Le Vatican s’en prend à Avatar

David Da Silva | 13 janvier 2010
David Da Silva | 13 janvier 2010

Avatar attire le public du monde entier avec des paysages visuellement éblouissants et une nature parsemée de créatures bleues. Mais le Vatican n'est pas un public aussi facile.

Le journal du Vatican et  la station de radio critiquent le blockbuster car il flirte avec l'idée que le culte de la nature peut remplacer la religion - une notion contre laquelle le  pape a mis en garde. Ils appellent le film un conte simpliste, malgré ses impressionnants effets spéciaux.

"Pas grand-chose derrière les images», voilà comment le journal du Vatican et L'Osservatore Romano résument le film.
 
Par contre, le premier président indigène de Bolivie, Evo Morales, a fait l'éloge  d'Avatar avec ce qu'il appelle son message de sauvegarde de l'environnement de l'exploitation. Mais le film a également attiré un certain nombre de voix critiques. Certains blogueurs conservateurs américains ont fustigé son message anti-militariste, un petit groupe de gens ont dit que le film contient des thèmes racistes.

James Cameron « raconte l'histoire sans aller en profondeur... » dit L'Osservatore Romano. Radio Vatican a dit que le film était « plutôt inoffensif».

Plus important encore, la plupart des critiques du Vatican a été réalisé sur le thème central du film de l'homme contre la nature.
 

L'Osservatore dit que le film  « s'enlise dans un spiritualisme liée au culte de la nature ».

 «La nature n'est plus une création à défendre, mais une divinité », a précisé la radio.

 

 

Benoît XVI a souvent parlé de la nécessité de protéger l'environnement, a valu le surnom de «pape vert». Mais il a aussi mis en garde contre la transformation de l'écologisme dans le néo-paganisme.

Dans une récente Journée mondiale de message de paix, le pape a mis en garde contre toute idée qui associe les êtres humains avec les autres êtres vivants au nom d'une «vision prétendument égalitaire».

Le journal du Vatican aime à l'occasion commenter dans ses pages culturelles sur les films ou les icônes de la culture pop, comme elle l'a fait récemment sur  Les Simpsons ou U2.  Dans un cas célèbre, plusieurs responsables du Vatican étaient contre  Le Da Vinci code.

«Soporifique, de la technologie, mais peu d'émotions authentiques » dit l'Osservatore dans l'un des trois articles consacrés à Avatar dans ses éditions du dimanche. Le scénario de certains étrangers qui vivent sur une planète lointaine préservé et les humains qui veulent piller leurs ressources est un thème universel qui peut être la réminiscence des colonisations et des guerres passées » indique le journal.

« Tout est réduit à une lutte trop simpliste contre l'impérialisme et une parabole anti-militariste».

On peut dire que le Vatican n'aime pas la concurrence du panthéisme (ils ne doivent pas trop aimer les films de Terrence Malick non plus...).

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire