Le cinéma n'est pas mort, il n'a jamais été aussi vivant selon David Fincher

Gael Delachapelle | 15 janvier 2021 - MAJ : 15/01/2021 18:28
Gael Delachapelle | 15 janvier 2021 - MAJ : 15/01/2021 18:28

Le cinéaste David Fincher continue de crier haut et fort que le cinéma n'est pas mort et qu'il n'a jamais été aussi vivant.

Après plus de six ans d’absence, le cinéaste David Fincher est revenu au format long-métrage en 2020 sur Netflix avec Mank, une pure déclaration d’amour mélancolique au cinéma, où le réalisateur de The Social Network pose un regard cynique sur une industrie hollywoodienne qui n’a pas tant changé depuis les années 40.

Car oui, ce n’est pas un secret que David Fincher a ses griefs avec le Hollywood actuel, et il n’a pas manqué de le rappeler durant la promotion de son onzième long-métrage. Il a ainsi qualifié notamment les films Marvel de "Blockbusters Happy Meal" qui n’intéressent plus que les producteurs.

 

Photo Gary OldmanQuand David pointe du doigt Hollywood...

 

Et pourtant, dans une interview auprès du magazine Rolling Stones, le réalisateur de Zodiac et Seven s’est montré beaucoup plus optimiste par rapport à cette définition qu’il avait faite d’Hollywood il y a maintenant quelques mois :

« Il y aura toujours des gens qui poussent, creusent et recherchent de nouvelles façons de faire la même chose, et de nouvelles façons de faire des choses que nous n’avons même pas encore imaginées. […]

Écoutez, je crois que la tragédie du cinéma d’aujourd’hui, c’est que nous n’avons que 100 ans et nous pensons savoir exactement ce qu’est le cinéma. Ce n’est pas vraiment le cas. Ce que nous avons fait c’est simplement raffiné notre expérience à une histoire, qui est celle du Héros aux mille visages, encore et encore. Nous battons ce tambour et nous le battons assez régulièrement, car c’est une arnaque qui rapporte. Mais si je devais croire que nous avions atteint les limites de ce que le cinéma peut faire, nous faire ressentir, parler, je serais déprimé. […]

 

Photo Gary OldmanUn plan qui montre que le cinéma est bien vivant...

 

 Il y a cette idée que les films sont en train de mourir. Ce n’est pas le cas. Il y a encore des minéraux à extraire, il y a encore des bijoux à trouver, et il y a encore différentes façons d’être choqué, diverti, exalté, terrifié. Ils ne font que changer. Vous changez avec eux. Je pense que pour quiconque, comme moi qui suis curieux de savoir comment raconter son histoire, il y aura beaucoup plus d’opportunités, du moins à court terme. Et en fonction de la durée de cette pandémie, il faudra peut-être beaucoup plus. »

Contrairement à ce que l’on pourrait croire avec le cynisme habituel du cinéaste, David Fincher ne pense pas que le cinéma soit en train de mourir avec les blockbusters ou la pandémie de Covid-19. Bien au contraire, il n’a jamais été aussi vivant, et il le prouve d’ailleurs sur Netflix, avec son nouveau chef-d’œuvre, Mank, avec Gary Oldman, disponible actuellement sur Netflix. Et on vous dit pourquoi c’est un des plus beaux tours de magie de son auteur, dans notre critique disponible par ici.

Tout savoir sur David Fincher

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Cacouac
17/01/2021 à 10:58

@ Ethan

Oui, les films de cinéma, c'est tout de même vachement plus agréable au cinéma.

Super, ce débat interminable a fait un énorme pas en avant, là !

Ethan
17/01/2021 à 10:15

@Cacouac
C'est pourtant simple, les exploitants des salles et les plateformes streaming choisissent leurs films.
Autrement dit ces films ne sont pas ignorés, je t'informe également que tous les cinés ne se ressemblent pas. Chaque cinéma a sa propre ligne de films à présenter. Il y en a par exemple qui sont spécialisés sur les films d'auteur tel que le majestic

Le streaming et jadis la vhs permet juste aux sociétés de production cinématographique de produire davantage de films. Mais les salles de cinés restent le canal le plus évident pour toucher un large public (sauf en période de crise)

Maintenant voir un film à la télé c'est bien mais ce n'est pas pareil qu'aller au cinéma

Cacouac
17/01/2021 à 00:56

@Ethan

J'ai regardé dans le Larousse, je n'ai - bien évidemment - rien vu qui tranchait définitivement ce faux débat...
Le reste de ton message se mord tristement la queue !

Ethan
16/01/2021 à 23:09

@Cacouac
Le cinéma c'est sur grand écran car c'est avant tout un spectacle. Regarde dans le Larousse :)
Le cadre privé auquel tu fais référence n'est qu'une variante du cinéma. Et tous les films ne peuvent pas être exploités en salles

Cacouac
16/01/2021 à 21:00

Ah, toujours ce discours étriqué : " Le cinéma, c'est sur grand écran" !
Comme si le Duel de Spielberg était un téléfilm aux USA et un vrai film de cinéma en Europe...

N'importe quel cinéphile sait depuis des lustres que des milliers de films sont, chaque année, délibérément ignorés par les salles de ciné et ne seront visibles que dans un cadre privé par les amateurs.
Ça ne les empêche pas d'être de vraies expériences de cinéma.

GTB
16/01/2021 à 15:12

@Sanchez> Si Netflix fonctionnent plus comme des financiers que des producer, ces postes ne sont pas laissés vacants pour autant, Netflix ne laissent pas leurs productions à la dérive. Ils délèguent à des gens qui connaissent le métier.

Mank est produit par Cean Chaffin, Eric Roth, Douglas Urbanski. Le premier a produit tous les Fincher depuis The Game. Le second a scénarisé Forrest Gump, The Insider, Munich, Ali, Benjamin Button, Dune (2021). Le troisième a produit La Taupe ou encore Les Heures Sombres par exemple.
La production design est assuré par Donald G. Burt ayant oeuvré sur Donnie Brasco, Zodiac, Benjamin Button, The Social Network, The Girl With The Tattoo, Gone Girl, Hostile. Le montage est signé Kirk Baxter, monteur de Fincher depuis plus de 10 ans.

Bref, Fincher était entouré, cadré, par des gens compétents et de confiance.

Carte Blanche ne signifie pas qu'ils font faire par des glandus dans une cave.

Sanchez
16/01/2021 à 09:51

Fincher ne prend plus de risque lui même car il préfère diriger des films Netflix où il a carte blanche. Or quand on regarde manque, on sent tout de suite que le film manque d’un producteur fort qui lui dit que son film est un bavardage imbuvable et qu’il faut le remonter de manière différente. Reviens au cinéma Fincher par pitié

Arnaud (Le vrai)
16/01/2021 à 06:59

@Ethan

Je suis on ne peut plus d'accord
La situation actuelle a ete etudiée il y a peu de temps, notamment avec la frilosité des producteurs a produire autre chose que des blockbusters qui rapportent, des suites, des remakes, des reboots, etc ... Ils ne veulent plus faire de paris, mais uniquement des films surs d'avoir un retour sur investissement

Il a ete prouvé d'ailleurs qu'un film comme Forrest Gump ne pourrait pas sortir aujourd'hui au cinema, et personnellement je trouve ca desesperant pour l'etat du cinema actuel

Sébastien
16/01/2021 à 02:00

Tout ça sans prononcer le mot "pognon". Très fort le Fincher.

Castor
16/01/2021 à 01:33

Mouais pour moi il est loin le Fincher de Seven et Fight club , il a l'air tout content de faire ce qu'il veut sur netflix mais j'ai peur que la désertion des grands réalisateurs vers les plateformes signe l'arrêt de mort du cinoche sur grande écran . Après, pour relativiser, l'été dernier j'ai trouvé qu'il y avait pas mal de petites pépites sur grand écran : Lucky strike , l'ombre de Staline, land or murders... Notre salut artistique viendra peut être non pas du cinéma American ni français mais d'autres pays versant moins dans le super héro et la comédie / film d'auteur à deux balles

Plus
votre commentaire