The Wretched : pourquoi le succès du film d'horreur est comparé à Avatar

Marion Barlet | 2 juin 2020 - MAJ : 02/06/2020 16:47
Marion Barlet | 2 juin 2020 - MAJ : 02/06/2020 16:47

The Wretched est le phénomène filmique du moment, aux États-Unis, et son succès au box-office est comparé aux plus grands.

Réalisé par Brett Pierce et Drew T. Pierce, ce petit film d'horreur old school est devenu viral outre-Atlantique. Recommandé à 74% par la presse sur Rotten Tomatoes, un peu moins apprécié sur Metacritic, The Wretched s'est imposé dans le paysage américain et caracole en tête du petit box-office.

En effet, quelques salles ont pu rouvrir, l'ont programmé et le film doit une partie de sa réussite aux drive-in, modèle de cinéma où l'on mate la toile en collectif, mais chacun dans sa voiture (revenu à la mode en cette période de Covid-19, distanciation physique oblige).

 

photoUn Avatar méchant et fripé

 

Sorti le 1er mai, le film s'est ainsi payé une carrière inouïe. Avec son petit budget (dont on ignore encore la somme exacte), il a réussi à s'emparer de la première place et à accroître sa notoriété semaine après semaine. Bien sûr, le contexte est propice à l'explosion de films plus petits, qui n'ont pas à affronter des blockbusters ; la quantité de divertissement au cinéma étant limitée, des créations plus indépendantes peuvent bénéficier d'une vague de spectateurs.

C'est ce que n'a cessé de faire The Wretched depuis son lancement, au point de maintenir son rang pendant cinq semainesForbes consacre un article sur le sujet et pointe le caractère inédit de la performance. Depuis 23 ans, seuls quatre films étaient parvenus à rester en pole position pendant cinq semainesTitanicLe Sixième sensAvatar et Black Panther. Désormais, on trouve ce petit film d'horreur au panthéon des chiffres et du box-office.

 

photoC'est vrai qu'il y a un petit air

 

Étonnante, la comparaison vaut ce qu'elle vaut. D'un point de vue quantitatif, les recettes sont évidemment moindres que ses partenaires de record. Alors que le film pandorien de James Cameron atteignait les 493 millions (hors inflation) à domicile à sa cinquième semaine, celui du duo Pierce n'a encaissé "que" 835 000 dollars, grâce à une diffusion dans 75 salles (ce qui est très peu en période normale). Plus proche dans le temps, Black Panther allait chercher les 561 millions au box-office domestique pour sa cinquième semaine, outre les pépettes par millions engrangées à l'international.

Disponible uniquement en Amérique du Nord, The Wretched pourrait poursuivre sa carrière à l'étranger et surfer sur l'enthousiasme de la réouverture des salles... françaises par exemple. Le film d'IFC met en vedette John-Paul HowardPiper CurdaAzie TesfaiZarah Mahler, des noms qu'on pourrait découvrir si le film est annoncé dans l'Hexagone.

 

Affiche

commentaires

pepe 2
03/06/2020 à 21:48

Ha ! Cette blague !
Un sous film dhorreur pour ado, du style que tu finis par mater sur Netflix un soir où tu sais pas quoi faire car déjà tout vu ...

Fred_NTH
03/06/2020 à 15:32

Ça fonctionne bien, dès les premières images, la photographie et l'atmosphère sonore démontrent les qualités artistiques du films. Côté scénario c'est un habile mélange de beaucoup de choses qui ont "fonctionné". On retrouve un peu de "Fright Night", de "Body Snatcher" de "It". Le film n'a pas beaucoup de défauts et il est plutôt "humble" si je puis dire.

Stivostine
02/06/2020 à 20:27

Bof bof vu et revu, les bruitages sont sympas

Geoffrey Crété - Rédaction
02/06/2020 à 18:42

@Ludwig Van

Ou l'article qui explique pourquoi Forbes, média fort sérieux et précis sur le box-office, titre que The Wretched touche les records d'Avatar et Black Panther. On a vu ça, on s'est demandés pourquoi, et on explique dès le titre qu'on va sur le "pourquoi". On avait déjà traité ce film avant ça, donc on continue sur son succès, et le buzz légèrement grotesque autour côté US.

Ludwig Van
02/06/2020 à 18:26

Bonjour l'article "clickbait"

Lablague
02/06/2020 à 18:00

Hahahahaha film d’horreur pour ado dans lequel il ne se passe rien jusque dans le dernier quart

votre commentaire