Netflix : changements de stratégie en vue, entre records et chute en bourse

Mathias Penguilly | 17 juillet 2020 - MAJ : 17/07/2020 17:24
Mathias Penguilly | 17 juillet 2020 - MAJ : 17/07/2020 17:24

Début 2020, la plateforme a réalisé de moins bons bénéfices que prévu, mais d'excellents résultats en nombre d'abonnés. Son directeur des contenus a été promu.

Dans le bazar absolu qu'a provoqué l'épidémie de Covid-19, Netflix a, sur le papier, toutes les raisons de sortir grandi de la crise de l'industrie hollywoodienne. Totalement indépendant des sorties en salles, la plateforme possède un catalogue suffisamment énorme pour occuper des mois et des mois un potentiel reconfinement de ses abonnés. Fatalement, la phase épidémique ascendante aux États-Unis devrait donc moins la pénaliser que ses concurrents hollywoodiens.

La publication de son rapport trimestriel ce 16 juillet 2020 a donné de nouveaux chiffres et ils sont pour le moins surprenants. Netflix a choisi d'amender sa stratégie business, en offrant une promotion à Ted Sarandos, son directeur des contenus depuis plus de 20 ans. Le businessman sera désormais co-PDG du groupe, aux côtés de son mythique fondateur, Reed Hastings.

 

photo, Kevin Spacey, Robin WrightHouse of Cards, le tout premier bébé du pionnier Ted Sarandos

 

Pur produit de la classe ouvrière américaine (fils d'un électricien et d'une mère au foyer), Sarandos est l'un des cerveaux derrière le pivot opéré par Netflix à la fin des années 2000. D'un service de livraison de DVD à domicile, il participe à sa transformation en pionnier de la télévision par Internet. Il est aussi un négociateur hors pair, celui qui a réussi à convaincre David Fincher de réaliser House of Cards. Au passage, il a complètement dynamité les habitudes de travail des réseaux télévisés, habitués à commander un pilote et à tester sa réception auprès du public avant de commander une série. À présent, les plateformes de streaming n'hésitent plus à surfer sur le binge-watching, initié par Netflix.

La promotion de Sarandos n'intervient pas au hasard. La publication des résultats du leader incontesté de la SVoD montre qu'ils sont en dessous des estimations, ce qui a provoqué un effondrement du cours de son action de 10% (à la clôture de Wall Street, jeudi 16 juillet). Tandis que les analystes estimaient que les actions pourraient atteindre un niveau supérieur de 1,80 dollar, les résultats semestriels n'atteignent finalement qu'1,59 dollar. Ces résultats en demi-teinte, ainsi qu'une prévision de baisse de la croissance de son nombre d'abonnés ont vraisemblablement inquiété les marchés.

 

Photo Katherine LangfordNetflix est-elle "Cursed" ? Même en faisant de bénéfices, le géant dévisse...

 

Ce petit accident boursier - une mauvaise passe sûrement très provisoire pour le géant du streaming - vient relativiser un bilan semestriel très positif, sinon stellaire. Sur le dernier semestre, l'entreprise a réalisé des bénéfices de 720 millions de dollars, soit un résultat plus d'une fois et demie supérieur à celui de la période précédente.

Actuellement, Netflix possède 192 millions d'abonnés environ. Autrement dit, elle a obtenu 26 millions de nouveaux abonnés depuis janvier 2020, dont 10 sur le deuxième trimestre - une période complexe puisque frappée par la crise sanitaire. Il s'agit d'une augmentation record : à titre d'exemple, son nombre d'abonnés supplémentaires atteignait 28 millions sur la totalité de l'année 2019. Les compteurs risquent cependant de ne pas exploser autant qu'on pourrait l'imaginer. En effet, l'entreprise californienne prédit que son nombre d'abonnés au troisième semestre 2020, devrait "seulement" augmenter de 2,5 millions (soit deux fois moins que ce qu'estiment les analystes). 

 

photo, Millie Bobby Brown, Sadie Sink, Noah SchnappLes aléas du nombre d'abonnés, vraiment, c'est un Truc Étrange

 

Pour les spectateurs, le rapport comprend également d'excellentes nouvelles : Hastings et Sarandos ont affirmé que le nombre de contenus proposés allait légèrement s'accroître au cours de l'année 2021. Ils mettent néanmoins en garde contre une certaine asymétrie entre le premier et le second semestre : en attendant la reprise des tournages en Amérique du Nord, la quantité de productions disponibles dans son catalogue devrait être plus limitée.

Vivement septembre 2021 donc, une rentrée qui promet d'être très très riche en nouveaux contenus. D'ici là, les deux cinémas de légende rachetés par Netflix (le Paris Theater new-yorkais et l'Egyptian Theater de Los Angeles) pourront peut-être ouvrir leurs portes - enfin ! - pour promouvoir leurs nouvelles productions originales en avant-première.

 

Photo Ellie KemperUnbreakable Netflix, prêt à se faire le coronavirus

Tout savoir sur Netflix

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Dudu
18/07/2020 à 21:24

@SuperLoL

Pour la CGT, certes ! :-)

Sword
18/07/2020 à 12:09

Ce que l'article ne dit pas c est que Netflix à accumulé une dette de 13.5 milliard de dollars auprès des marchés financiers, si le nombre d abonnés se met a dévisser, tout le monde va dépecer la bête de ses brevets et de son catalogue

Minounet
17/07/2020 à 22:09

Mdrrrrr
@SuperLoL

zetagundam
17/07/2020 à 20:49

et 100 millions selon la police :D

beutenhemm
17/07/2020 à 20:48

@1
''les prod netflix sont quand même bien médiocre'',
Sur quel critères, par rapport à qui ou quoi?
Je ne suis pas pro Netflix ou autre, mais si je compare aux nombres total d'heures de prod de notre pays par exemple, et à la qualité, plus les retombées mondiales, plus les benefs générés, lol,mdr, et tout ce que vous voulez les Bolosses... On est éduqué et nourri à bouffer '' de la tranche de vie '' française et/ ou à la francaise , heureusement qu ' il nous reste la gastronomie.

1
17/07/2020 à 18:52

Oui enfin la hausse sur le dernier semestre est " le covid qui cache la foret ! " ^_^
Sans confinement les chiffres aurait pu être bien pire d’où la chute en bourse.

En même temps faut avouer que les prod netflix sont quand même bien médiocre . ^^'

SuperLoL
17/07/2020 à 18:09

On est 8 milliards sur cette planète d'après l'ONU, 50 milliards d'après la CGT, Netflix a encore du monde à conquérir ^^

votre commentaire