Mank : les premiers avis sur le film de David Fincher pour Netflix sont là, et ça sent l'Oscar !

La Rédaction | 7 novembre 2020 - MAJ : 07/11/2020 14:30
La Rédaction | 7 novembre 2020 - MAJ : 07/11/2020 14:30

Netflix est-elle sur le point de gagner de nouveaux Oscars grâce à Gary Oldman et David Fincher ? C'est ce que pensent la plupart des critiques de Mank.

Si David Fincher semble voir jeté l'éponge pour sa série Mindhunter, il pourra sûrement se consoler grâce à Mank. Son film tourné pour Netflix est attendu au tournant, et d'après les premiers avis américains, il serait excellent, au point de le placer en tête de peloton pour la saison des Oscars. La photographie et les performances d'acteurs sont particulièrement relevées, et à en croire l'enthousiasme général, il n'est pas interdit de rêver à la consécration suprême de l'Oscar du meilleur film. Florilège :

 

Photo Gary OldmanQuand il faut attendre encore deux semaines

 

 

The Wrap : Des acteurs mémorables, une photographie saisissante, et un examen provocateur de l'entremêlement des mondes du divertissement, des media et de la politique. Tout cela fait partie de ce qui a forgé et fait durer la légende de Citizen Kane pendant des décennies, et c'est suffisant pour faire de Mank un film nécessaire, si ce n'est pleinement satisfaisant, pour les cinéphiles.

Variety : Mank est une évocation plaisante et au verbe aiguisé, qui ne cesse jamais de captiver.

The Guardian : Il serait faisable d'entrer dans une transe évoquant la beauté plastique du film, un ravissement pour les yeux nés de l'assemnlage de la photographie, des décors et des costumes. C'est une vision d'Hollywood indémodable de bien des manières. Un drame romantique magnétique méleangant émotions et pure extase.

 

Photo Arliss Howard, Charles DanceWelcome to Hollywood

 

Entertainment WeeklyGary Oldman, déja oscarisé il y a trois ans pour son incarnation de Winston Churchill dans Les Heures sombres, se fond joyeusement dans la joie de vivre bordélique de Mankiewicz : un personnage bien trop intelligent pour son propre bien, et trop conscient de lui-même pour ne pas s'en rendre compte. Fincher semble aussi s'épanouir dans sa narration, recréant avec fidélité le tempo métronomique des dialogues et le charme des scènes de l'âge d'or hollywoodien.

ABC News : Mank est la plus belle oeuvre de cinéma que vous ne puissiez voir. Brillamment tourné en noir et blanc, avec des costumes à tomber et une partition de l'époque par Trent Reznor et Atticus Ross qui, par miracle, ne souffre pas du son mono rétro, Mank colle parfaitement à à l'époque qu'il veut représenter. C'est comme si on était 80 ans en arrière et que vous veniez d'acheter un ticket.

Associated Press : Le film est très pertinent et observateur sur l'industrie du cinéma et sur tout ce qui n'a pas changé, tout autant que sur ce qui a changé. Mank ne cherche pas à donner des réponses, et c'est tant mieux. Il raconte simplement l'histoire d'un homme derrière tant de nos souvenirs de cinéma, et en créé un nouveau au passage. Et c'est sans l'ombre d'un doute, l'un des meilleurs de cette année.

 

photo, Gary OldmanEn route vers l'Oscar (encore ?)

 

Au milieu de ce concert de louanges toute de même, quelques voix tempèrent :

Hollywood Reporter : Tout cela est absorbant, mais si l'intention était de créer du pathos envers un scénariste produisant sa plus grande oeuvre au sein d'une industrie qui le dégoûte et pour un artiste qui refuse de partager sa gloire, Mank n'y parvient pas totalement.

TVGuide : On dirait un moteur qui ne cesse de rugir et rugir encore, mais ne démarre jamais. La première chose que l'on apprend est les drames doivent avoir des enjeux auxquels on peut s'identifier. Pourtant, cette histoire sur un scénariste semble plus encline à créer du marasme qu'un réel conflit.

Mank de David Fincher sera disponible sur Netflix le 20 novembre 2020.

 

 

 

Tout savoir sur Mank

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

blackson
09/11/2020 à 13:52

un film en noir et blanc...au prix de netflix,beurk,sans moi.

Rayan Montreal
08/11/2020 à 19:51

@Blason

??

On est dans un monde où il y a des gens qui croient que les oscars récompensent le meilleur film américain

C est grave docteur

Matrix R
08/11/2020 à 17:07

Repoussez les oscars en 2022 c'est mieux

Mr Bifle
08/11/2020 à 15:33

Prototype du film "oui, mais..."

Sherlock
08/11/2020 à 13:24

En même temps, avec 3 films sortis en salle cette année... La concurrence va pas être rude.

Cépafo
08/11/2020 à 11:06

Vous y croyez encore aux oscars vous???

Certains croient encore au pere noel et aux élections américaines???

Ces cérémoonies,c'est juste du lobbying .Si tu vends bien ton film dans les soirées mondaines, t'auras ton godmichet doré aux academy awards.Y'a pas de secret.

Le jour où les films indépendants ou ceux qui n'auront pas de grandes campagnes de promotion seront récompensés aux oscars ,on en reparlera.

Pour ce qui est de Fincher,ce réal est l'un de mes réal favoris.Je suis confiant pour le film.

Blason
08/11/2020 à 10:24

Les Oscars à partir du moment ou c'est devenu politique, ils ont perdu le peu de crédit qu'ils avaient, franchement récompenser Parasite un film sud coréen comme le meilleur film américain, cela prete à sourire.

Monsieur Vide
08/11/2020 à 10:17

Kibuk: ce ne serait pas plutôt Gérard Lenormand l'acteur dont tu parles ?????

sylvinception
08/11/2020 à 04:12

Fincher s'est fait voler (il n'était certes pas le premier, et ne sera pas le dernier) l'Oscar qu'il lui était dû pour The Social Network.
Sinon je rejoins Sigi, je suis un fan inconditionnel de Fincher, et si je ne doute pas que mise en scène, photo, zique, direction d'acteurs et reconstitution seront comme d'habitude à tomber, le sujet du film ne me parle pas plus que ça...

Dominator
07/11/2020 à 21:27

@Blason
Tu es le type de mec qui si on lui explique qu'il est totalement hors sujet il se défend en mode "non mais on peux plus rien dire maintenant". Prends ton cachet et va te coucher.

Plus

votre commentaire