L’Interview qui tue : La Corée du Nord accuse le festival de Berlin de terrorisme

Simon Riaux | 22 janvier 2015
Simon Riaux | 22 janvier 2015

Les dictateurs et autres sociopathes internationaux sont parfaitement intenables par les temps qui courent. La preuve, Pyongyang s’en prend désormais au Festival de Berlin.

Le 5 février prochain, L’Interview qui tue sortira sur les écrans allemands, soit le même jour que l’ouverture du Festival de Berlin. Les deux évènements ont beau n’avoir strictement aucun rapport, la Corée du Nord y a vu un grave affront.

Son gouvernement a ainsi accusé la Berlinale de se livrer à des « actes encourageant le terrorisme ».

Toujours très fine dans sa communication, la dictature a ajouté que si L’Interview qui tue devait effectivement être projetée, l’Allemagne « répéterait alors l’erreur honteuse » que fut l’holocauste.

Kim Jong-un n’étant pas un dictateur à prendre à la légère, le Festival de Berlin fait depuis des pieds et des mains pour essayer d’expliquer que la sortie du film de Seth Rogen et James Franco n’a rien à voir avec la manifestation culturelle.

Le directeur de la Berlinale, Dieter Kosslick, a annoncé qu’il rencontrerait jeudi l’ambassadeur de la Corée du Nord afin de lui expliquer la situation.

Nous lui souhaitons bien du plaisir.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire