Happy End : la bande-annonce subversive du dernier Michael Haneke présenté à Cannes avec Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant

Alexis Vielle | 19 juillet 2017
Alexis Vielle | 19 juillet 2017

Tabou, non-dits, nihilisme narcissique, pas de doute, Haneke est bien de retour ! 

La célèbre maxime ‘Jamais deux sans trois’ a cette fois-ci fait défaut au subversif réalisateur autrichien. Après les Palme d’Or d’Amour et du Ruban Blanc, le saxon est de retour aux affaires dans une nouvelle bande-annonce énigmatique. Un film qui collera à une actualité brûlante puisque le film dressera le portrait d’une famille bourgeoise de Calais devant faire face à la crise des migrants.

Happy end, lors de sa projection à Cannes, avait fait sensation. Sensation car on était à priori loin du propos mordant du cinéaste dont la presse, pourtant friande des délires pervers et narcissiques de l’artiste, avait allègrement descendu le film pendant la croisette. 

"Trop aseptisé, une cible trop facile" regrettait The Hollywood Reporter. Il est vrai que les avis à chaud qui suivaient la séance étaient loin de dresser des lauriers à une œuvre que beaucoup considère comme un ‘petit Haneke’

 

 

Pour avoir vu le film, chez Ecran Large, on ne peut qu’être d’accord avec les premiers avis. Il est vrai que la recette semble réchauffée, et, comble pour le réalisateur, Haneke se parodie lui-même en mettant en exergue ses propres obsessions tout en les atténuant pour virer dans une répétition abrutissante qui pourra en rebuter certains. 

Heureusement, porté par un casting cinq étoiles avec les vétérans Hanekien : Jean-Louis Trintignant, Isabelle Huppert, Mathieu Kassovitz, le film sort le 4 octobre. 

 

Affiche

Tout savoir sur Happy End

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Ded
20/07/2017 à 10:12

Au vu du nombre sur la photo, la question est donc : ces "six bourgeois de Calais" resteront-ils eux aussi gravés dans le marbre ?...

Ded
20/07/2017 à 10:08

Vu le nombre sur la photo, la question est donc : ces "six bourgeois de Calais" resteront-ils eux aussi gravés dans le marbre ?...

votre commentaire