Being Mortal : Bill Murray réagit à la plainte qui a suspendu le tournage

Gaël Delachapelle | 1 mai 2022
Gaël Delachapelle | 1 mai 2022

Après la suspension du tournage du premier long-métrage d'Aziz Ansari, Bill Murray répond aux accusations faites à son encontre.

Dans le feuilleton des acteurs accusés d’avoir eu des comportements ou des propos inappropriés sur un tournage, Bill Murray, l’acteur fétiche de Sofia Coppola et Wes Anderson, vient d’être ajouté récemment à la liste, après le récent cas de Frank Langella sur le tournage de la nouvelle série Netflix de Mike Flanagan. En effet, cette fois-ci, c’est sur le tournage de Being Mortal, premier long-métrage pour Aziz Ansari qui marque ses débuts derrière la caméra, mais aussi son retour sur le devant de la scène après les accusations d’agression sexuelle portées contre lui en 2018.

Basé sur l’ouvrage médical et philosophique du chirurgien et écrivain, Atul Gawande, intitulé Being Mortal : Medecine and What Matters in the End, le premier film d’Aziz Ansari a malheureusement vu son tournage être suspendu récemment par la production, suite à une plainte portée à l’encontre de l’acteur Bill Murray. Ce n’est par ailleurs pas la première fois que l’ex-Ghostbuster se retrouve mêlé à des accusations pour des propos ou comportements inappropriés avec certains et certaines de ses partenaires, notamment Harold Ramis, Scarlett Johansson, ou encore plus récemment Lucy Liu, qui l’avait accusé d’avoir tenu des propos injurieux à son encontre sur le tournage de Charlie et ses drôles de dames.

 

La vie aquatique : photoUne ambiance de tournage un peu gênante

 

De plus, Bill Murray est également réputé pour être quelqu’un de difficile, comme beaucoup de ses pairs ont pu en témoigner. Mais apparemment, l’acteur a décidé de réagir à cette plainte survenue sur le tournage de Being Mortal. En effet, dans une interview auprès de la chaîne CNBC, Bill Murray a évoqué une blague qui n’a pas été si drôle que prévue, sans trop rentrer dans les détails des faits qui restent encore relativement inconnus :

« J’ai fait quelque chose que j’ai trouvé drôle, et ça n’a pas été pris comme tel. La société de production, le studio, voulait faire ce qu’il fallait faire, alors ils ont voulu tout vérifier, enquêter dessus, et ils ont donc arrêté la production. Mais à partir de maintenant, nous discutons et nous essayons de faire la paix les uns avec les autres. Je pense que c’est là que se situe le problème, dans notre paix. Nous sommes tous les deux des professionnels. Nous aimons le travail de l’un et de l’autre, je pense, et si vous ne pouvez vraiment pas vous entendre et vous faire confiance, cela ne sert à rien d’aller plus loin en travaillant ensemble ou en faisant un film. […]

 

Charlie et ses drôles de dames : photo, Lucy Liu, Bill Murray, Drew Barrymore, Cameron DiazIl faut faire confiance à Bill

 

Cela a été toute une éducation pour moi. Et j’ai l’impression que si je vois pas ça… le monde est différent de ce qu’il était quand j’étais petit. Vous savez, ce que j’ai toujours pensé être drôle quand j’étais petit ne l’est pas nécessairement maintenant. Les choses changent, les temps changent, il est donc important pour moi de comprendre. Et je pense que la chose la plus importante, c’est que ça soit au mieux pour l’autre personne, peu importe ce qui m’arrive. »

En effet, l’humour dont Bill Murray fut le porte-étendard à une certaine époque n’est peut-être plus en adéquation avec l’ère post-Me Too. En attendant, l’acteur espère pouvoir reprendre le tournage du film d’Aziz Ansari, dont la date de diffusion est initialement prévue pour courant 2023.

Tout savoir sur Being Mortal

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
The Moon
10/05/2022 à 23:08

@l'autre, on arrête pas une production pour avoir tirer des cheveux.
C'est pas sympa certes...mais ca doit être plus grave que ça

Kyle Reese
02/05/2022 à 15:01

@La Classe Américaine

Pourquoi démago ?
Démagogie: "Politique par laquelle on flatte les masses pour gagner et exploiter leur adhésion" j'ai pas l'impression de faire ça. Je partage mon point de vue et mes réflexions personnelle et peut évoluer ou pas en fonction de ce que je lis. Tu as des opinions tranchées good for you, c'est surement plus simple à vivre. D'autres sont plus dans la nuance.

A part ça je trouve ton message assez juste au niveau des conséquences. Mais on fait comment sur un tournage avec un acteur/actrice qui n'a plus confiance en son partenaire de jeu ? C'est pas comme s'i ils bossaient dans un open-space ou chacun bosse dans son coin. Le "savoir-être" est primordial en plateau surtout pour les comédiens non ?

Après oui, il y a surement des dérives, des abus, comme des gens qui peuvent te poursuivre parce que tu les as à peine bousculé dans la rue sans le vouloir, ça c'est surtout aux US.

Tient le premier commentaire de Pi a disparu ... dommage même si c'est vrai que la fin de son message était plutôt agressive et malvenu.

@JR esthète (experts ?) en sex-toys ... qui l'eut cru ! :)

@L'autre

en effet j'ai lu ça:

"Selon une source du magazine «Page Six », «Being Mortal» a été suspendu après que Bill Murray ait été «tactile» avec certaines femmes sur le tournage. «Il était très tactile, pas de façon personnelle, mais il a mis un bras autour d’une femme, lui a touché les cheveux, tiré la queue-de-cheval, mais toujours sur le ton de l’humour», a-t-elle expliqué. Avant d’ajouter : «Il n’a pas franchi la ligne, tout le monde aime Bill, mais bien que sa conduite ne soit pas illégale, certains femmes se sont senties mal à l’aise». "

On peut penser que ce n'est pas grand chose, dans l'absolu oui, mais même avec une bonne copine je ne ferais pas ça aujourd'hui. C'est un jeu d'adolescent. Bill Murray n'a pas grandi dans sa tête. Après arrêter le tournage pour ça c'est surement disproportionné. C'est très touchy sur les tournages en ce moment on dirait.

JR
02/05/2022 à 13:09

@Pi, en effet, et en tant qu'esthete appréciant les rosebud, speculum et autres jouets, je vous remercie d'avoir rectifié le tir !

@laclasseamericaine, en dehors de vos tirs sur les habitués, vous avez parfaitement résumer mon agacement.

L'autre
02/05/2022 à 10:47

J'ai lu qu'apparemment il lui avait tiré les cheveux (sa queue de cheval)...voilà voilà

Morcar
02/05/2022 à 09:22

Dans n'importe quel autre métier, en cas de propos abusif d'un collègue, que ce soit insultant, à connotation sexuelle, du harcèlement psychologique ou quoi que ce soit d'autre, on va s'en plaindre à son patron, ou aux instances habilitées à gérer ce genre de situation. La personne est convoquée, et rappelée à l'ordre s'il le faut, voir sanctionnée s'il le faut.
Pourquoi donc faut-il que ces métiers artistiques déballent tout ça dans les médias, à la vindicte populaire, au tribunal du net ? C'est totalement malsain.

Pi
02/05/2022 à 09:05

@JR
" Pi, votre conclusion ne vous honore pas."

Je me suis relu et j'en conclus que vous avez raison, mon cher, j'ai écrit n'importe quoi dans cette conclusion.

J'ai écrit PLUG IN anal au lieu de PLUG anal.

Personne n'a jamais vu de PLUGIN anal - un truc qui reste à inventer et à breveter certainement -, ou un PLUG AND PLAY anal - un truc qu'on se met et qui nous connecte en réalité rectale au web mondial - encore moins.

Toutes mes excuses, donc. Il se trouve que j'écris un article sur l'informatique en parallèle, mes neurones se sont mélangés. Je voulais dire PLUG ANAL, bien sûr.

Tout le monde sait ce que c'est ou je dois faire un dessin ?

Cette conclusion est ce qu'elle est mais elle m'a parut plus élégante et spirituelle que l'utilisation d'une expression plus commune et synthétisant mon état d'esprit du moment.

La Classe Américaine
02/05/2022 à 08:55

Pi et Kyle Reese, la team démago de choc. Il ne manquait plus qu'un couplet sur l'écologie et le vivre-ensemble et vous étiez au top.

Bill Murray s'est défendu en disant que ce qui faisait rire hier ne fait plus rire aujourd'hui et cet argument est fatigant a la longue. Un comportement inapproprié reste inapproprié que ce soit dans les années 80 ou aujourd'hui.

En revanche, arrêter un tournage sans délai visible - ce qui coute une petite fortune par jour - donc, mettre en péril le travail de plusieurs années d'une équipe parce qu'un acteur a dit quelque chose qu'il n'aurait jamais du dire et faire une investigation comme si on était sur une scène de crime, c'est ça la dérive dont on parle.

RobinDesBois
01/05/2022 à 23:36

@Pulsion73 +1 !

Andarioch1
01/05/2022 à 20:33

Que se doive être la femme qui fasse les avances serait de fait sexiste. On tourne en rond^^
D'autant qu'on serait foutu de se prendre un procès si on refuse un rien trop durement.
Un non, poli, devrait être suffisant entre gens civilisés.
Le problème est l'impact psy d'un non consentement. D'où l'obligation morale d'être clair. L'autre en face n'est pas forcement un monstre (sinon, dans le cas Ansari, pk le suivre chez lui).
Du coup le traumatisme n'est pas forcement à sens unique. Je serais pour ma part salement perturbé d'apprendre que dans ma folle jeunesse une partenaire aurait couché avec moi en se sentant obligée, voir pire, piégé.
D'où les vertues du dialogue.
Et le ridicule de certaines situations

Kyle Reese
01/05/2022 à 20:09

@Andarioch1

Sujet sensible qui me rappelle le moment ou j'avais appris que sur les campus américain il fallait exprimer verbalement son consentement pour un simple baiser pour éviter tout malentendu et geste déplacé. Ça datait de la fin des années 80 début 90 je crois. Et déjà on se disait que c'était triste d'en arriver là car ça cassait le charme romantique du moment. Maintenant effectivement personne n'est dans la tête de l'autre et les signes visibles ou pas peuvent surement être parfois difficile à décrypter à moins d'être un véritable mentaliste ...

Sinon un homme marié n'est pas à l’abri de mésaventure de la sorte dans son couple, car on ne connait jamais vraiment l'autre comme on le pense, et le consentement n'est pas induit avec le mariage. Maintenant c'est sûr que c'est bien plus compliqué avec une inconnue, encore plus avec quelqu'un de jeune qui ne sait pas très bien ce qu'elle veut et qui peut avoir des regrets. C'est comme pour certains achats, ça s'appelle le "buying remords", on regrette et on va ramener la pièce. Pour un acte sexuel c'est trop tard.

L'idéal serait que la femme face les avances, comme ça pas possible de se tromper !
Ce serait encore plus triste si on devait faire notifier le consentement des 2 partenaires ... y a pas encore d'appli pour ça ?

Plus
votre commentaire