365 jours : le succès du film Netflix booste Love, le porno de Gaspar Noé

La Rédaction | 26 juin 2020
La Rédaction | 26 juin 2020

Grâce à Netflix, 365 jours est devenu un succès planétaire. Mais, paradoxalement, le succès du film a poussé certaines de ses victimes à s’intéresser au cinéma. 

L’affaire n’était pourtant pas évidente. Réussite massive, qui aura désolé une partie de la presse comme du public, le film de Barbara Bialowas raconte comment un homme kidnappe une femme dans le but d’entamer une grande histoire d’amour avec elle. Un scénario qui est à l’intelligence ce que le round up est à l’écologie, filmé comme une publicité pour détergent industriel et interprété par deux addicts à la javel (notre critique débordante d'amour est par ici).

Cette équation fut donc celle d’un délirant succès, qui entraîna quantité de réactions et commentaires. Mais le film a eu au moins une conséquence inattendue : de très nombreux spectateurs ont regardé à sa suite Love de Gaspar Noé. En effet, d’après IndieWire, le long-métrage de Gaspar Noé était, le 24 juin, le deuxième film le plus regardé de la plateforme, et le 7e programme le plus regardé tout format et genres confondus. 

 

photo, Anna Maria Sieklucka"Slurp"

 

C’est une véritable gageure, pour un film qui aura dû faire face aux attaques de l’extrême droite catholique française, qui essaya, par le biais de l’association Promouvoir, de faire interdire le film aux mineurs, le plaçant dans une situation d’insécurité juridique. Contraint à une exploitation réduite, malgré une visibilité obtenue grâce à une présentation à Cannes et une version 3D passablement impressionnante, le film érotique de Gaspar Noé eut le plus grand mal à s’extraire du circuit restreint du cinéma art et essai (qui n’est pas lui-même un berceau d’érotisme galvanisant, ne nous mentons pas). 

Ainsi, l’électricité entourant actuellement le film met en exergue un phénomène encore peu documenté, mais possiblement intéressant, à savoir la capacité d’audiences massives à migrer de film en film, quitte à les redécouvrir, sans tenir compte ou se limiter à leur visibilité initiale. Et à en croire les réactions de certains spectateurs sur la plateforme Tik Tok, beaucoup sont tombés en amour devant Love. 

 

Affiche

Tout savoir sur Love

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Cervo
26/06/2020 à 19:17

@Dirty Harry

Et avec la précision du métronome il s'auto-humilia.

On le laissera checker tranquillement le statut du cantique des cantiques au sein des écrits catholiques (mais oui champion, c'est effectivement l'ancien testament).

On se risquerait presque à lui conseiller de revoir qui, quand, comment édicte les préceptes éminemment pervers qui fondent sa sexualité. Mais bon, de tout temps, le catholique fut un mouton inculte, ce n'est pas avec l'agonie de sa religion et son rétrécissement au pur accessoire identitaire que cela changera.

Courage.

Dirty Harry
26/06/2020 à 19:05

@ Cervo : déjà tout me permet. Normalement un invertébré n'ose me répondre (normalement on s'agenouille devant moi). Après si c'est prouver publiquement son inculture, valait mieux s'arrêter de poster : le cantiques des cantiques est dans l'ancien testament et les catholiques ne prennent du pentateuque (attention c'est un mot compliqué) que la promesse divine de la genèse et l'exode. Le reste (lévitique, deutéronome et nombres) c'est pour les rabbins nous on a ce qu'il faut dans les évangiles, que je vous invite à découvrir malgré votre handicap premier (ça et la somme théologique de St Thomas D'Aquin, ça n'a pas pris une ride).

Tom’s
26/06/2020 à 17:17

Je me demande ce que Noé veut dire à part polémiquer.. par contre je viens de tilter le mec qui expose son organe à tous lol est l’acteur de la série Devs!! Je me disais dans quoi j’ai vu ce mec jouer, il es courageux d’avoir dit oui à Noé.

Cervo
26/06/2020 à 15:10

@Dirty Harry

Attention cas d'école.
Cas d'école spatiale.

A aucun moment je n'émets aucun jugement à l'endroit des catholiques, nulle part. Qualifier les personnes présentant un sévère problème avec l'expression du désir et de la sexualité de cureton, c'est dans le langage courant depuis, au bas mot, le XIXe siècle.

Pour ce qui est de mon opinion sur les catholiques, rien ne vous permet de la deviner, ou même de savoir si j'en ai bien une. Je note en revanche votre fébrilité, qui vous interdit de voir vos énormes contradiction, et de lire correctement les messages, pourtant simples, concis, et peu nombreux, sur cette page.

Aucun attrait ou usage excessif du terme perversion de ma part, je notais justement son emploi hors-sujet mais signifiant dans la bouche de M1Pats (et oui, pour lui faire remarquer, il faut l'employer, la démonstration par l'exemple c'est assez classique).

Pour le reste de votre dégueulis, qui témoigne de votre connaissance partielle et passablement incontinente du catholicisme, je vous laisse à cette superbe contradiction, qui a presque des airs de névrose délirante, qui vous fait passer en quelques lignes de "ça va on sait baiser", à un discours normatif qui n'a pas grand rapport avec la religion dont vous vous revendiquez.

Je vous invite à lire le Cantique des cantiques. Enfin, essayez au moins.

Dirty Harry
26/06/2020 à 14:59

Love est laborieux, verbeux, pas stimulant sexuellement (mieux vaut un bon Tinto Brass, là il y a de la joie et de l'enthousiasme avec le Q !) un peu vaseux comme si un pote lourd te racontait un truc de Q.
@ Cervo : ça va les catholiques on sait baiser (on rigole même beaucoup devant le sketch "every sperm is sacred" des Monty Python) vous devez confondre avec le puritanisme protestant dans votre inculture qui dénote que vous ne connaissez pas le monde catholique. Maintenant vous usez et abusez du mot perversion : c'est peut être parce que ça vous travaille ? Après oui chez nous la sexualité doit servir à la reproduction autrement c'est de l'énergie perdue et le stupre ou la luxure ne mène à pas grand chose dans la vie si ce n'est nous avilir (regardez la vie des acteurs pornos en fin de carrière : pathétique et pourtant ils ont plus fait l'amour plus qu'un propriétaire de Harem mais entre la quantité et la qualité le catholicisme privilégie la qualité.)

Cervo
26/06/2020 à 14:49

@killshot

On peut faire plus pervers que le fait d'associer sexualité et perversion ?

Je veux dire, sérieusement, c'est possible ? Parce que c'est quasiment un gag à ce niveau-là.

Quant à associer le terme "curé" et la christianophobie (bien connue et aux innombrables victimes), c'est un fascinant témoignage de fragilité. ou de perversion identitaire.

killshot
26/06/2020 à 14:43

@Cervo ainsi que les pervers et les christianophobe de service ...

Cervo
26/06/2020 à 13:16

@M1pats

Manifestement, c'est aussi très efficace pour faire sortir du bois les petits curés englués dans la moraline.

M1pats
26/06/2020 à 13:14

Deux œuvres poubelles qui servent à rien à part exciter les pervers, de la pornographie déguisée en oeuvres cinématographiques

votre commentaire