Alec Badwin en Besancenot

Julien Dury | 6 décembre 2007
Julien Dury | 6 décembre 2007

Dans un article intéressant sur son blog, Alec Baldwin expose son point de vue sur la grève actuelle des scénaristes. Le comédien divise le marché hollywoodien en acheteurs (studios et producteurs) et vendeurs (scénaristes, acteurs, agents...) pour constater que l'équilibre des forces s'est nettement déplacé en faveur des premiers lors des quinze dernières années. Baldwin pointe le changement de rôle symptomatique des agents. Lorsque ceux-ci ne sont pas passés à l'autre bord en se mettant à la production, ils renoncent désormais à négocier le cachet de leurs clients, se limitant à leur trouver des rôles.

 

L'acteur s'accorde avec les raisons invoquées par les grévistes, mais souligne que les scénaristes sont de bien mauvais négociateurs. La situation serait d'une ironique asymétrie : d'un côté, des auteurs qui s'attendent à ce que leurs acheteurs aient une âme, de l'autre des studios qui considèrent cette même âme comme un frein à leurs affaires. Lançant quelques piques à la baisse de qualité des productions hollywoodienne, Baldwin enjoint malgré tout les scénaristes à reprendre le travail tout en continuant leurs négociations. Dernière idée lancée par le comédien : un site où les grévistes rassembleraient des anecdotes humiliantes sur producteurs et patrons de studios. Pour Alec, ces derniers ont un ego aussi démesuré que les artistes, à la différence près qu'ils n'ont aucun sens de l'humour pour compenser ça...

 

 

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire