La Vie d'Adèle : Léa Seydoux en remet une couche sur les scènes de sexe et Abdellatif Kechiche

Axelle Vacher | 12 mai 2022
Axelle Vacher | 12 mai 2022

En pleine promo pour Les Crimes du Futur, Léa Seydoux est revenue sur son expérience ardue avec Abdellatif Kechiche dans La Vie d'Adèle.

Près de dix ans après la sortie du film qui avait enflammé la Croisette en 2013, le sulfureux La Vie d’Adèle risque de faire parler de lui encore longtemps. Adapté du roman graphique Le bleu est une couleur chaude de Jul’ Maroh, le métrage fait le récit sensible et organique d’une rencontre bouleversante entre deux femmes, Adèle et Emma, et des affres, au fil des ans, de leur relation tumultueuse.

Accueilli avec un enthousiasme unanime de la presse et des spectateurs, La Vie d’Adèle - Chapitres 1 et 2 avait remporté sans trop de surprises la convoitée Palme d’Or au Festival de Cannes, récompense suprême également attribuée à titre exceptionnel au réalisateur, Abdellatif Kechiche, et ses deux actrices principalesAdèle Exarchopoulos et Léa Seydoux. Et puis ce fut le drame.

 

La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2 : photo, Adèle Exarchopoulos, Léa SeydouxPetite leçon de régime haptique pour les nuls

 

Les louanges accordées au film se sont teintées peu à peu d’une amertume polémique opposant le cinéaste à certains de ses techniciens, lesquels ont tous dénoncé un tournage harassant, des conditions de travail aberrantes, et selon un témoignage anonyme relayé par Le Monde, « des comportements proches du harcèlement moral ».

Quelques mois plus tard, c’était au tour des deux actrices de relater des séquences de tournage violentes, évoquant principalement celle du controversé rapport sexuel entre les deux femmes. En effet, la scène, qui ne dure pas moins de sept minutes à l’écran, aurait requis plus d’une centaine de prises d’après Léa Seydoux, et aurait été filmée sur une dizaine de jours consécutifs.

 

Les Crimes du futur : Photo David Cronenberg, Léa SeydouxNul besoin de coordinateur d'intimité ici, la chirurgie est le nouveau sexe

 

Alors que de nos jours il est monnaie courante, voire obligatoire selon les studios, de disposer sur les plateaux de coordinateurs d’intimités (chargés d’assurer la protection physique et le consentement des acteurs et actrices au cours du tournage), difficile d’imaginer si la présence d’un de ces superviseurs aurait changé, ou non, quelque chose à la dynamique étouffante du tournage d’Abdellatif Kechiche. Interrogée à ce propos par The Hollywood Reporter, Léa Seydoux, aurait affirmé dans un rire étranglé que, « non, non pas vraiment  » :

« C’est bien plus que cela. Ce n’était pas seulement les scènes de sexe [qui étaient problématiques], c’était vraiment tout le film. La façon dont on l’a tourné était juste insensée. Ce gars [Abdellatif Kechiche, ndlr] est dingue. »

Elle a toutefois rajouté : « La vie d’Adèle reste ma meilleure expérience à Cannes. Ce film a pris une année de ma vie, mais j’ai tout donné pour ce projet. Il a vraiment changé ma vie de bien des façons ». Sans (trop de) rancune donc pour la jeune actrice, laquelle sera bientôt à l’affiche du très attendu Les Crimes du Futur, réalisé par le maitre incontesté du body-horror David Cronenberg. Sélectionné au Festival de Cannes 2022 en compétition officielle, le petit nouveau de la jolie boutique des horreurs retournera les salles de cinéma françaises dès le 25 mai prochain.

Tout savoir sur La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Phuzor
16/05/2022 à 15:44

Cette fameuse scène torride n'apporte rien à l'histoire que raconte le film. C'est une scène purement polémique pour créer du buzz. En même temps ça n'aura pas complètement desservit le film puisqu'au final ça a fait un mini scandale qui a peut être contribué à son succès.
Néanmoins la fin justifie t-elle les moyens? Je ne pense pas mais depuis l'affaire Weinstein et la libération de la parole, nous savons tous que l'industrie ciné est un milieu bien pourri.

Baretta
15/05/2022 à 11:50

Avant la vie d'adèle le comportement de kechiche était connu c'est elle qui a insisté pour travailler avec lui sachant que d'abitude il ne prend pas d'actrice connu.
Mlle la fille de...
Par ailleurs je déteste ce film mais c'est une autre histoire.

Nonoize
14/05/2022 à 12:04

Au final on ne comprend pas trop pourquoi elle se plaint... Si au final ça en valait le coup! Cette façon de dire tout et son contraire... on sent qu'elle n'assume pas trop d'avoir fait du porno...

Tom's
13/05/2022 à 22:25

Les scènes de sexe.... des prothèses de parties du corps ont été réalisées pour le film protegeant de contacts l'intimité des deux actrices.

Chef d’oeuvre
13/05/2022 à 20:00

On ajoutera que le Monde n’hésite pas à qualifier le VIe d’Adele de Chef d’œuvre
Le voilà rassuré !

RobinDesBois
13/05/2022 à 18:26

Malmené dans le cadre du projet artistique je précise.

RobinDesBois
13/05/2022 à 18:23

@Morcar la situation n’est pas la même. Un tournage s’inscrit sur une durée plutôt courte, quelques mois difficiles, éprouvant, voir oppressants mais passionnants c’est pas comparable avec un boulot épuisant, répétitif qui s’inscrit sur la durée dans un cadre identique. J’ai plus d’empathie pour un employé qui se fait harceler dans son quotidien que pour des acteurs qui vivent de leur rêve et qui se sont retrouvés à bosser pour un real ultra exigeant qui les a poussé dans leur retranchements puis qui sont partis sur un autre tournage après avoir empoché la palme d’or. Après je cherche pas à minimiser le comportement de Kechiche. Je doute pas que ça été hyper éprouvant de bosser pour lui mais je pense que ça fait parti du métier d’artiste d’accepter d’être malmené (et cajolé). Lea Seydoux avait d’ailleurs déclaré que ce rôle et ce film qu’elle ne regrettait absolument pas l’avait armé pour la suite de sa carrière.

Birdy en noir
13/05/2022 à 15:25

Il y a surtout la loi et l'évolution des mœurs qui accompagnent les cas célèbres de harcèlement (voir plus). Si j'ai bien compris donc, il y a une loi pour les grands réals qui font des grands films, autorisés à dépasser les bornes, et une autre loi pour les nuls qui sortent jamais de bons films et ne méritent donc pas de pousser à bout une actrice ?
On fait quoi des grands réals qui ratent leur film ? Coupable ou pas coupable ?
Et du producteur ( Weinstein si tu m'entends...) qui fait un bon film sur 2 avec les mêmes méthodes ? On autorise au nom de l'Art ou pas ?

Morcar
13/05/2022 à 14:37

@RobinDesBois, le résultat n'excuse rien. Dirais-tu la même chose d'un boulanger tyrannique avec ses employés ? "Ok, il maltraite ses employés et les pousse à bout. Mais punaise, que son pain est bon !!"
Je suis d'accord que le film est très bon, et même si je fais partie de ceux qui jugent qu'on pousse trop loin le réalisme en matière de scènes de sexe au cinéma ou à la télévision, pour ce film je me suis franchement demandé à la fin de celui-ci si son impact serait le même sans ces scènes de sexe. Je pense que non.

@Sanchez, si on te propose de passer 10 jours avec la teub de Ryan Gosling dans la bouche, tu diras ok sans hésiter ?...

Pseudonaze
13/05/2022 à 04:30

Ce film leur a permis d'accéder à la célébrité et de pouvoir devenir égéries pour les marques de luxe et (surtout pour Léa Seydoux) de connaître une carrière florissante mais 10 ans plus tard le moment est venu de cracher dans la soupe.
Si le tournage était un tel enfer et bien il fallait partir !

Plus
votre commentaire