Spider-Man : Marvel veut s'inspirer de Vice-Versa et John Hugues !

Jacques-Henry Poucave | 29 juin 2015
Jacques-Henry Poucave | 29 juin 2015

Le nouveau Spider-man, programmé pour 2017, pourrait bien nous surprendre. En effet, le boss de Marvel, Kevin Feige, a annoncé que le film irait chercher son inspiration dans des recoins inattendus.

C’est au cours d’une discussion avec le site Birth Movies Death que le producteur star de la filiale de Disney a révélé que la découverte de Vice-Versa avait été pour lui un choc, dont il souhaitait répliquer certaines qualités. Feige considère ainsi avec intérêt la capacité du film à se focaliser sur des aspects très concrets et quotidiens de la vie de ses personnages.

« Les enjeux sont plus forts que dans n’importe quel autre film qui sort cet été », a-t-il expliqué. Faut-il y voir en creux une critique de la recette Marvel, voire de l’orientation d’Ant-Man, attendu sur nos écrans dans quelques jours ?

Mais Vice-Versa ne sera pas la seule influence de Spider-Man version Marvel. Pour cet énième reboot, Kevin Feige veut que le résultat soit « un film à la John Hugues ». Rappelons que ce dernier est à bien des égards le père du teen movie moderne. Hugues sut en effet capter l’esprit d’une génération à travers des œuvres telles que Breakfast Club ou La Folle journée de Ferris Bueller. Pour le coup, voilà une note d’intention qui est sacrément alléchante, même si on ne peut s’empêcher de la prendre avec des pincettes.

Car si Marvel souhaite toujours embaucher un metteur en scène relativement inexpérimenté (en matière de grosses productions), sans lui laisser la moindre liberté, il sera bien difficile de retrouver la légèreté et la liberté de ton propres aux créations auxquelles Feige fait référence.

Tout savoir sur The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un héros

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
phil (l'original)
30/06/2015 à 16:46

Il serait temps que Disney/Marvel/Sony, bref qu'un de ces dirigeants - qui s'y connaissent plus en comptabilité qu'en créativité artistique - se décide de choisir en faisant soit un Spiderman destiné aux enfants/ados (ce qui me semblerait logique) soit un vrai Spiderman adulte. Leur "entre-deux" a été la pire décision qui a conduit aux 2 (voir 5) navets sur le Tisseur de toile.

votre commentaire