Après Hérédité et Midsommar, le nouveau cauchemar d'Ari Aster s'annonce dingue

Chloé Chahnamian | 17 juin 2022 - MAJ : 17/06/2022 17:08
Chloé Chahnamian | 17 juin 2022 - MAJ : 17/06/2022 17:08

Le nouveau petit génie du cinéma d'horreur, Ari Aster, va revenir avec Disappointment Blvd., une comédie noire et horrifique avec Joaquin Phoenix.

Avec seulement deux longs-métrages à son actif, Ari Aster est déjà l'un des noms les plus prometteurs du cinéma d'horreur. Si le dérangeant et maléfique Hérédité avait déjà conquis la presse et les spectateurs, le cinéaste a mis tout le monde d'accord avec Midsommar, un film d'horreur aussi brillant que cauchemardesque qui est vite devenu un emblème de la "elevated horror", un sous-genre qui réconcilie l'horreur et l'expérimentation visuelle. 

Après ces deux premiers films très remarqués et appréciés, Ari Aster a décidé de rester chez A24 pour son prochain film prénommé Disappointment Blvd.. Dans cette nouvelle oeuvre, le cinéaste devrait proposer le portrait intime d'un entrepreneur prospère interprété par nul autre que Joaquin Phoenix. Si les informations manquent encore et qu'aucune image n'a pour le moment été dévoilée, à part une photo volée qu'on vous laissera chercher, les seules infos dont on dispose déjà sont plutôt (très) alléchantes.

 

Joaquin Phoenix : photo, JokerQuand on nous demande de garder le sourire alors qu'il n'y a toujours pas de date de sortie

 

Si le casting du film est déjà prometteur, puisqu'on y retrouvera la star de Broadway Patti LuPone, Amy Ryan, Nathan Lane, Stephen McKinley Henderson (Dune) ou encore Parker Posey. Et à leurs côtés, on trouvera également le comédien français Denis Ménochet, excellent dans Jusqu'à la garde et prochainement à l'affiche du superbe As Bestas, le nouveau film du réalisateur espagnol Rodrigo Sorogoyen (Madre, El Reino).

Et justement, Denis Ménochet en a dit un peu plus sur Disappointment Blvd. dans une interview accordée à la revue CinemaTeaser dans le numéro 113, et ce qu'il dit est particulièrement excitant :

"J'avais adoré Hérédité, j'étais donc très curieux de voir comment ça allait se passer sur le tournage. Et c'était dingue. Vraiment, il y a des plans dans ce film qui vont mettre tout le monde à terre. J'ai hâte de le voir. Le ton du film a l'air fou. On avait l'impression qu'il mélangeait les genres constamment pour atteindre un endroit du cinéma où personne n'était encore allé. Je crois que Disappointment Blvd. va inventer son propre genre : le Ari Aster movie."

 

Inglourious Basterds : photo, Denis MénochetOn se prosterne tous devant Denis Ménochet

 

À en croire les dires de l'acteur, ici en promotion pour Peter von Kant le nouveau film de François Ozon (oui, il tourne beaucoup), Disappointment Blvd. pourrait bien-être aussi impressionnant que prévu. Si bien évidemment l'acteur n'allait pas dire le contraire, ce qu'il évoque concernant le mélange des genres est tout à fait aguicheur. Toutefois, pour le moment, difficile de savoir quand le long-métrage va pouvoir sortir en salles.

Selon le site World of Reel, le film devrait faire 3h30, une durée inadmissible pour A24 qui refuserait de distribuer le film si Ari Aster n'en coupe pas une partie. On espère donc qu'Ari Aster arrivera à sortir son film malgré sa durée compromettante ou qu'il trouvera un terrain d'entente avec A24 et qu'une date de sortie se fasse bientôt connaitre puisqu'aux dernières nouvelles, Disappointment Blvd. devait arriver avant la fin de l'année 2022, une échéance qui pourrait donc être repoussée.

Tout savoir sur Disappointment Blvd.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Morcar
20/06/2022 à 09:28

En gros, l'acteur qui joue dans le film pense qu'il va être bien. Quelle surprise !
Personnellement, si j'ai trouvé ses deux films techniquement bien faits, je n'ai jamais adhéré à l'intrigue d'aucun des deux, et jamais trouvé que ça soit du tout horrifique. Qu'on puisse apprécier ses films, je peux comprendre, mais je n'arrive pas à saisir pourquoi on hisse ce réalisateur à ce point au niveau de génie du genre.

Alxs
19/06/2022 à 11:41

Ça serait dommage qu'il rogne son montage. Si j'avais bcp aimé Misommar en salle, j'ai trouvé sa version longue bcp plus cohérent et au final supérieure.

Docteur Benway
19/06/2022 à 00:53

J'aime beaucoup Aster mais là, vous faites un article sur du vide. Il n'y a aucune information, si ce n'est le titre du film (et les avis dithyrambique d'un acteur). Ça s'annoncera dingue quand on aura un trailer ou un synopsis.

Numberz
17/06/2022 à 22:02

Qu'il cut son film et il nous sortira une expérience encore plus traumatisante en director's cut en Blu Ray

Sanchez
17/06/2022 à 17:23

« J’ai l’impression que ça va être bien »
On est sur du lourd , j’espère que ce sera en tagline sur l’affiche

votre commentaire