Bourvil : 50 ans après sa mort, son fils témoigne avec émotion

La Rédaction | 23 septembre 2020
La Rédaction | 23 septembre 2020

Véritable légende du cinéma hexagonal, Bourvil est décédé il y a 50 ans. L’occasion pour son fils de revenir sur la carrière et la vie d’un artiste à part. 

Figure du cinéma comique français, clown irrésistible à la mélancolie toujours perceptible, Bourvil s’est illustré dans des dizaines de rôles au fil des années. Un des témoins privilégiés, tant du travail que de la vie de l’artiste fut logiquement son fils, Dominique Raimbourg, un temps député de Loire-Atlantique. Âgé d’une vingtaine d’années lors du décès du comédien, il est revenu au micro de France Bleu sur cette figure tutélaire, toujours présente dans le cœur d’innombrables cinéphiles. 

Ainsi, on découvre que pour célèbre qu’il fût, Bourvil fut un père assez classique, loin de s’efforcer d’engendrer une dynastie d’artistes. 

« C’était un père comme les autres. C’est à dire, que, comme père, il essayait d’être le meilleur possible, de nous pousser à faire des études. Il nous a inculqué le goût du travail et le respect des autres. Par ailleurs, s’il avait un goût personnel pour le comique, la fantaisie ça lui restait dans la vie privée. » 

 

photo, Bourvil, Louis De FunèsDe Funès et Bourvil

 

Pour autant, l’acteur n’était pas en mesure de faire tout à fait abstraction de son aura auprès du public, voire de l’adulation dont il était l’objet. 

« Je voulais aller aux auto-tamponneuses. Et mon père me disait : “tu vas y aller avec ton oncle, parce que je ne peux pas t’accompagner. On ne s’en sortira pas”. On lui aurait demandé des autographes et on n’aurait pas pu faire d’auto-tamponneuses. » 

Pour celui qui est alors un jeune homme, la popularité paternelle est un phénomène particulièrement impressionnant. 

« On se rend compte de cette popularité qui, en plus, est au zénith au moment où il meurt, puisqu’il a fait La Grande Vadrouille et Le Corniaud avec De Funès et ce sont deux films qui ont eu un succès phénoménal. La Grande Vadrouille, ce sont 17 millions de spectateurs dans la France des années 60, moins peuplée qu’aujourd’hui et ça n’a été détrôné que par Les Ch’tis pour les films français et Titanic. » 

Un record longtemps considéré comme indépassable, d’autant plus qu’à l’époque, la télévision est loin d’avoir pénétré aussi profondément dans les foyers des Français, et que ses audiences ne taillent pas des croupières aux salles de cinéma. D’ailleurs, si vous vous demandez un peu comment s’est reconfiguré le paysage de la comédie lors des décennies suivantes, jetez donc un coup d’œil à la vidéo que nous avons consacrée au sujet ! 

 

commentaires

Momosan
26/09/2020 à 08:27

BOURVIL, JE ne savais pas qu'il était autant apprécié, à tort de ma part. Il est mon acteur préféré depuis longtemps.
Quel talent aussi bien ds le rire que ds l'émotion. Je regarde souvent ses vidéos en boucle.. il est phénoménal !

Nadette
24/09/2020 à 16:12

Une idole d'une grande humilité, un talent extraordinaire si touchant aussi dans le film "Fortunat" avec Michèle Morgan.

beyond
24/09/2020 à 12:08

Comment ne pas aimer d'amour Bourvil ? Un talent si pur, si rare, si incorruptible, qu'il était capable d'émouvoir et faire rire en même temps.

Hasgarn
23/09/2020 à 21:44

Trop fainéant pour faire une recherche Google ?

Les Vrais Acteurs Français
23/09/2020 à 21:41

j'ai lu dans un ancien article sur Oury et sa fille il ya de cela 10 ou 15 ans que de Funes avait fait sa crise du zele ou non zele, les premiers jours de tournage sur la Grande vadrouille, il a a fallu reecrire nombre de scenes communes Bourvil/De Funés, pour réquilibrer le truc trop favorable a Bourvil selon de Funes,
sur l'affiche de cinema la Grande Vadrouille , là encore Louis de Funes a exige que son nom soit mi tout en haut à côte celui de Bourvill a egalité car à l'origine le nom Bourvil était tout seul en haut de l'affiche, ce qui était normal car Bourvil était une Star etablie du Cinema et de Funes pas encore la Mega star qu'il allait devenir( le Gendarme était sur le point de sortir en salle ) ,là encore Bourvil se montra bon Prince et bonne pâte ...

Bob nims
23/09/2020 à 18:05

Pas de photo de son fils !?

votre commentaire