Monster Hunter retiré des salles en Chine suite à un bad buzz raciste

Antoine Desrues | 7 décembre 2020 - MAJ : 07/12/2020 12:52
Antoine Desrues | 7 décembre 2020 - MAJ : 07/12/2020 12:52

Pensé pour cartonner en Chine, le film Monster Hunter de Paul W.S. Anderson a subi de plein fouet une polémique, au point d’être déprogrammé. 

Vaguement adapté du jeu vidéo éponyme, le film Monster Hunter de Paul W.S. Anderson (déjà responsable de la saga Resident Evil) a pensé avoir le nez fin. Entre son casting composé de plusieurs acteurs asiatiques (dont Tony Jaa) et la présence à la production de la société Tencent (géant chinois qui apparaît de plus en plus aux génériques des blockbusters américains), le long-métrage a cherché depuis le départ à faire un appel du pied énorme au marché oriental, en particulier dans l’Empire du Milieu.  

S’il est prévu pour sortir sur le sol américain le 25 décembre 2020 (en même temps que Wonder Woman 1984), le film a été présenté au public chinois depuis le 4 décembre, avec des avant-premières la veille. Et il n’en a pas fallu plus pour que le nouveau délire d'Anderson soit déprogrammé dans tout le pays. Mais pourquoi donc ?  

 

photo, Tony Jaa, Milla Jovovich, Paul W.S. AndersonDirection la galère

 

Depuis les premières séances, de nombreux spectateurs se sont violemment plaints d’une très courte scène, un échange entre un personnage caucasien et le comédien (et rappeur) Jin Au-Yeung. Pour marquer une forme de camaraderie entre les deux hommes, le dialogue n’est autre qu’un jeu de mots prononcés par l’acteur asiatique : 

“Look at my knees. What kind of knees are these ? Chi-nese !” ("Regarde mes genoux. Quel type de genoux ce sont ? Chinois", en français ça ne donne rien, mais la chute de la blague joue sur la rime entre les mots “chinois” et “genoux” en anglais).  

A priori, rien de bien méchant derrière cette blague volontairement bête. Sauf que la rime entre “Chinese” et “knees” aurait immédiatement renvoyé certains spectateurs à une comptine raciste envers les Asiatiques : “Chi-nese, Jap-a-nese, dir-ty knees, look at these” (“chinois, japonais, genoux sales, regardez ça”, en traduction littérale).

 

photo, Tony Jaa"Tu l'aimes ma grosse épée ?"

 

Pourtant, les sous-titres du film ont transposé le jeu de mots d’une autre manière. Pour parler plus directement au public chinois, les traducteurs ont choisi d’évoquer une expression sur la dignité des hommes, là encore avec le mot "genou". On peut la traduire de manière grossière de cette façon : “les hommes ont de l’or sous leurs genoux, et ne s’agenouillent que pour le ciel ou leur mère ; l’idée étant que lorsqu’un homme s’agenouille, l’occasion doit être aussi précieuse que l’or.  

Paradoxalement, cette tentative d’adaptation a mis encore plus d’huile sur le feu. Une partie du public s’est persuadée que la blague était une insulte pure et simple de la part des Américains, et que la traduction a piètrement tenté de la couvrir. Si cette maladresse de Monster Hunter peut avoir quelque chose d’amusant, la réaction disproportionnée liée à cette simple scène a de quoi décontenancer.

Alors que le marché américain se montre de plus en plus dépendant aux recettes que lui apportent les salles de cinéma en Chine, il est toujours difficile pour le pays d’y imposer ses productions. L’Asie est désormais fortement intégrée dans le processus créatif pour assurer la sortie de certains films sur le territoire (comme Transformers 4 : L'Âge de l'extinctionLa Grande Muraille ou encore le premier Wonder Woman), que ce soit en filmant sur place, en s’assurant un casting partiellement asiatique et en ayant l’appui des boîtes de production locales.  

 

photo, Milla JovovichLes spectateurs chinois en sortant de la salle...

 

C’est aussi pour cette raison qu’un certain patriotisme chinois s’infiltre (souvent pas très subtilement) dans les blockbusters récents, quand la censure pure et simple de séquences entières ne vient pas entacher la sortie de films occidentaux (comme Bohemian Rhapsody par exemple). Contre toute attente, Monster Hunter a ainsi servi de crash-test involontaire, confirmant la méfiance toujours plus forte du public chinois face au regard que les États-Unis portent sur eux.  

Pour le film d'Anderson, cette polémique est un sacré revers. L'adaptation du jeu vidéo n’a eu le temps de récolter que 5,19 millions de dollars sur son premier jour de sortie. Après les plaintes des spectateurs, de nombreux cinémas ont reçu l’indication de supprimer les séances du film, et de rembourser les tickets vendus.

 

photo, Milla JovovichMonster Hunter à genoux

 

Par ailleurs, Tencent Pictures n’est qu’une petite partie d’une multinationale, qui possède notamment le réseau social WeChat, accusé d’avoir modifié ses tendances pour étouffer l’affaire. Néanmoins, de nombreux commentaires sont apparus sur la plateforme Weibo, qui n’est pas possédée par Tencent. C’est là qu’une grande partie du public a exprimé son indignation. Pour certains, même un remontage du film ne serait pas suffisant pour effacer l’humiliation.

À l’heure actuelle, Monster Hunter serait repassé par la salle de montage, mais la production de DCP n’a pas encore été relancée. Il est clair que la réputation de Tencent en a pris un sacré coup, sans parler de l'argent qui a été dépensé pour corriger ce bad buzz. En attendant de pouvoir nous faire une idée de l’énième affront (ou plaisir coupable ?) de Paul W.S. Anderson envers le jeu vidéo, on vous renvoie à notre dossier dédié à sa délirante carrière.  

Tout savoir sur Monster Hunter

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

lulu
08/12/2020 à 09:47

Oulala @opale t'as mal fait de prendre les vegans en exemple lol sa va te retomber dessus dans 5,4,3...^^

Free Spirit
08/12/2020 à 09:40

très bonne Analyse D OPALE... MERCI...

Jicé
08/12/2020 à 09:02

Ça n a rien a voir, les mecs se sont juste rendu compte qu'ils savaient payé pour un gros nanar, et ils ont trouvé un moyen de se faire rembourser ????

Opale
08/12/2020 à 07:27

@mouai le monde que tu décris ne me fais pas rêver. Lisse, poli, certes respectueux mais totalement dénué de sens critique, d'humour et d'autodérision, un monde de façades, de pisse-froid, de végans quoi! Mais c'est de toutes les manières complètement utopique: l'humain est idiot, agressif et n'aspire qu'à démolir l'autre. Plus ça ira plus les tensions et les sentiments nationalistes augmenterons, c'est comme ça, jusqu'à ce qu'on se tape sur la gueule et que ça calme un peu tout le monde, jusqu'à la prochaine fois.

Mouai
08/12/2020 à 03:00

Bien entendu qu'imposer sa vision du monde est un privilège dont a joui l'occident depuis des décennies. Car les autres ne pouvaient pas répondre avec la même portée. Aujourd'hui les tôliers ce sont les chinois, et ils semblent très tatillons sur des points qu'on ne peut pas forcément comprendre. Va falloir faire avec, vu que le monde a fait avec notre vision pendant 60 piges (au cinéma).

Je dis juste qu'au lieu de s'indigner du fait qu'on ne puisse faire des blagues qui risquent d'offenser les autres, il faut peut être apprendre à ne pas offenser, ou accepter les conséquences. Les blagues de Michel Leeb, n'auraient jamais fonctionné en chine on est d'accord? S'est-il adressé à la chine? A-t-il tenté de faire ses spectacle là bas?

Là on a une industrie du cinéma qui commence à de plus en plus reposer sur l'économie et la démographie chinoise, et on se plaint de pas pouvoir faire la blague qu'on aurait fait entre nous au déjeuner de la cantine du tafe.

Le monde dans lequel on a l'impression de plus pouvoir rien dire, est en fait un monde dans lequel on doit faire gaffe aux autres, comme on aurait toujours du, sauf qu'aujourd'hui on a des retour de flammes, qui nous imposent de faire gaffe.

Doudou
07/12/2020 à 22:00

Je dis fin decembre, mais c'est fin decembre 2019, et encore il me semble que c'etait un peu avant.

Doudou
07/12/2020 à 22:00

Si ca a passe la censure chinoise, que meme Capcom a vu le film (et se dedouane de maniere hypocrite puisqu'ils ont vu le film il y a bien longtemps et ce plusieurs fois), que ca a passe les screen tests de fin decembre a LA... Alors c'est bien la preuve que ca n'avait rien de bien grave a la base. Il suffit parfois de quelques twittos pour lacher la boule de neige du haut de la pente...

Rayan Montreal
07/12/2020 à 18:55

Le gars il a réalisé Pompeii, il devrait être interdit de cinéma

Kyle Reese
07/12/2020 à 18:48

WTF. Ce n’est même pas de la susceptibilité, ce genre de polémique c’est une sorte de protectionniste nationaliste non ?
Faire tout un foin parce que malencontreusement une rime d’une phrase non raciste rappelle une comptine raciste. On aura tout vu. Je ne savais même pas que ça existait des comptines racistes.

Rayan Montreal
07/12/2020 à 18:33

En réalité ca sert le cinema ce que arrive a ce film, tout pure signée Paul W.S. Anderson doit être interdite de sortie

Plus

votre commentaire