Disney : coup d'Etat chez Mickey, Bob Iger reprend le pouvoir en pleine crise

Léo Martin | 21 novembre 2022 - MAJ : 23/11/2022 15:17
Léo Martin | 21 novembre 2022 - MAJ : 23/11/2022 15:17

Après avoir pourtant pris sa retraite, Bob Iger a été réinstallé en tant que PDG de Disney... à la place de son ancien successeur, Bob Chapek

C’est un retournement de situation bien inattendu auquel on assiste chez Disney. Les plus attentifs en avaient détecté les signes annonciateurs. Si, en 2020, un Bob en avait remplacé un autre sur le trône, à présent le cycle se répète. Sauf que cette fois, tout semble ne pas se passer dans l’absolue sérénité. Car tout n’a pas été paisible dans le royaume de Mickey : les rumeurs en cours depuis quelques mois y présageaient déjà un brutal changement.

Le 25 février 2020, Bob Iger (alors PDG de Disney depuis quinze ans) laissait sa place à Bob Chapek, jusque là président de l’expérience des produits des parcs Disneyland. Cela se passe près d’un an après le rachat de la 21st Century Fox et très peu de temps avant le début de la pandémie. En somme, c’est un instant de totale bascule pour la compagnie (et pour toute l’industrie hollywoodienne). Le nouveau dirigeant s’est ainsi démené pour affirmer sa position dans cette période de trouble... pour finalement se faire licencier au bout de deux ans de règne.

 

Pinocchio : photo, Tom HanksChapek à la dérive

 

La bataille des deux bob 

De fait, Chapek a dû – et dès son entrée en fonction – batailler face à la fermeture des parcs et des cinémas et gérer l’expansion massive du streaming en pleine période de Covid. Une opération compliquée à laquelle se sont ajoutées de nombreuses polémiques, litiges avec des pays étrangers et finalement une baisse du cours de l’action très importante pour Disney. Alors que Disney+ vient d’afficher un bilan financier désastreux et que le contrat de Chapek touche à sa fin, le conseil d’administration de la firme a décidé de se séparer afin de rappeler leur ancien meneur. 

Ainsi, Bob Iger, 71 ans, va reprendre du service pour une nouvelle mission d’au moins deux ans à la tête de la compagnie. Dans un communiqué de Disney, l’ancien patron est de retour pour établir une stratégie de croissance renouvelée et sera aussi chargé de trouver un (meilleur ?) successeur pour prendre en main la suite. Il convient de rappeler que durant son précédent mandat, la capitalisation boursière de Disney avait quintuplé. Personne ne semble donc douter des capacités d’Iger, là où Chapek paraît avoir déçu.

 

Avengers : Endgame : Chris Evans"Finalement je reviens."

 

Susan Arnold, présidente du conseil d’administration de Disney, a ainsi explicité cette soudaine transition avec une déclaration (rapportée par Deadline) :

"M. Iger a le profond respect de l’équipe de direction de Disney […] et il est grandement admiré par les employés de l’entreprise dans le monde entier ; tout cela permettra une transition transparente de la direction. [...] Au moment où Disney s’engage dans un cycle de transformation de l’industrie de plus en plus complexe, Bob Iger est particulièrement bien placé pour diriger la société pendant cette période charnière.

[...] Nous remercions Bob Chapek pour les services qu’il a rendus à Disney au cours de sa longue carrière, notamment en guidant l’entreprise à travers les défis inédits dus à la pandémie." 

Néanmoins, rien n’a été déclaré pour spécifier les raisons du renvoi (ou de la démission ?) de Bob Chapek. Tout laisse croire cependant à une éviction liée à la situation actuelle de l’entreprise. 

 

Blanche-Neige et les Sept Nains : photoEt voici pour le cadeau de départ, Bob

 

Le roi maudit

Comme évoqué plus tôt, bien des troubles ont ponctué le mandat de Bob Chapek. Outre les conflits de la compagnie avec notre chronologie des médias, c’est surtout les coûts massifs de Disney+ qui lui ont sans doute causé du tort. La plateforme de streaming a ainsi accusé, lors de son dernier trimestre, une perte opérationnelle de près de 1,5 milliard de dollars (la plus grosse perte jamais enregistrée depuis son existence). Une annonce qui a déclenché une baisse de l’action de Disney de 13 %. On peut ajouter, à ces problèmes financiers, la difficulté croissante de la firme à se distribuer désormais dans des pays étrangers pivots (la Chine principalement).

Bref, autant de raisons qui ont pu pousser le conseil d’administration de Disney à ne pas prolonger le mandat de l’ancien PDG au-delà de ce mois de novembre 2022. Dès juin, une source anonyme de Deadline avait déclaré que le vote de confiance du conseil envers Chapek était risible et laissait entendre une éviction très prochaine. Un destin que celui-ci redoutait sans doute. Courant 2022, il avait commencé à se retourner contre certains de ses potentiels successeurs. Chapek licenciait ainsi Geoff Morrell (du département communication) en avril dernier et Peter Rice (ancien de la Fox qui était au département TV) en juin dernier. Leurs contrats s’étendaient dans le temps au-delà du sien. 

 

Star Wars : L'Ascension de Skywalker : photo"Somehow..." 

 

Les efforts de Chapek, s’ils avaient pour but de se maintenir au pouvoir, auront été finalement vains. Tel Macbeth, il aura été inexorablement déchu et c’est sans lui que l’avenir de Disney va désormais se dessiner. C’est un remplacement qui paraît même presque naturel et pourrait correspondre à une nouvelle période de métamorphose pour les grosses compagnies hollywoodiennes, post-pandémie.

De la même façon que David Zaslav a pris la place de Jason Kilar chez Warner (après que celui-ci se soit diablement planté avec ses plans pour HBO Max), Bob Iger reprend les rênes à Chapek. Un tel changement aura peut-être des conséquences inespérées quant aux stratégies de Disney sur le long terme ou sa gestion du streaming qui a été si agressive et onéreuse depuis 2020. Dans tous les cas, Iger s’est lui montré confiant et a publié un communiqué plein d’espoir, via The Ankler : 

"Je suis très optimiste quant à l’avenir de cette grande entreprise et ravi que le conseil d’administration me demande de revenir en tant que directeur général.".  Bob s’en est allé. Vive Bob.

Tout savoir sur Disney

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Nonoo
23/11/2022 à 14:15

Chapek c'était celui qui avait dit que l'animation c'était que pour les gosses et pas pour les adultes? Tant mieux qu'il soit parti :)

PatrickJammet
22/11/2022 à 21:47

Que dois-je penser/analyser de la trans'bahut'ation de "Bleach" du big3 chez Dis'ney ?! - En dormance ? - Getsuga Tenshô ! De'Wilhelm... ;)

Morcar
22/11/2022 à 08:51

En effet, on commence à lire qu'une partie des fans du MCU commence à se lasser (sans doute en partie à cause du fait que la phase 5 ne semble pas trop donner d'indication vers quoi va le MCU), Star Wars n'est plus qu'une franchise TV, et Pixar n'a plus le droit qu'à des sorties Disney+ également. Disney produit beaucoup de contenu, mais la qualité n'est pas là. Comme quoi leur recette leur a rapporté des milliards pendant un temps, mais ça va se tasser.
Quelque part, c'est rassurant, car le monstre qu'était devenu Disney est en train de s'épuiser, et ça va donner de l'air à tout le monde.

Fontâmos
21/11/2022 à 21:48

Le château brûle : la galaxie StarWars est mal en point depuis bien avant Chapek, la fatigue Marvel commence à s’installer, Pixar ne fait plus rêver grand monde, etc., etc…. Si en plus l’économie chancelle, la fréquentation des parcs et les abandonnements D+ vont en pâtir…. Et puis évidemment la cuisine wok matin, midi et soir qui finit par écœurer. Et malheureusement je ne suis pas certain que le nouveau chef change le menu…

Précisions ter
21/11/2022 à 19:23

@Leo
C’est vrai que c’est pas fameux fameux !

Picsou et Gripsou aux commandes
21/11/2022 à 18:44

la tournure assez Wo ke ,va -elle être inflechie, annulée, çà joue aussi pour le business Disney Et pas en bien

L'ecran fou
21/11/2022 à 16:00

Ceci étant, entre le bilan avec la Floride, le fiasco avec la SVOD, la tentative de mettre à genou les cinémas, les tensions avec certains acteurs et cinéastes, le fait de tuer certains films de leur catalogue paarce que ce n'était pas des blockbusters (cf Nightmare Alley entre autres ...) les coups de sirène de nombreux gros investisseurs comme Vivek Ramaswami quant à l'entêtement de Disney de vouloir suivre des mouvance politiques progressistes qui finalement ne leur rapporte absolument pas un centime... rien d'étonnant.

ceci étant, Iger n'est pas en reste dans le sens où il a pas fait que des choses bien (coucou la resignature de Kathleen Kennedy), et que certaines de ses décisions ont éclaboussé sur Chapeck

syroz
21/11/2022 à 15:36

Toutes les mauvaises décisions qui ont pourrit le mandat de Chapek (Svod, retour sur investissement de LucasArst et de la Fox catastrophiques, politisation qui aliène une partie du public) c'est l'autre Bob qui les avait enclenché.
A moins qui ce ne soit juste pour faire passer la pillule des licenciements et d'un virage brutale de stratégie, ça sent pas bon pour l'empire Disney.

Léo Martin - Rédaction
21/11/2022 à 15:32

@Précision bis C'est une analyse en effet intéressante et cette histoire avec la Floride participe sans doute aux échecs financiers de Disney sous Chapek. Mais m'est avis que cet incident s'ajoute à un bon nombre d'autre (le clash avec Scarlett Johanson pour Black Widow, les soucis pour s'exporter en Chine et dans d'autres pays, etc.). Le résultat reste que le bilan est catastrophique pour la gestion de Chapek et les résultats récents du streaming sont le coup de grâce. Mais bien sûr, il y a encore bien des choses à décrypter.
L'affaire est suivie de près !

Morcar
21/11/2022 à 15:32

@Inside Man, c'est marrant, j'ai aussi pensé à GoT en lisant cet article...

Plus
votre commentaire