Jean-Louis Trintignant, le géant du cinéma français, est mort

Axelle Vacher | 17 juin 2022 - MAJ : 17/06/2022 18:55
Axelle Vacher | 17 juin 2022 - MAJ : 17/06/2022 18:55

Après une carrière monumentale, l'acteur français Jean-Louis Trintignant, s'est éteint à 91 ans.

À l’instar de bien des acteurs de sa génération, Jean-Louis Trintignant ne comptait pas réellement devenir acteur. D’une timidité maladive, le comédien français s’est tout d’abord fait un nom au théâtre, qu’il découvre craintivement, mais déterminé, après avoir été fasciné par une performance de Charles Dublin dans l’Avare de Molière.

Après quelques années passées sur les planches à enchaîner Shakespeare, Ionesco, ou encore George Bernard Shaw, le comédien cède finalement, nécessiteux de se remplir les poches, à l’appel du cinéma. Initialement mû d’un désir de réalisation, ce sera donc devant les caméras que Jean-Louis Trintignant s'appliquera à déployer l'ampleur de son talent.

 

Jean-Louis Trintignant : photo, Et Dieu créa la femme, Brigitte BardotDécollage de carrière aux côtés de BB

 

Son premier véritable rôle suffira par ailleurs à lancer sa carrière. Séduit par sa candeur, et son physique longiligne, Roger Vadim le choisira, en 1956, pour interpréter Michel Tardieu, l'amant de Brigitte Bardot dans le sulfureux Et Dieu... créa la femme. Une romance qui débordera par ailleurs de l'écran, et qui aurait pu lui accoler à tout jamais l'image d'un séducteur maladroit, s'il ne s'était pas précipité dans la direction opposée.

Acteur multifacette, Trintignant multiplie les registres. Après avoir incarné le studieux Roberto Mariani sous la direction de Dino Risi dans l'emblématique comédie italienne Le Fanfaron, le concupiscent Bernard dans Les Sept péchés capitaux de Jacques Démy, ou encore l'aberrant capitaine Serge dans le Paris brûle-t-il? de René Clément, c'est finalement Claude Lelouch qui le révèlera au grand public, et le hissera à la célébrité qu'il redoutait tant.

 

Jean-Louis Trintignant : photo, Un homme et une femme, Anouk AiméeÀ vos mouchoirs

 

En 1966, l'acteur donne une première fois la réplique à Annouk Aimée pour la fresque romantique et endeuillée, Un homme et une femme. Le film est un triomphe mélancolique, et emporte la Palme d'Or au Festival de Cannes. Trois ans à peine plus tard, Trintignant remonte les iconiques marches rouges, alors à l'affiche du Z de Costa Gavras, lequel lui vaudra, sans trop de surprises, le prix d'interprétation masculine.

De Rohmer à Chabrol, de Bertolucci à Deville, le comédien explore, interprète, bouleverse, avant de brusquement annoncer, en 1998 se détourner des plateaux de tournage. Ceux qui m'aiment prendront le train, de Patrice Chéreau, sera son dernier film avant que Trintignant s'en retourne à ses premières amours théâtrales. Là, il donnera notamment la réplique à sa fille, Marie, dans la pièce Comédie sur un quai de gare, dirigée par Samuel Benchetrit.

La mort brutale de cette dernière en 2003 mettra toutefois abruptement fin à la fusion de cette relation père-fille, et l'acteur sombrera dans le désespoir. En 2016, il expliquait d'ailleurs au JDD se sentir déjà mort depuis le décès de sa fille : "J'ai eu de petits bonheurs, des surprises, mais ma vie s'est arrêtée ce jour-là".

 

Amour : photo, Jean-Louis TrintignantBrillant testament d'un amour à l'épreuve de l'âge

 

Après plusieurs années d'absence, brièvement entrecoupées d'apparition dans le métrage Janis et John de Samuel Benchetrit, Trintignant effectue son grand retour au cinéma sous la direction de Michael Haneke. À l'affiche d'Amour, il délivre une performance bouleversante de vulnérabilité aux côtés d'Emmanuelle Riva. La production franco-austro-allemande, récompensée de la Palme d'or et multiprimée à travers le monde, leur vaudra par ailleurs à chacun un César

Par la suite, Trintignant prend de l'âge, se fatigue. En 2017,  il annonce souffrir d'un cancer. Mais cela ne l'empêchera pas de retrouver Haneke à deux reprises, une première fois en 2017 sur le documentaire Michael Haneke : profession réalisateur, et une dernière fois en 2019 sur le drame Happy End.

 

Les plus belles années d'une vie : Photo Jean-Louis Trintignant, Anouk AiméeChapeau, l'artiste

 

En 2021, Trintignant achève de tourner son dernier long-métrage de fiction : Les Plus Belles Années d'une vie, de Claude Lelouch, où il retrouve Anouk Aimée. Sa performance, exécutée avec la gravité légère d' un chant du cygne, sera acclamée par la critique et les spectateurs.

Décédé ce vendredi 17 juin à son domicile dans le Gard, tel que son épouse l'a confié à l'AFP, Jean-Louis Trintignant nous a donc quittés avec élégance, à 91 ans, et s'en est allé rejoindre le panthéon des monstres sacrés de l'interprétation française.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Terminéator
19/06/2022 à 11:29

Quel acteur bordel !!! RIP Monsieur Trintignant

Pat Rick
18/06/2022 à 18:40

Un acteur passionnant ayant une très belle filmographie.

Francis Bacon
18/06/2022 à 15:33

@Mx Yes Le grand silence, très bon western.
Quel acteur, quel charisme, quel voix. A tous les âges de sa vie, il aura enchanté la caméra. Amour est vraiment un sommet, dans Happy End il reprend un personnage très proche (il dit à sa petite fille qu'il a tué sa femme). Tjs sur Haneke, il y a aussi Le Ruban Blanc où il fait la voix du narrateur en VF et son timbre de voix vraiment apporte de la profondeur (Haneke disais d'ailleurs qu'il fallait le voir en VF pour la voix de Trintignant)
J'ai tjs pas vu la "suite" de Un homme et une femme je vais vite remédier ça.
RIP Monsieur

Mouais Bof...
18/06/2022 à 13:40

Monstre du cinéma.Inoubliable chez Corbucci.
Discret et pourtant on sentait sa présence sur grand écran.

RIP et Chapeau l'artiste.

Ray Peterson
18/06/2022 à 12:31

Le conformiste des plus anti-conformistes comédiens. Adorable, à l'écoute et extrêmement respectueux de ses collaborateurs. Une personne formidable. RIP maestro.

Ded
18/06/2022 à 10:19

Acteur sobre, discret et efficace, il parvient à "exister" dans son rôle de faire-valoir auprès de l'ogre Gassman dans "Le fanfaron" de Risi et nous surprend là où on ne l'attend pas "Le grand silence". Même si le film de Enrico "Le secret", à l'épilogue glaçant, passe à côté de tout suspense, car ne parvenant pas à entretenir l'ambiguïté de son sujet, il reste imprimé dans ma mémoire. Grâce notamment à l'interprétation de ce grand timide charismatique dont cette sorte de "handicap social", lié à sa frêle silhouette et ce malgré des traits harmonieux, aurait chez tout autre ruiné les chances de parvenir au sommet comme il le fit. Car dans ce métier narcissiquement exigeant, fondé quand-même un peu (et là je ne parle que de cinéma... pas de théâtre) sur l'image de soi-même à livrer en pâture à un public idolâtre, pour lui qui n'aimait pas trop son "image", s'il n'y avait pas eu de talent...

Guizmo
18/06/2022 à 09:37

@dirty
Hors sujet

Faurefrc
17/06/2022 à 23:29

Le genre d’acteur qui arrivait à m’émouvoir même avec qq lignes de textes comme dans « un héros très discret » de Jacques Audiard

Dirty
17/06/2022 à 21:52

Par contre l'enfant de p*tain qui battu à mort sa fille est toujours vivant et adulé lui. Monde de merde.

RobinDesBois
17/06/2022 à 21:09

Très ému par sa disparition. L'un des plus grands acteurs Français et du monde. J'aimais son visage, sa beauté, sa voix, son regard, ses films, sa timidité, son élégance, sa discrétion. Il est inoubliable et bouleversant dans le Fanfaron, il est magnifique dans un Homme et une Femme, il est désarmant de fragilité dans Et Dieu créa la femme, il crève l'écran dans le Voyou, il est magnétique dans le Grand Silence génial western crépusculaire, il est toujours aussi juste dans Janis et John dernier film dans lequel a tourné sa fille Marie et avec qui il était enchanté de partager l'affiche. Et même dans des films plus mineurs sa présence et son charisme font toujours la différence, je l'ai adoré dans Un Homme est mort, je l'ai trouvé drôle dans le Mouton enragé.

C'est vraiment une page qui se tourne. RIP Jean-Louis impossible de t'oublier :(

Plus
votre commentaire