mal à comprendre le sens.

Le film a pourtant bien été accueilli par la presse et une partie du public et même s'il n'a pas explosé le box-office, rien dans ses résultats ne le condamnait à un tel traitement. Un coup dur d'une violence inouïe et on espère vraiment que sa sortie internationale rétablira la balance. Qu'un film dérange ou non, marche autant qu'espéré ou non, une telle exécution publique pose véritablement problème.

Tout savoir sur Steve Jobs

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Zanta
10/11/2015 à 19:42

De toute façon, Sony avait aussi relevé que malgré son excellence, le script n'était pas super attractif pour le grand public. D'où Fincher pour emballer la chose... et Léo ou Bale pour conclure.
Mais le projet reste ultra emballant avec l'équipe actuelle : ça pourrait d'ailleurs très bien marcher en Europe.... voir même (encore une fois) en Asie ?
...
Au pire, ça compensera le déluge de blockbusters très cons et très lucratifs servis par Universal cette année.

Annatune
10/11/2015 à 18:34

Inspiré car non conventionnel. Pas décidé sur le physique, mais sur le talent. Et visiblement en adéquation avec les partis pris de Sorkin, qui n'a pas pris les chemins habituels du biopic.

De toute façon ce n'est pas le débat, et sans avoir vu le film c'est inintéressant au possible de justifier sa disparition des salles américaines avec cet argument.

Et Corbijn a réalisé Control, il n'a pas incarné Curtis. Sam Riley l'a fait.

Gégéleroutier
10/11/2015 à 18:29

Fassbender ne ressemble absolument pas à Steve Jobs, de près ou de loin. En choix très inspirés je dirai : Robert Downey Jr en Charlie Chaplin, Anton Corbijn dans le rôle de Ian Curtis (Control), Val Kilmer en Jim Morrison (The Doors), Aaron Taylor Johnson dans le rôle de John Lennon (Nowhere Boy), Ben Kingsley en Ghandi, Eric Elmosnino en Gainsbourg, Denzel Washington en Malcom X...

Laurent Ruquier
10/11/2015 à 16:43

Et bien voilà Dany Boyle n'a plus qu'a changé de Jobs.
TTF

Annatune
10/11/2015 à 16:00

Ashton Kutcher qui ressemble à Jobs, ou Fassbender qui lui ressemble peu ? Le choix est vite fait franchement. Et comme le biopic écrit par Sorkin n'est pas un biopic classique, Fassbender est justement un choix inspiré.

Gégéleroutier
10/11/2015 à 15:52

Le problème vient aussi du fait que Ashton Kutcher ressemblait beaucoup plus à Steve jobs que Michael Fassbender. Ce serait comme demander à Owen Wilson de jouer Bill Gates.

sylvinception
10/11/2015 à 15:14

Bien fait pour eux, z'avaient qu'à bosser chez Marvel ou DC.
Na.

Zardoz
10/11/2015 à 14:52

Un film de Danny Boyle ? Scénarisé par Aaron Sorkin ? Avec Fassbender ? Winslet ?
Oh bah oui, c'est certainement un des trucs les moins intéressants de l'année, place aux superproductions que tout le monde va voir, et que presque tout le monde critique après parce que c'est toujours pareil

pifpaf
10/11/2015 à 14:34

C est assez comprehensible de mon point vue ,franchement qui attend ce film ?

votre commentaire