"C'est toujours les mêmes" : Chantal Lauby critique les César qui snobent Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ?

Simon Riaux | 29 janvier 2015
Simon Riaux | 29 janvier 2015

Comme toujours, la sélection des César ne fait pas que des heureux, loin de là, provoquant ici et là quelques déclarations amères ou déçues, cette année, c'est Chantal Lauby qui s'y colle, un peu attristée par l'absence de Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?

En effet, malgré ses 12, 5 millions d'entrées, il n'est fait nulle part mention dans la liste des nommés du plus gros succès de 2014, qui semble bel et bien avoir été snobé, tant le phénomène aurait logiquement pu prétendre à plusieurs mentions, au seul prétexte de son exceptionnelle réussite.

Un mépris qui n'a cependant pas du tout étonné Chantal Lauby, comme elle l'a expliqué au micro de RTL.

"C'est toujours un peu les mêmes acteurs qui sont là, il y a un profil César que je n'ai peut-être pas, que beaucoup d'autres gens qui font de la pure comédie n'ont pas".

 

 

La comédienne en a profité pour rappeler qu'il ne s'agissait pas là d'une première et que les César n'ont jamais été très friands de grands succès populaires (exception faite de La Famille Bélier cette année).

"Des films comme Astérix avec Chabat et tout ça, à l'époque, il n'y pas eu de nomination alors qu'ils étaient quand même de beaux films, qui avaient ramassé 15 millions de spectateurs. Bon ben voilà, on a l'habitude de ça".

On espère que Dany Boon va lui faire un gros câlin pour lui remonter le moral.

 

 

 

Tout savoir sur Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Michel Thor
31/01/2015 à 11:21

Je crois que c'est la faute la plus répandue sur le net, ce n'est pas à moi de me soigner alors que ce virus peut s'endiguer avec un simple Bescherelle.
A bon entendeur!

diez
31/01/2015 à 10:43

Si cette faute te rend dingue, cela relève de la pathologie. Il faut se faire soigner.

Michel Thor
31/01/2015 à 09:02

Bordel, elle n'a pas TORT, tord c'est le verbe TORDRE, cette faute me rend dingue!!
Bande de tordus va

Bilbao
30/01/2015 à 23:35

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? était vraiment super. On rit du début à la fin.
Après je ne dis pas que le film méritait spécialement d'être nominé aux Césars mais Chantal Lauby n'a pas totalement tord lorsqu'elle dit que la comédie et les acteurs de comédie sont généralement mal considérés. Pourtant il semblerait que la comédie soit une des choses les plus dures à faire ou à jouer.
De la même manière qu'un film à succès n'a pas forcément sa place aux Césars, un film "sérieux" n'y a pas obligatoiremen sa place non plus.

diez
30/01/2015 à 11:50

Je pense que comme moi tu n'as pas noté tous les bons films français que tu as pu voir cette année. En tout cas à titre personnel, je vois de plus en plus de productions françaises différentes des comédies dramatiques habituelles sur l’adultère et la crise de la 40éne ou les comédies idiotes habituelles sur... l’adultère et la crise de la 40éne. Il y a un regain de qualité, même si la quantité totale de prod reste trop importante à cause de producteurs incompétents ne connaissant pas le milieu du cinéma.

Ded
30/01/2015 à 01:30

@Diez
Seul "bémol" à notre désaccord, "Le promeneur d'oiseau" (que j'ai honteusement oublié de citer !)

diez
29/01/2015 à 23:53

Tu devrais me relire.

Ded
29/01/2015 à 20:39

Cher Diez, il faut apprendre à lire, j'ai écrit "quasiment"... ce qui veut dire que j'ai vu "La chambre bleue", "Gemma Bovery", plus anciennement "Diplomatie", etc... qui étaient très bons ! Quand au cinéma, j'y vais au minimum 1 fois par semaine (le mercredi soir en général). Minimum veut dire que quelques fois j'y vais 2 ou 3 fois...
Toi avoir compris ?!

diez
29/01/2015 à 20:17

ded, tu devrais vraiment aller plus au cinéma, te renseigner et tu verra que le cinéma français ne propose pas quasiment que des "bouses intersidérales"............

Ded
29/01/2015 à 19:05

Le fond du problème est qu'à l'instar de Clavier, Chantal Lauby, d'une prétention sans limites, se croit irrésistiblement drôle... mais sans Les Nuls, elle n'est rien !
Elle est au cinéma ce que sa fille (du groupe "Dragibus", je sais plus !) est à la musique : une calamité !
Cette sinistre cérémonie où le manche à balai dans le rectum est de rigueur, je l'ignore depuis fort longtemps, depuis le soir où seul J.-P. Rouve a eu l'élégance de brandir fièrement son trophée pour le dédier haut et fort à Patrick Dewaere, c'était en 2003...
Gabin, qui exécrait les mondanités mais solidaire du cinéma hexagonal face à ses difficultés, avait cédé aux avances pressantes de G. Cravenne et accepté de présider la première "Nuit des Césars" en 1976... C'était une époque où le cinoche français avait encore de la classe, juste avant de céder la place à une vulgarité exponentielle qui parvient de nos jours à son climax. Mais je suis optimiste, de la façon dont ils s'appliquent, on n'a encore pas tout vu !
Mais "Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu" pour que l'industrie française du cinéma, dont l'emblème devrait être un mollusque, ne produise quasiment que des bouses intersidérales de cet acabit !

Plus
votre commentaire