Comic-Con 2015 : Pour Valerian, Luc Besson s'inspire d'Avatar et remercie James Cameron

Geoffrey Crété | 10 juillet 2015
Geoffrey Crété | 10 juillet 2015

Luc Besson prépare son entrée dans la cour des grands avec la superproduction Valerian and the City of a Thousand Planets, adaptée de la bande-dessinée Valérian et Laureline de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières.

Le Comic Con a permis au réalisateur français, auréolé du succès phénoménal de Lucy, de parler de son prochain film : un blockbuster de science-fiction à 180 millions de dollars avec Dane DeHaan (Chronicle, The Amazing Spider-Man 2) et Cara Delavingne (Suicide Squad). 

"C'est Mr and Mrs Smith dans l'espace. C'est la plus grande aventure de ma vie. Le Cinquième Element est un court-métrage à côté de ça"

"Quand j'ai vu Avatar, j'ai du jeter le scénario à la poubelle. C'était trop normal, ce n'était pas assez bon. Tous les réalisateurs du monde devraient remercier James Cameron parce que tous les cinq ans il arrive avec un film et repousse les limites"

Après avoir été présenté comme "notre Star Wars à nous" par Christophe Lambert, directeur général d’EuropaCorp, mais aussi une franchise à la James Bond lors du Comic Con, Valerian and the City of a Thousand Planets se paye donc une nouvelle référence, et pas des moindres. Avec une première information qui confirme l'inspiration : il n'y aura que cinq acteurs à l'image, le reste des personnages étant des aliens générés numériquement.

 

 

Adapté des BD Valérian et Laureline de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières, vendues à plus de 10 millions d'albums depuis 1967, la superproduction se déroulera au 28ème siècle. L'histoire tournera autour de Valérian et Laureline, un couple d'agents du Service Spatio-Temporel de Galaxity, une mégalopole terrienne et grande puissance de l'empire galactique, qui utilise les agents du SST pour préserver ses intérêts à travers le temps et l'espace. Avec une seule règle : ne pas changer le cours des événements du passé. A bord de leur vaisseau, Valérian et Laureline vivent ainsi un certain nombre d'aventures sur des planètes exotiques pour remplir diverses missions parfois périlleuses.

Tournage prévu en décembre pour une sortie en 2017, avec un rendez-vous pris au prochain Comic Con : "Je serai de retour l'année prochaine".

 

Tout savoir sur Valerian et la Cité des mille planètes

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Hervé
13/08/2015 à 17:03

Je ne comprends pas ce besoin de se démarquer de la bande dessinée originale. Les récits de Christin et Mézières sont tellement bons. C'est sans doute l'orgueil du cinéaste.

Da
11/07/2015 à 07:54

Qu'il. Oups

David
11/07/2015 à 07:53

Je vous rappelle tout de même qui fait du pognon. Donc cela marche et cela plaît.

Francisco
10/07/2015 à 23:43

Bon ben, qu'est ce qu'on fait alors, on va boire un verre?

lolilol
10/07/2015 à 18:25

"Notre Star Wars" à nous, on entendait déjà ça en 97 à l'occasion du 5e Element et on s'est retrouvé avec une folle dans l'espace (je parle du black hein) et du Jean-Paul Gautier à tous les étages...
C'est évident qu'il ne faut plus rien attendre de bon de Besson, même un petit polar il ne sait absolument plus faire (voir la caricature Malavita) alors un truc à 200M avec des bestioles qui courent partout excusez moi mais ça pue la Menace Fantôme à la française pour le coup.
Dommage pour Valérian.

Greg
10/07/2015 à 18:01

Comme toujours je jugerai sur pièce, mais disons que compte tenu de l'oeuvre du monsieur depuis 20 ans ( Angel-A, Arthur et les trolls dégueulasses, Les aventures moisies d'Adèle Blanc-Sec, The Lady, Malavita ou Lucy...), j'ai quelques réserves sur la réussite de l'entreprise.
Après, s'il repasse comme par magie en mode Léon, Nikita ou même Le 5e élément, why not... mais c'est pas vraiment la tendance actuelle.

HyperSolarBob
10/07/2015 à 17:42

c est triste vos réactions. Le mec tente un film à 128 millions de dollards ! c est pas un risque total ça ? si vous reflechissez 2 min, c est le pognon de lucy qui lui permet ca, et aussi d avoir dans le trailer "par le realisateur de..."
alors oui, je suis 100% d accord, angela, arthur et les mini, adele blanc sec sont des films qui sont ratés. malavita j ai pas vu mais lucy se laisse bien regarder (malgré qu il ait siphonné akira) sans être un chef d'oeuvre.

apres un scenar (et c est ce qu il veut dire je pense) c est pas l histoire qu il raconte mais la MANIERE de le raconter : titanic est une histoire "bateau" dont tout le monde connait la fin. mais à la cameron, c est un chef d oeuvre. idem pour avatar, classique mais transcendé.

c est ce que besson veut dire, il doit magnifier sa matiere premiere.

enfin bref, plutot que de se la jouer cinephile sur le dos des reals, pourriez vous soutenir ces types de projet et ensuite, si et seulement si c est naze, lui chier dans la bouche.

McCoy
10/07/2015 à 17:04

"C'est Mr and Mrs Smith dans l'espace"... ?!

La SF chez Besson... Pitié, il provoque le fou rire à n'importe quel lecteur de K.Dick, Gibson ou Moorcock.

Cerveau
10/07/2015 à 15:37

Je vois pas bien où sont l'ambition et le risque chez Besson.

Le dernier risque qu'il a pris, c'est Taxi. Pathé, son partenaire historique refuse de le produire, il se lance dans la prod. C'est alors un énorme risque et il gagne plein de pognon.
Depuis il ne fait que des films techniquement à la ramasse et sans aucune prise de risque (un film d'action cheap avec une star sur le retour et un mini budget, c'est l'inverse d'une prise de risque).

Faut dire aussi que TOUTES ses adaptations sont des étrons fumants.
Adèle Blanc-Sec, c'est ignoble.
Malavita, pas mieux.

Je vois pas pourquoi Valerian serait meilleur que toutes les saloperies qu'il a commises après Nikita.

J. Puncherello
10/07/2015 à 15:27

Le scénario d'Avatar :
Un soldat est envoyé en éclaireur chez les otoctones écolos à qui l'armée compte prendre le territoir, il tombe amoureux de la fille du chef et prend le partie des otoctones pour combatre sa propre armée....
Danse Avec les Loups - Pocahontas - etc...
Et Besson trouve ça exceptionnel... Quelle tanche !!

Plus
votre commentaire