Tim Burton craint une overdose de super-héros

Christophe Foltzer | 17 décembre 2014
Christophe Foltzer | 17 décembre 2014

Tim Burton et les super-héros, c'est une longue histoire torturée. Deux Batman dont la production fut compliquée et surtout un Superman Lives tombé dans les ténèbres du development-hell, pas de quoi vous faire aimer le genre.

En ce moment, Tim Burton est occupé à vendre Big Eyes, son nouveau film, mais les gens n'arrêtent pas de lui poser des questions sur plein d'autres choses. Beetlejuice 2, déjà, mais aussi sa vision des films de super-héros, genre qu'il contribua à créer en 1989 avec le premier Batman et qui donna lieu à une Batmania sans précédent que tous les executifs de Marvel et DC doivent encore avoir en tête.

Interrogé par Yahoo UK sur la possibilité qu'il revienne un jour aux films de super-héros, Tim a donné une réponse un peu surprenante :

"Marvel, ils font leur truc, et ils ont trouvé une formule qui semble encore marcher. Mais combien de fois encore pouvez-vous dire 'Tu portes un costume rigolo ' avec des collants et tout l'équipement ? Cela va durer encore 20 bonnes années. Mais oui, on sait tous que les super-héros sont des gens dérangés.

Peut-être avons-nous besoin de voir un super-héros heureux ? Je pense qu'il y a un autre film de super-héros en moi, mais je n'en suis pas sûr. Vous pensez que nous avons besoin de plus de films de super-héros ? Il y en a tellement. C'est incroyable de constater depuis combien de temps ça dure et qu'il va y en avoir de plus en plus. Un jour, les gens en seront malades."

Des propos un tantinet alarmistes de la part de celui qui a lancé la mode il y a 25 ans et qui semble contredit en permanence par les scores faramineux de chaque nouveau film de super-héros. Mais n'y aurait-il pas un fond de vrai dans ces propos ? 

 

Tout savoir sur Batman

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
mikegyver
17/12/2014 à 18:49

je confirme ce que dit Antho, moi c'est les roles qu'ils filent a Johnny Depp qui me filent des boutons , frolant l'overdose.

Chacun sa plaie......

Tony
17/12/2014 à 11:02

Attention aux traductions littérales pour la dernière phrase. "To be sick of...", ce n'est pas "être malade" mais "en avoir marre..."

Antho
17/12/2014 à 11:01

"Tu portes un costume rigolo" ... C'est la formule qu'il place à son pote Johnny quand il lui propose un nouveau rôle. La aussi on frôle l'overdose.

votre commentaire