Malgré Marvel et Star Wars, Disney+ n'avance pas aussi vite que prévu face à Netflix

Geoffrey Crété | 15 novembre 2021 - MAJ : 15/11/2021 15:03
Geoffrey Crété | 15 novembre 2021 - MAJ : 15/11/2021 15:03

Grâce à Marvel, Star Wars et compagnie, le business de Disney va plus que bien. Pourtant, la croissance de Disney+ a un peu ralenti.

Disney+ est arrivé dans la guerre du streaming avec la grâce d'un bulldozer dans un jeu de quilles. En deux ans, depuis son lancement en novembre 2019, la plateforme de SVoD sponsorisée par Mickey a attiré plus de 118 millions d'abonnés, pour se placer comme le concurrent direct de Netflix (214 millions d'aficionados) et Amazon Prime (200 millions et des poussières mais "seulement" 175 millions utilisant Prime Video) ; et loin devant HBO Max (environ 70 millions), Peacock (environ 54 millions), ou encore Paramount+ (environ 46 millions).

La contre-attaque de l'empire Disney est passée par les monstres Star Wars (The Mandalorian) et Marvel (WandaVision, Falcon et le Soldat de l'Hiver, Loki, What If...?), qui vont donner naissance à des tonnes de séries dans les prochaines années. Et l'attaque des clones commence à peine, puisque le studio prépare une semi-remorque de séries et films dérivés des grandes marques (Alien, Predator, Benjamin Gates, Sister Act, Hocus Pocus, Percy Jackson...).

Combien de temps avant que Disney ne domine pour de bon le monde (de la SVoD), et ensevelisse la civilisation occidentale sous les super-héros, super-Jedi, super-remakes et super-prequels ? Peut-être un peu plus que prévu, puisque la croissance de Disney+ et du business de Mickey a connu un ralentissement fin 2021.

 

photo, Elizabeth Olsen"Par Osiris et par Apis... tu vas t'abonner"

 

Disney+ a gagné 2,1 millions d'abonnés pour le quatrième trimestre fiscal de 2021, atteignant ainsi ces 118 millions de dévoués à travers le monde. Mais c'est beaucoup moins que le précédent trimestre, et loin des 10 millions attendus, représentant une croissance de seulement 1,8% (contre 8-9% pour les trimestres précédents). Et la plus petite avancée depuis le lancement du service il y a deux ans.

Ce petit coup de frein avait été pressenti et assumé par Bob Chapek, le PDG du studio, qui avait annoncé en septembre une progression des abonnements plus basse qu'espérée. Mais le résultat reste dans la fourchette basse de ces prédictions.

Conséquence dans le monde impitoyable des gros sous : Disney a chuté de 7% en bourse, pour atteindre son plus bas niveau de l'année. De quoi affoler Wall Street et tous ceux qui savent ce qu'est le Dow Jones (non, ce n'est pas le nom du prochain méchant de Pirates des Caraïbes).

 

photo, Tom Hiddleston, Sophia Di MartinoLe conseil de Wall Street

 

Inutile néanmoins de pleurer sur Mickey, puisque Disney a encaissé 18,5 milliards sur ce créneau de fin d'année, soit 26% de plus que l'année dernière. La reprise d'activité des parcs d'attraction ayant aidé, c'est véritablement le streaming qui a pesé en négatif dans la balance. Deadline parle de pertes grandissantes, à hauteur de 600 millions de dollars ; la faute à Disney+, mais également ESPN+, spécialisé dans le sport. Variety précise que le bénéfice par abonné a également baissé courant 2021, en partie à cause du service Disney Plus Hotstar, lancé en Inde à un tarif moins élevé.

Bob Chapek a assuré que Disney allait atteindre ses objectifs long terme pour fin 2024, et la présentation du programme SVoD lors du Disney+ Day a rappelé le plan d'attaque et l'étendue des dégâts, avec une tonne de produits 50% nostalgie-50% surexploitation des marques à succès.

Mais Disney est peut-être devenu son propre ennemi : avec une croissance si spectaculaire en deux ans, le studio est lancé dans une course sans fin pour gonfler son catalogue, et utiliser les mêmes leviers afin d'attirer et garder ses abonnés. Avec deux problèmes : dépenser toujours plus pour défendre son bout de gras ; et construire un modèle quasi exclusivement sur quelques univers (Marvel, Star Wars, Pixar, et programmes pour la famille), qui vont forcément s'user en cours de route. Le destin légèrement désastreux de Star Wars au cinéma, qui a explosé en plein vol en l'espace de quelques films, dans une logique de super-franchise, est un indice.

 

photo"Qui veut sa série origin story inutile ?"

 

Côté box-office, Disney subit les mêmes coups de pelle que quasiment toute la concurrence, hormis peut-être Fast & Furious 9 (721 millions au box-office mondial) et Mourir peut attendre (qui a passé la barre des 700 millions). Sorti dans un joli chaos, Black Widow n'a même pas atteint les 380 millions, quand Shang-Chi et la légende des Dix Anneaux a été jusqu'à 430 millions. Reste donc à voir jusqu'où voleront Les Éternels, qui approchent des 300 millions après deux semaines d'exploitation. Hors Marvel, rien de fameux. Jungle Cruise a encaissé dans les 213 millions, et la sortie chinoise des mois après le reste des territoires n'arrangera rien.

Avec Encanto, West Side Story, Nightmare Alley et The King’s Man : Première Mission, la fin d'année de Disney pourrait enchanter les cinéphiles, mais pas exploser les compteurs du box-office. Seul Spider-Man : No Way Home semble pouvoir écraser le box-office, mais Disney/Marvel Studios ne touchera qu'une part de ces bénéfices (25% du budget et 25% des recettes, en plus de droits merchandising), puisque Sony reste leader sur l'opération.

En revanche, la fin d'année sera un gros rendez-vous pour Disney+, avec les séries Hawkeye le 24 novembre et The Book of Boba Fett le 29 décembre. Et nul doute que Mickey compte beaucoup sur la nouvelle série Star Wars, et espère recréer le miracle The Mandalorian.

Tout savoir sur Disney+

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Joël
16/11/2021 à 18:39

Avec Free Disney+ est gratuit pendant 6 mois mais je pense que d’ici 2025 ils finiront par dépasser Netflix

Kalrito
15/11/2021 à 20:28

Disney a fait une promos spéciale, 2 euros pour le premier mois d'abonnement à son service, histoire de booster un peu son chiffre peut-être :) HboMax fait un peu la même chose (50% du réduction pour le premier mois), je ne vis pas en France ;)

Xbad
15/11/2021 à 16:52

Mon frangin m'a filé ses codes D+, alors même si j'adorais les anciens star Wars, que j'ai bien aimé les Marvel, je trouve le catalogue hy-per restreint oO en gros j'ai utilisé l'application pour "soul" avec les petits, et mandalorian. Le reste c'est du vu et revu 100 fois... Ah oui j'oubliais, j'ai fait les séries Marvel et je peux avancer sans me tromper que je vais zapper hawk eyes, c'était vraiment pas top du tout (a part quelques fulgurances sur Loki)

T.
15/11/2021 à 15:34

Je crois que le public finit par se lasser et Disney va signer sa propre chute si ça continue a force de pousser et sur-exploiter les mêmes licences encore et encore.

Je veux dire, au bout d'un moment, même un pecos lambda qui passe sa vie à regarder des séries et films marvel et autres productions disney (faut vraiment avoir une vie de m... mais bon chacun sa came) va finir par se lasser car comme pour le chocolat, quand on en bouffe trop ça finit par dégoûter.

votre commentaire