La Momie : Quand Clive Barker voulait faire Hellraiser en égypte ancienne

Raphaël Iggui | 16 juillet 2021
Raphaël Iggui | 16 juillet 2021

Le remake du classique de 1932 a connu plusieurs vies avant La Momie version 1999. Notamment une avec Clive Barker et du sado-masochisme en Egypte ancienne. 

Sortie en 1999, La Momie premier du nom avait marqué les esprit par son esprit sympathiquement pulp, son parfum d'aventure un peu désuet et son aspect Indiana Jones Eco+. Le film avait évidemment des détracteurs, qui pointaient notamment le manque de ton horrifique et le peu de fidélité que le film accordait à la version originale de 1932La Momie . Pourtant, la version de Stephen Sommers n'ést que l'aboutissement des nombreuses tergiversations et autres errances au cours des années 1990. 

En effet, le premier élu de la prophétie était Clive Barker, écrivain mêlant horreur, surnaturel et sexualité d'une plume de maître, également réalisateur à ses heures pas si perdues. Ayant acquis une certaine notoriété dans le monde de la littérature au cours des années 1980, il en avait également profité pour se forger un nom au cinéma, en écrivant et en réalisant Hellraiser - Le pacte en 1987, adapté de son roman éponyme. Un film qu'on pourrait qualifier de body-horror littéral puisqu'il met en scène les cénobites, créatures d'une autre dimension, se dévouant corps et âme à une forme de sado-masochisme extrême. 

 

photoAcupuncture maison. 

 

Nanti d'un joli succès au box-office (14.6 millions pour 1 million de budget) et devenu culte en vidéo, le film a engendré une suite, Hellraiser 2 : Les Écorchés qui repoussera les ambitions du premier en développant sa mythologie, jusqu'à offrir aux spectateurs une vision de l'enfer demeurée unique dans l'histoire du cinéma. 4 ans sépareront ce volet de Hellraiser 3 - L'enfer sur terre, 4 ans qui auront vu la gestation d'une idée particulièrement ambitieuse. 

En effet, dans un article rédigé en 1993, le scénariste du deuxiéme épisode, Peter Atkins, a révélé que Clive Barker planchait sur une adaptation aux relents pharaoniques, l'idée étant de faire "un film Hellraiser qui se déroulerait en partie en Egypte ancienne et où il serait révélé que le premier cénobite était en fait un pharaon très curieux" . La momie aurait ainsi été exhumé dans les années 1990, puis exposé au sein d'un musée. Une fois assemblés, les différents objets présents dans la tombe formaient ainsi la fameuse boîte-puzzle permettant d'invoquer les adeptes du combo cuir-douleur venus d'une autre dimension, connue des fans sous le nom de Configuration des Lamentations. 

 

photoLa smartbox "Spa-Thalasso-souffrance eternelle"

 

Atkins était partant mais Barker beaucoup moins. Non pas qu'il s'était mis à détester sa propre idée, mais justement parce que ce dernier y voyait plus "le potentiel d'une toute nouvelle trilogie Barker-ienne et voulait garder l'idée au frais." Barker commençait déjà à se détourner de la franchise Hellraiser, ayant confié le scénario du 2 à Atkins et la réalisation à Tony Randel. De plus, nous sommes fin années 80 - début des années 90 et Barker croule sous les projets et les propositions. Ainsi, en 1990, c'est sur le remake de La Momie chez Universal que l'écrivain embarque, assurant que sa version serait aussi éloignée de celle de 1932 que La Mouche de David Cronenberg l'était de la version de 1958. 

Le plus ironique étant sans doute que La Momie version Clive Barker entretenait d'étranges parallèles avec son scénario pour Hellraiser 3. Ainsi, le film devait se focaliser sur Sythis, un culte qui voulait réveiller le pouvoir d'anciens dieux pour asseoir leur domination sur le monde occidental. La momie n'étant qu'un prétexte pour lancer cette intigue, le batîment du culte étant même orné de motif pyramidaux qui permettaient de ramener ces anciens dieux une fois superposés

 

photo"Bonjour, vous avez quelques minutes pour parler de notre seigneur, Satan ?"

 

En guise de protagoniste, Barker pensait à un personnage transgenre voleur et collectioneur d'artefacts rares et anciens, avec une petite touche de femme fatale. Sans doute un des nombreux paramètres qui a effarouché Universal, effrayé par un projet à l'identité aussi marquée mais difficilement marketable. De toute façon, d'après Adkins, Barker commençait déjà à vouloir se distancer de La Momie originelle pour en faire un film 100% à part. George A. Romero et Joe Dante s'y casseront aussi les dents avant que Stephen Sommers débarque et donne naissance au film d'aventure sympatoche qu'on connaît aujourd'hui. 

Le dixiéme volet d'Hellraiser est sorti en 2018, un onziéme est déjà planifié mais surtout une série devrait prochainement arriver sur HBO Max, avec une fine équipe aux commandes. Si vous en avez marre des clous et du cuir, on peut toujours vous recommander notre petit dossier sur pourquoi la récente saga des La Momie reste un gros plaisir intact

Tout savoir sur Hellraiser - Le pacte

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Numberz
16/07/2021 à 22:15

Le premier est d'un sadisme.

Je crois que je préfère le 2nd. Cette vision de l'enfer m'a fait faire des cauchemars. Mais vraiment. Puis la scène dans l'asile avec Christine qui passe de l'autre côté du mur et quand elle revient, poursuit par ce monstre de l'enfer. Oh my god.

Le 3 reste sympa mais comme à partir dans le wtf. Heureusement qu'on en saura plus à la fin sur pinhead, assez intéressant.

Le 4 aurait pu être sympa, mais fasse aux autres, ça fait fauché.

J'aime beaucoup le 5, inferno par contre. Le film s'éloigne quand même des cenobites et n'y revient qu'en fil rouge. Le flic qui revit la journée, c'est hyper flippant, jusqu'à la fin. Le film est bien toussé, réalisé par Scott Derrickson, futur réal de Dr strange.

Après je confesse ne pas avoit de souvenir du 6 et 7. À peine celui de Hellworld je crois qu'il s'appelle, mais grâce à Lance Henriksen

JO le clodo
16/07/2021 à 18:03

Qu'est ce que le premier m'avait fait flipper à l'époque.
Mais a part le deux, tout le reste n'est qu'une vaste fumisterie mercantile.
Un remake de prévu en plus, aucune honte.

votre commentaire