D'Alien au Seigneur des Anneaux, comment le cinéma nous prend pour des sons

La Rédaction | 9 mai 2022 - MAJ : 09/05/2022 17:31
La Rédaction | 9 mai 2022 - MAJ : 09/05/2022 17:31

D'Alien, le huitième passager au Le Seigneur des anneaux, en passant par Amadeus, on oublie souvent qu'un des un des premiers outils de la narration au cinéma demeure le son.

Qu'elles sont passionnantes, les interviews des comédiens. Qu'ils nous révèlent de secret, ces réalisateurs au style si affirmé. Qu'ils sont importants, ces décors qui dévoilent si souvent la psyché de ceux qui les traversent. Qu'ils sont inoubliables, ces effets spéciaux, parfois révolutionnaires, qui décloisonnent et libèrent l'imagination des auteurs, quand ils ne constitutent pas de vibrants témoignages des plus belles techniques d'illusionnistes de leur époque.

 

 

Tant de domaines qui sont fréquemment abordés pour analyser la fabrication du cinéma, et les divers artifices dont le 7e art dispose pour, le temps d'un film ou d'une série, nous faire croire à ce qui nous est raconté. Mais une jolie lumière, les larmes d'une star ou un plan parfaitement composés ne sont pas les seuls outils au service d'un cinéaste. Le premier d'entre eux, parfois le plus discret - ou celui dont l'effet demeure le plus inconscient pour une large part du public - n'est autre que le son.

Travaillé à travers la musique, le mixage sonore, ou tout simplement l'état d'esprit avec lequel un récit use de certains tours de passe-passe, le sion au cinéma va bien au-delà de la "simple" volonté d'illustrer l'action ou l'état d'esprit des protagonistes. C'est souvent l'opportunité d'une proposition stylistique travaillée, singulière, qui peut nous servir de tremplin émotionnel avec une belle efficacité. Cette vidéo consacrée à un sujet que nous mettons trop souvent de côté a été rendue possible grâce au concours de l'EICAR, qui a le bon goût de proposer des formations en matière de son (plus d'informations par ici).

C'est déjà grâce à l'EICAR que nous avions pu vous proposer une première vidéo sur les effets spéciaux.

Tout savoir sur Alien, le huitième passager

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Caçésur
09/05/2022 à 21:17

Et l'intro de Dune qui vous skotch au siège avant même le logo 0:

bips
09/05/2022 à 21:04

"bref, la musique au cinéma, disparait au profit du Sound design, et ce n'est pas forcément que du bon."
+1
Du moins en ce qui concerne certains réal ou compositeurs en particulier. N'est-ce pas Hans Zimmer... ça fait un moment que celui-là a intégré le sound design dans sa musique sur certaines productions. Je pense aussi au fameux duo de Nine inch nails (dont je me garderai bien de dire du mal sur EL) qui travaillent bien plus des ambiances que de la musique à mon humble opinion. Mais c'est justement cette transition qui intègre encore plus le son au métrage, l'effet en devient encore plus inconscient. J'entends ça comme le fait de la volonté de la production d'ancrer le métrage dans la réalité (fictive ou non) du film, d'amplifier des situations plausibles sans prendre le pas sur elles. Quand à l'inverse, la musique "classique" provoquera invariablement un effet de superposition dont les conséquences variés ont été mentionnées par M. Riaux dans la vidéo. On se souvient des musiques épiques dont la liste s'allonge toutes les semaines au fil des sorties ciné, parce qu'elles sont précisément composées pour ça. Quand aux autres, les 'silencieuses', l'objectif est ailleurs, de fait partie de l'efficacité générale du film. ça s'accorde avec la volonté de réalisme à tout prix des productions concernées.

Cidjay
09/05/2022 à 18:00

Plus le temps passe et plus l'argument du "Sound Design" se fait "entendre" parmi les cinéphiles.
en témoigne le récent BATMAN, qui serait certainement amputé de sa superbe si on changeait son exceptionnel sound Design.
Personnellement, ma première expérience "WOW" de Sound Design était avec le film Cloverfield, dont le sound Design général m'est resté en tête encore plus que le film.
Malheureusement, cet appellation Sound Design, profites réellement aux salles les mieux équipées en systèmes audio Dolby surround THX Chronoseptor HXbb12 + et ce, souvent en sacrifiant de plus en plus la sacro sainte "OST" (ou score pour les intimes) qui devient de plus en plus noyée dans un gloubiboulga sonore dont rien ne ressort vraiment.
J'ai même l'impression que les musiques de films sont devenus presques tabou au cinéma tant mes récentes expériences ne sont aboslument pas restées en tête (et du coup, je rejoint l'opinion d'écran large sur l'OST de Spider-man 3, qui prenait tout simplement le risque de mettre en avant sa musique (voire même dans des scènes ou il n'y a quasiment pas d'effets sonores parasites, comme la première reconstitution de l'homme sable) des moments contemplatifs au cinéma magnifiés par la musique, je n'en connais pas beaucoup d'autres (il y avait bien aussi la magnifique intro de ce navet de "jour d'après" qui était exceptionnelle !)
bref, la musique au cinéma, disparait au profit du Sound design, et ce n'est pas forcément que du bon.

votre commentaire