Emma Thompson va "se pendre" si elle doit encore voir un film sur Spider-Man

Geoffrey Crété | 3 septembre 2015 - MAJ : 04/06/2018 12:43
Geoffrey Crété | 3 septembre 2015 - MAJ : 04/06/2018 12:43

A 56 ans, 2 Oscars et plus de trente ans de carrière comme actrice et scénariste, Emma Thompson ne mâche pas ses mots pour parler d'une industrie avec laquelle elle a apprsis à cohabiter.

Emma Thompson n'a jamais caché ses positions tranchées sur le cinéma et le féminisme, rappelant qu'elle a refusé un certain nombre de rôles de potiches dans les superproductions des années 80 et 90. Interrogée par Vulture sur la grande mode des films de super-héros, l'actrice a répondu avec son humour habituel :

"J'ai adoré le Superman original avec Chris Reeve, parce qu'il y avait ce côté léger, pas premier degré. Après un moment, on devient un peu cynique sur tout ça. Le fait que je sache qu'ils vont gagner à la fin a un peu interféré avec mon envie de continuer à aller voir ces films"

"Si je vois encore un autre Spider-Man, je vais devoir me pendre. Je n'en peux plus ! Ils sont tous merveilleux, mais combien de fois peut-on faire cette franchise bon sang !"

 

 

Et si elle se dit prête à aller voir un film sur Wonder Woman, c'est qu'Emma Thompson ne connaît que trop bien le traitement sexiste des femmes dans le cinéma hollywoodien. Elle réagit notamment à la fameuse histoire de Maggie Gyllenhaal, 37 ans, jugée trop vieille pour jouer la partenaire d'un acteur de 55 ans :

"Ce truc de l'âge est fou. Mais ça a toujours été ainsi. Je me souviens avoir dit il y a des années, quand j'avais 35 ans, qu'ils auraient bientôt à déterrer quelqu'un pour me donner la réplique... Rien n'a changé de ce côté. Ou alors en pire. Je me souviens que quelqu'un m'avait dit que j'étais trop vieille pour Hugh Grant dans Raison et sentiments, qui doit avoir un an de moins que moi."

 

 

Elle en profite pour dire qu'elle ne comprend pas les femmes qui refusent de se définir comme fémininistes ("Ca revient en gros à dire qu'elles ne croient pas en l'égalité des droits pour les femmes"), affirmer que la saison des Oscars est devenue un manège ridicule ("Les gens mettent littéralement trois mois de leur vie là-dedans, pour bien s'habiller et se pavaner sur les tapis rouges"), et même parler du sort des acteurs sur les grandes franchises ("Tous les acteurs de James Bond par exemple... Le film prend beaucoup de temps, mais après il faut passer quelque chose comme 18 mois à en faire la promo").

Espérons donc qu'Emma Thompson reste droite et ne cède pas à l'appel des grands studios pour un second rôle oubliable, à l'image des Robert Redford et Glenn Close.

 

Tout savoir sur Emma Thompson

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
bruno zieuvert
03/09/2015 à 20:30

j'ai toujours adoré emma thompson ! et la encore plus ! mais pitié emma , ne te pends pas ! fais comme moi , regardes pas !

delano
03/09/2015 à 19:15

C'est sous-entendu, mais je voulais dire par là que son rôle dans MIB 3 était aussi lisse que celui de Close dans GotG

Chris MacNeil
03/09/2015 à 19:13

Ils faisaient référence à Marvel et les super-héros (Redford dans Cap 2, Close dans Les Gardiens, et le titre qui parle de Superman) ?

delano
03/09/2015 à 19:04

euh pour la dernière phrase, on n'a pas vu le même MIB 3 du coup ? ^^

didou
03/09/2015 à 17:55

une corde autour du cou emma s'attachera les mains ça fera un jeux de vilain.

votre commentaire