Coronavirus et confinement : le CNC dévoile son plan pour sauver les films menacés par l'épidémie

La Rédaction | 18 mars 2020 - MAJ : 18/03/2020 14:31
La Rédaction | 18 mars 2020 - MAJ : 18/03/2020 14:31

Le CNC avait laissé entendre il y a quelques jours que l’organisme et le législateur n’abandonneraient pas producteurs et distributeurs en rase campagne pendant l’épidémie de coronavirus. On connaît désormais leur plan d’action.

Les films qui ont repoussé leur sortie (de Mourir peut attendre à Fast & Furious 9) en raison du confinement et de l’impossibilité d’exploiter les œuvres cinématographiques dans des conditions favorables devront faire face à un embouteillage de sorties ainsi qu’à un surcoût promotionnel. Mais certains films sont confrontés à une situation encore bien plus problématique : celle d’une exploitation violemment interrompue.

Soit parce qu’ils espéraient bénéficier d’un réseau de salles manquant de films à projeter, soit parce que les sommes engagées leur interdisaient de repousser sine die la sortie d’une œuvre, certains distributeurs ont sorti des films, quelques jours avant la mise en place du confinement hexagonal. Non seulement les pertes économiques, touchant souvent des structures indépendantes et donc plus vulnérables, sont importantes, mais ces productions se retrouvent dans une impasse.

 

photo, Edouard BaerUne siuation extrêmement tendue

 

En effet, impossible pour des œuvres comme La Bonne épouse ou Vivarium de se diriger vers la VOD pour une raison toute simple, selon la loi, aucun film ne peut se retrouver sur une plateforme VOD ou SVoD moins de 4 mois après sa sortie. Ainsi, des œuvres, producteurs et distributeurs se retrouvent coincés et possiblement tout nu, quand la bise, elle, arrive à grands pas.

Comme viennent de le publier le ministère de la Culture et la député Aurore Bergé, qui doit porter la réforme de l’audiovisuel public, le CNC et le législateur ont pris une mesure, qui doit être discutée et votée demain à l’Assemblée Nationale. Elle a été fraîchement ajoutée à l’Ordre du Jour de l’assemblée, au sein d’une batterie de mesures d’urgence visant à soutenir l’économie dans le cadre de l’épidémie de coronavirus.

 

photo

 

Le Président du CNC, Dominique Boutonnat, est donc désormais en mesure de lever le délai habituel de la chronologie des médias. Certes, il s’agit d’une mesure extrêmement ciblée et limitée aux seuls films dont l’exploitation était entamée à date du 14 mars 2020. Mais pour certains d’entre eux et pour ceux qui les ont portés à l’écran, cette décision pourrait être salutaire, ou à tout le moins offrir un ballon d’oxygène bienvenu.

Aux Etats-Unis, des mesures ont d'ailleurs été prises puisque certains films auront finalement le droit de sortir plus tôt que prévu en VOD comme Invisible ManThe Hunt  ou Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn.

 

Affiche officielleBientôt en VOD ?

commentaires

Marc
22/03/2020 à 10:21

Pour sauver le cinéma Français c'est de trouver des scénaristes sui écrivent des histoires passionnantes et qui valent le prix d'une place de cinéma. Et ça c'est le problème du cinéma français .j'ai vu la bande annonce de La bonne épouse Juliette Binoche que j'adore que fait tu dans ce film !?

votre commentaire